Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le Sénat supprime l’objectif de réduction à 50% du nucléaire dans le mix électrique

Le Sénat supprime l’objectif de réduction à 50% du nucléaire dans le mix électrique

par
806 vues

Depuis le début de la semaine, un projet de loi, destiné à accélérer le processus de construction des centrales nucléaires, est en cours d’examen au Sénat. Le gouvernement, contrairement aux usages, a souhaité que la navette législative commence à la Chambre haute afin de négocier le ralliement de la majorité sénatoriale et, in fine, du groupe LR à l’Assemblée nationale.

PowerISO Crack,

Le rapporteur du texte, Daniel Gremillet, sénateur LR des Vosges, a fait adopter un amendement supprimant l’objectif de réduction à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité, ce seuil passant du statut de plafond à celui de plancher.

Cette idée de ramener la part de l’atome à la moitié du mix électrique français avait été introduite sous le quinquennat de François Hollande via la loi de transition énergétique adoptée en 2015. Reportée ensuite à 2035 sous le premier mandat d’Emmanuel Macron (contre 2025 initialement), elle semble avoir vécu, victime de la crise énergétique que nous connaissons actuellement.

En tapinois, l’exécutif a présenté un amendement (rejeté par la suite mais illustrant bien ses positions) visant à déconstruire l’article L-100-4 du code de l’énergie en remplaçant les précédents objectifs par un vague principe de diversification des sources de production de l’électricité.

Certes, l’examen du projet de loi n’est pas terminé et la majorité parlementaire à la Chambre basse pourrait faire pression pour revenir sur la version adoptée par le Sénat. Mais la timide contre-attaque du gouvernement laisse à penser qu’il souhaite faire endosser le « mauvais rôle » aux sénateurs pour avaliser ensuite leurs positions en commission mixte paritaire. L’abandon de cette vision idéologique de l’énergie est, toutefois, une bonne nouvelle pour l’indépendance énergétique de la France, que le nucléaire protège, au moins partiellement, des affres de la crise actuelle.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Michel Brimbal 20 janvier 2023 - 12:46

Voici une bonne première étape, la suivante devrait être 1) l’abandon du financement et du plan de construction d’éoliennes et des centrales à gaz rendues nécessaires par l’intermittence des éoliennes, 2) le redémarrage de la recherche et du développement d’Astrid qui est la technologie d’avenir pour des centrales nucléaires sans déchet.

Répondre
JR 20 janvier 2023 - 2:09

Bonjour, avec le trombinoscope des nuisibles c’est mieux: https://climatetverite.net/2023/01/19/les-verts-et-le-nucleaire-le-pouvoir-de-nuire/
Idéalement, c’est à eux qui reviendrait l’honneur de s’auto couper le courant.
L’écologie politique est subventionnée par des puissances étrangères hostiles via des ONG et des partis politiques. Cette ineptie néo-religieuse est catastrophe pour notre avenir et celui de nos enfants, cela accélère le déclin de notre pays qui rappelons-le était la 3 ème puissance mondiale, hélas sabotée par les socialo et les pseudos écolos. Le déclassement des Français est en Marche. La Macronie à 80 km/h, si elle veut survivre, doit absolument se départir de ces parasites verdâtres extrémistes dignes des ex fléaux idéologiques que l’Europe a connu, comme le communisme et le nazisme. Merci. Bonne libération de C02

Répondre
Farid 22 janvier 2023 - 12:36

80 km/h ! Comme si il n’y avait pas plus urgent comme mesure à prendre en arrivant au gouvernement d’un pays en faillite ! Ça vous donne une idée du niveau de nos politiquards

Répondre
JR 23 janvier 2023 - 1:23

Bonjour Farid, c’est à cause de cette mesure que je suis devenu un fervent anti-macroniste. Même un alcoolique du café du commerce aurait trouver une mesure plus idoine pour redresser notre pays (ex 3 ème puissance mondiale). La médiocrité à l’état pure et que dire des sbires…! Merci. Bonne libération de C02

Répondre

Laissez un commentaire