Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » « Sandrine Rousseau ou le totalitarisme vert »

« Sandrine Rousseau ou le totalitarisme vert »

par
381 vues
On pourrait prendre à la légère la dernière sortie de Sandrine Rousseau, l’ancienne candidate à la candidature verte à l’élection présidentielle. En effet, l’égérie de l’« écoféminisme » à la française vient de suggérer de créer un « délit de non-partage des tâches domestiques ». En cause, l’inégalité entre les hommes et les femmes dans la réalisation des tâches ménagères, une question sans doute primordiale à l’heure de la guerre en Ukraine et des finances publiques à l’agonie. Un mauvais esprit rappellerait que la condition de la femme en Afghanistan est peut-être plus inquiétante que dans notre pays, mais il est vrai que nos gauchistes verts s’y intéressent assez peu….

Le fait d’ériger un nouveau délit est assez anodin en lui-même compte tenu de notre propension très latine à multiplier les lois et à les violer. Les pénalistes y verraient en l’espèce une innovation ridicule et impraticable, ce qui est tout de même gênant s’agissant d’un texte répressif.

Mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui doit retenir l’attention, c’est la façon dont la proposition se trouve justifiée. Au-delà de la stigmatisation sous-jacente des méchants hommes blancs, hétérosexuels, capitalistes et racistes si commune à nos prétendus écologistes, Sandrine Rousseau précise : « Je pense que le privé est politique ».

Nous avons déjà écrit qu’en France, tout est politique ou susceptible de le devenir, ce qui apparaît logique puisque l’Etat y est omnipotent.[1] Aucun domaine n’échappe à l’Etat providence le plus développé de l’univers, et le féminisme hystérique fortement subventionné sur fond d’égalitarisme et de crypto-marxisme participe de cet étatisme et de cet anti-individualisme exacerbés.

Dire que « le privé est politique » revient ni plus ni moins à abolir les frontières de la société civile et de l’Etat, c’est-à-dire de l’un des fondements de notre civilisation. L’utopie de la transparence absolue, déclinée en son temps par Thomas More, devient réalité, mais ici la dimension humoristique de l’auteur anglais s’évanouit.

Ainsi, nos domiciles, nos habitations, nos propriétés deviennent cristallins aux yeux d’autrui et avant tout aux yeux des hommes de l’Etat. En effet, il existe des raisons impérieuses qui surpassent le dérisoire respect de la vie privée : l’émancipation de la femme occidentale chosifiée par la gent masculine et le machisme dominant. L’Etat et ses séides sont autorisés à pénétrer dans les alcôves pour traquer les ignobles comportements des hommes jusqu’aux plus intimes.

Lorsque « le privé est politique », l’Etat devient ni plus ni moins totalitaire. Il se mêle de tout, il régit tout, il intervient sur tout. La lutte contre la surexploitation de la femme se mêle à la lutte contre la surexploitation de la nature : même combat qui exige un Etat surpuissant afin de juguler la pollution masculine comme on combat la pollution environnementale.

Ce que ne saisit pas Sandrine Rousseau, aveuglée par son extrémisme délirant, c’est que, dans un Etat civilisé, tout n’est pas politique, tout ne peut être politique et tout ne doit pas être politique. Or, l’écologie politique telle qu’elle la promeut constitue un poison mortel, on allait écrire une pollution, pour notre civilisation.

[1] V. notre dernier ouvrage, Exception française. Histoire d’une société bloquée de l’Ancien Régime à Emmanuel Macron, Odile Jacob, 2020.

Vous pouvez aussi aimer

9 commentaires

ROCQUET 1 avril 2022 - 4:39

Enfin nous voyons le vrai visage de Big Brother !
George Orwel avec son télécran dans 1984 ne l’aurait pas imaginé ainsi.

Répondre
en fait 1 avril 2022 - 8:20

OUI, vaste sujet, juste un point de vue; S. Rousseau est l’incarnation de la fin d’un cycle long:
– sur le plan historique, elle pousse à l’extrême la logique du contrat ( chiffon ou tigre de papier pour certains, cependant, il suffit d’ouvrir un livre d’Histoire, pour constater la réalité, . .. …., ), en effet,
jadis, les soldats étaient  » comte » pour agrandir les territoires ( logique paysanne ).
puis, les juristes furent  » comte » , pour « gérer » les territoires ( toujours dans une logique paysanne, car, les outils sont identiques ), mais, avec méthode(s), par étapes, petit à petit, ils tuèrent les soldats. ( , . .. …., grandes boucheries des Révolutions, . .. …., la « maître » change . .. …., )
S. Rousseau va tuer les contrats, – trop de contrat tue le contrat -.
– au niveau de la simple logique  » je pense que le privé est politique »
comme il y a au moins une infinité de  » nuances » dans :
penser – privé – politique – cette phrase est strictement impossible à appliquer sur le terrain de la vraie vie.
S. Rousseau semble être un canari dans la mine de charbon ? OUI, il faut proposer une autre logique applicable.
donc tout va bien.

Répondre
GUILBERT 1 avril 2022 - 9:51

Tout-à-fait d’accord avec votre analyse. On croit rêver (ou plutôt cauchemarder) à la lecture des propos de Sandrine Rousseau, la khmer pseudo-verte!

Répondre
Zigomatix 1 avril 2022 - 10:04

Ce délit vient compléter effectivement l’arsenal de mesures androphobes. On pourrait penser qu’il suffira de mener vie de coupe séparée afin d’échapper au risque de dénoncement factice, comme c’est déjà la cas dans l’évitement des ascenseurs mixtes, des salles de réunion et bureaux à laisser obligatoirement ouverts en présence d’une femme pour éviter le risque juridique. Mais non, il y aura une suite, présagée dans l’excellent film The Lobster : « Dans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’Hôtel et a 45 jours pour trouver l’âme soeur. Passé ce délai, elle sera transformée en l’animal de son choix. »

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 2 avril 2022 - 9:13

Chouette, alors je pourrai porter plainte contre mon épouse qui ne participe en rien aux taches domestiques ?

Répondre
Obeguyx 2 avril 2022 - 1:22

Tiens mon commentaire a été censuré !!! Toutes les vérités sur l’humanité ne sont donc pas bonnes à dire ?

Répondre
AlainD 4 avril 2022 - 8:43

Celle-là ne sait plus quoi faire pour montrer qu’elle existe. Sa défaite à la primaire des verts lui est restée en travers de la gorge. Souhaitons que nous n’ayons jamais à subir les foudres de cette mégère.

Répondre
JR 4 avril 2022 - 12:57

Bonjour, je trouve qu’on en parle bien trop pour ce qu’elle vaut. Mais gageons que cela serve à mettre en garde nos concitoyens contribuables contre cette idéologie déconstructrice, régressiste et mortifère, digne d’un régime néo-national-socialiste, voire d’une secte. Qu’elle vive en autarcie comme elle le souhaite et qu’elle nous fiche la paix. Cette femme est une nostalgique des années l933, elle aurait excellé durant cette période de contrainte, de contrôle ou même les enfants dénonçaient leurs parents auprès du parti. Cette idéologie est un fléau pour l’humanité, après le communisme et le national-socialisme. Déséscrologisons. Merci. Bien à vous

Répondre
Serge CIBOXER 4 avril 2022 - 5:56

D’accord avec la Sandrine R. si dans un objectif de parité, elle inclue le « pas ce soir, je suis fatiguée », soit AUSSI un délit !
Avec Poutine, elle serait déjà en Sibérie pour se rafraîchir les neurones !

Répondre

Laissez un commentaire