Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Comment l’agression russe de l’Ukraine peut réveiller la France

Comment l’agression russe de l’Ukraine peut réveiller la France

par
171 vues
L’agression russe de l’Ukraine n’est pas le fruit imprévisible d’un dictateur fou à la tête de la Russie, mais bel et bien l’aboutissement irrémédiable de la vision de Vladimir Poutine et de la politique menée par lui, encouragée par la passivité et le manque de lucidité des chancelleries occidentales.

Aveuglée par les illusions puériles d’un monde aseptisé, la diplomatie française s’est tristement distinguée par l’échec de son attitude complaisante à l’égard de Moscou, et ce malgré les menaces et l’agression dont s’était déjà rendue coupable Poutine en 2014 envers l’Ukraine.

S’il est vrai que la France avait tout de même fini par punir la Russie en annulant la livraison de navires de guerre, et en soutenant l’imposition de sanctions économiques, la volonté diplomatique est restée celle de courtiser Vladimir Poutine, en dépit de son hostilité grandissante.

L’attaque de l’Ukraine signe ainsi le fiasco de cette politique émasculée, et doit permettre à la France d’ouvrir les yeux sur la défense de ses intérêts qui ne seront jamais compatibles avec l’hostilité de la Russie, mais plutôt avec la fraternité des peuples européens qui n’aspirent qu’à approfondir leurs liens avec la France.

Au cœur de cette nouvelle donne géopolitique, un pays traditionnellement francophile émerge naturellement : la Pologne. Cet allié historique de la France a le besoin crucial de développer l’énergie nucléaire, seul moyen durable de garantir son indépendance énergétique face au gaz russe. De plus, Varsovie a de réels besoins en armement, et serait également ravi de diversifier les moyens de sa défense.

La France aurait ainsi tout à gagner à conclure un partenariat stratégique fructueux avec la Pologne, lui permettant d’exporter son savoir-faire afin d’assurer les intérêts communs de nos deux peuples. Cette coopération constitue une chance inouïe pour la diplomatie française de rebondir après la défaite – pourtant si prévisible – de sa stratégie munichoise.

L’attaque de l’Ukraine est aussi le résultat de la faiblesse affichée par le pouvoir démocrate à Washington. Ou plus exactement, la conséquence dramatique d’une Europe qui a été malavisée de remettre sa défense grandement dans les mains des Etats-Unis, qui eux s’agacent à juste titre de devoir mettre la main à la poche chaque année pour combler la mauvaise volonté européenne, et particulièrement celle de l’Allemagne.

Si le chancelier allemand a depuis annoncé un réarmement, le retard accumulé dans le domaine militaire ne sera pas rattrapé en un claquement de doigts, ni par la magie des dépenses massives. C’est pourquoi, face à la nécessité immédiate d’une puissance militaire en Europe, la France apparaît comme le candidat naturel capable d’assurer ce rôle, à la condition qu’elle se dote des moyens qu’exigent la gravité de la menace. Ou plus précisément, la France n’en sera capable que si le commandement français n’a pas peur de s’armer de la détermination qui s’impose.

La France a donc plus que jamais l’occasion de reprendre son destin en main, en dessinant notamment le modèle de réussite d’une coopération durable entre les Européens, qui n’ont jamais accepté l’orgueil d’une Allemagne incapable d’assurer sa défense, tout en acceptant de dépendre du gaz russe.

Cette stratégie est un impératif vital pour la puissance française, qui se croit condamnée au déclin ou à se prosterner devant les pays les plus infréquentables du Tiers-monde pour garder des amis et des voix à l’ONU. La France a toujours encore les capacités de peser dans le monde, mais elle doit pour cela agir selon ses véritables intérêts, et non sous l’influence d’imposteurs « souverainistes », en vérité tous alignés sur les intérêts exclusifs du Kremlin.

Vous pouvez aussi aimer

5 commentaires

Laurent46 1 avril 2022 - 8:22

Pour réveiller la France il faut autre chose. Au regard des sondages de vote Macron ou la girouette de Le Pen qui ne sait plus a qui faire plaisir pour gagner la France dort encore sur ses lauriers d’assistés.

Répondre
en fait 1 avril 2022 - 8:33

Désolé, mais connaissant un peu l’Histoire, et pas mal la logique économique, je me demande si tout cela n’est pas planifié depuis très très longtemps par des  » taupes » de l’Oural à l’Atlantique ? . .. …., ; car franchement à ce niveau là, il y a un truc ? . .. …., . Autant d’incompétences durant des décades sur un nombre aussi réduit de décideurs; chapeau l’artiste !.

Répondre
Nicolas Lecaussin 1 avril 2022 - 8:39

C’est sûr, les taupes russes ont toujours été très actives…
NL

Répondre
Dudufe 1 avril 2022 - 10:30

Ces taupes sont au top.

Répondre
Luc JACOLIN 2 avril 2022 - 3:57

« EN FAIT » c’est bien depuis des décennies qu’agissent les taupes pour tromper les incompétents…

Répondre

Laissez un commentaire