Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La Russie, dirigée par une bande de criminels profiteurs, connaît une crise profonde

La Russie, dirigée par une bande de criminels profiteurs, connaît une crise profonde

par
1 888 vues

La Russie prévoit de dépenser au moins 115 milliards de dollars pour la Défense en 2024, soit une augmentation de presque 70 % par rapport à 2022. Cela représente 6 % du produit intérieur brut et près d’un tiers du budget du gouvernement (voir le graphique plus bas). Le pays est passé en économie de guerre, ce qui, à court terme, peut rendre positifs quelques indicateurs mais sera très probablement catastrophique, économiquement et socialement, à moyen et long terme. Sa dépendance envers la Chine ne fera que croître et tous les autres secteurs d’activité vont souffrir car la production de guerre sera prioritaire. Rappelons aussi le fait que, déjà, avant l’invasion de l’Ukraine, le PIB de la Russie était largement en dessous du PIB des pays riches, son PIB/hab en PPA étant même inférieur à celui de la Roumanie. Armand Gosu, l’un des meilleurs spécialistes de la Russie (il l’étudie depuis une trentaine d’années, il parle russe et ukrainien), a même déclaré : « Ce n’est pas l’Ukraine qui m’inquiète, c’est la Russie ». Dans une interview qu’il vient d’accorder au site d’information Contributors, il avoue que ce qu’il se passe aujourd’hui lui paraît sans précédent. « Je vois, affirme-t-il, une Russie gouvernée par une élite suicidaire, je vois un pays au potentiel énorme disparaître, car, en fin de compte, tel est le sort de tous les empires. Ce n’est pas une coïncidence si la Russie mène aujourd’hui une guerre de tranchées et de positions semblable à celle de la Première Guerre mondiale. Le coup d’État bolchevique et la guerre civile ont poussé la Russie à prendre une voie différente en 1917, trompant ainsi l’Histoire. La Russie a été le seul empire territorial qui a maintenu largement ses frontières jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique. Et avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le processus de 1991 va désormais se répéter, mais de manière violente. Cela n’arrivera pas dans quelques mois ou quelques années, ce sera un processus qui prendra du temps. Mais les choses vont se passer ainsi : plus on tarde, plus le prix à payer est élevé. »

Auteur de plusieurs livres, dont Poutine ou l’obsession de l’empire et Poutine contre l’Occident qui vient de paraître, le professeur Gosu voit la Russie comme « un pays qui connaît une crise profonde, avec des gens mécontents et même désespérés, avec des jeunes condamnés à 7 ans de prison pour avoir collé quelques tracts anti-guerre sur des produits dans les magasins, qui n’ont été lus que par quelques personnes. Un pays avec des gens condamnés et envoyés dans des camps pour quelques likes ou posts sur les réseaux sociaux, broyés par une bande de profiteurs qui font une propagande agressive sur les chaînes de télévision et par certaines institutions militarisées dont l’objectif principal est d’inspirer la terreur à la population. Même si la contre-offensive ukrainienne n’a pas réussi (en tout cas, pour le moment), Poutine n’a pas atteint ses objectifs. La guerre qui devait être très rapide – occupation de Kiev en quelques jours – s’est enlisée et la seule victoire notable cette année a été celle de Bakhmut, qui remonte au mois de mai, après neuf mois de siège et des pertes considérables et elle appartient à Eugène Prigojine et aux mercenaires de Wagner. Ensuite, l’objectif de la Russie était de débarrasser les quatre régions annexées, Kherson, Zaporojie, Donetsk et Lougansk, des troupes ukrainiennes, ce que l’armée russe n’a pas réussi à faire. Au contraire.

Un tel pays peut mener une guerre de positions pendant de nombreuses années parce qu’il a des ressources, des dizaines de millions de personnes, et parce qu’il peut envoyer des centaines de milliers d’hommes à la mort. Mais il ne peut pas gagner, car sa guerre est contre l’Occident et non seulement contre l’Ukraine. »

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

12 commentaires

maxens 26 novembre 2023 - 12:11

Je voudrais être aussi optimiste que vous, oui la Russie va probablement couler, ou tout du moins y laisser des plumes, mais à quel prix. Le sang de centaine de milliers d’ukrainiens, dont la résistance dépend du soutien que l’occident lui envoie avec parcimonie, avec des perspectives évidentes de lassitude, de manque de moyens occidentaux, ou de l’arrivée au pouvoir aux Etats unis d’un président qui stopperait toutes les aides. Les aides occidentales ne sont pas assez conséquentes, et pas assez rapides. Tout autre victoire que celle qui permettrait à l’Ukraine de retrouver l’intégrité totale de son territoire serait une défaites, amère, pour l’Ukraine, et pour l’occident. Ce serait la victoire du mal contre toutes les valeurs qui ont construit notre monde. Le droit des armes et de la barbarie pour des décennies

Répondre
Nicolas Lecaussin 27 novembre 2023 - 12:43

Oui, pourvu que l’Ukraine gagne ! C’est notre monde qui est en jeu !

Répondre
Eschyle 49 26 novembre 2023 - 8:58

Acceptez-vous un débat contradictoire avec Xavier MOREAU, qui vit en Russie ?

Répondre
Nicolas Lecaussin 27 novembre 2023 - 12:39

Oui, bien sûr. En Russie ?

Répondre
LOUIS 28 novembre 2023 - 8:11

Mon commentaire n’apparait pas…
votre réponse non plus…
Que vive la grande liberté.

Répondre
Nicolas Lecaussin 29 novembre 2023 - 1:07

Désolé – et ce message est valable aussi pour deux autres commentaires – mais défendre ou trouver des circonstances atténuantes à la Russie de Poutine qui envahit et détruite ses voisins, envoie en colonie pénitentiaire ou empoisonne les journalistes et les opposants tout en menaçant notre propre pays…non, merci.
Cordialement

Répondre
Pluton 27 décembre 2023 - 10:13

Je suis pour le moins étonné qu’une personne de votre qualité refuse de laisser ouvert tout débat sur le sujet. Sans guère de doute, vos propos semblent dénoter en apparence une certaine méconnaissance de faits concernant cette guerre qui n’est pas celle de la Russie contre l’Occident mais celle de l’OTAN contre la Russie avec le sang des malheureux Ukrainiens. L’OTAN (US) ne fait qu’appliquer les préconisations de Zbigniew Brzezinski dans son livre « Le grand échiquier » (1997) pour que les Etats-Unis puissent garder la suprématie mondiale.
Les nombreuses déclarations de politiciens n’ont pas pu laisser indifférents les dirigeants russes qui sont responsables de la sécurité de leur pays. Par exemple, ceux de Condoleezza Rice :
« La Russie occupe 15% des terres émergées, représente environ 2% de la population mondiale et a 30% des richesses mondiales en matières premières, il va falloir régler ce problème ».

Dans une conférence donnée le 3 octobre 2007 à San Francisco, le général Wesley Clark, commandant en chef des forces de l’OTAN en Europe de 1997 à 2000, a raconté les propos tenus en 1991 par Paul Wolfowitz (alors n° 3 du Pentagone) lors d’une réunion « Nous avons 5 ou 10 ans pour nettoyer tous ces régimes dévoués à l’ex-Union soviétique, Irak, Syrie, Iran, Libye, Syrie … avant que la prochaine super-puissance n’émerge pour nous défier. ». Pour Wesley Clark, « un groupe de gens avait pris le contrôle du pays après un coup d’état politique » (au lendemain du 11 septembre). Et il cite « Wolfowitz, Cheney, Rumsfeld et une demi-douzaine d’autres…. collaborateurs du Projet pour le Nouveau Siècle Américain (PNAC) qui voulaient que le Moyen Orient soit déstabilisé, qu’il soit chamboulé et placé sous notre contrôle ». Roland Dumas en donnera les vraies raisons sur Public Sénat.
On peut aussi évoquer le rapport de la Rand Corporation « Overextending and Unbalancing Russia » sur le programme d’affaiblissement et de démoralisation de la Russie. Ce rapport a été présenté le 5 septembre 2019 devant la Chambre des Représentants.
« La déstabilisation des relations entre la Russie et l’Ukraine est le premier grand pas vers la destruction de l’État russe, ainsi que l’encerclement de toute la frontière russe par des conflits militaires dans les territoires environnants. L’essentiel est de provoquer un affrontement, d’allumer le feu de la guerre, d’enserrer la Russie dans un cercle ardent de chaos. »

Vous écrivez : « le régime de Poutine est criminel et enferme et empoisonne les opposants et les journalistes qui le critiquent ». Quel intérêt aurait Poutine à empoisonner un opposant comme Navalny, agent occidental, qui ne pèse que 2 ou 3% des voix face à un Poutine qui atteint 80% ? Pour la même raison, quel intérêt de tuer Nemtstov sous les murs du Kremlin ? Quand Anna Politkovskaïa est assassinée, il faudrait rappeler que les Tchétchènes avaient une forte dent contre elle, Kadyrov en particulier. N’est-ce pas curieux que l’assassin ait abandonné le révolver aux côtés de la journaliste, un révolver très utilisé comme par hasard par les forces russes ? Quel intérêt d’empoisonner les Skrypal à Salisbury et à deux pas (7 miles) du Defense Science and Technology Laboratory à Porton Down, laboratoire qui fabrique notamment du Novitchok ? Etc. Tout cela ressemble à s’y méprendre à des opérations sous faux drapeau. On pourrait aussi parler de la soixante de témoins à charge contre Hillary, assassinés dans des conditions pour le moins douteuses. Il y aurait tant à dire sur cette « démocratie » !

Vous comprendrez mon étonnement devant votre réaction.

Répondre
Nicolas Lecaussin 28 décembre 2023 - 8:51

Votre étonnement est à la mesure de votre ignorance ! Mais pourquoi toutes les dictatures emprisonnent et éliminent les opposants et les journalistes qui les critiquent ? Vous et votre famille avez eu la chance d’être libérés par les Américains. Ce n’est pas mon cas, ni de ma famille qui avons vécu jusqu’en 1990 dans un régime dictatorial imposé par Moscou. Profitez-en et laisser votre antiaméricanisme de côté.
Cordialement

Répondre
Louis 30 novembre 2023 - 9:02

Vous êtes dans le ressentiment et plus dans l’analyse. Dommage

Répondre
Nicolas Lecaussin 30 novembre 2023 - 9:42

Dire que le régime de Poutine est criminel et enferme et empoisonne les opposants et les journalistes qui le critiquent sont des faits pas du ressentiment. Quand un opposant écopé de 25 ans de colonie pénitentiaire devant les caméras, c’est bien un fait.

Répondre
Boisgontier 10 février 2024 - 3:40

la réaction de certains lecteurs me fait penser à l’attitude de nombre d’intellectuels des années 1960-70 qui, face à l’évidence de l’inhumanité et des crimes du stalinisme et du régime des Soviets, osaient sans sourciller promouvoir les « valeurs » du maoïsme-marxisme-léninisme auprès d’une jeunesse en mal d’aventures et qui, bien que vivant plutôt confortablement dans un pays libre et économiquement en bonne santé, n’aspirait qu’à détruire cette société à laquelle elle devait tant pour créer une société nouvelle dans laquelle les enfants seraient formés non plus par leurs parents mais par la « société », c’est à dire par l’idéologie dominante, où l’individu disparaîtrait au profit de la communauté, où les richesses seraient réparties équitablement, etc… Vision complètement utopique qui va à l’encontre de toute réalité humaine, économique, sociétale. D’ailleurs, le régime soviétique n’est-il pas l’un des plus inégalitaires où seules les têtes du parti et leurs inféodés vivent bien, la liberté n’y existe pas, il n’y a aucune répartition des richesses (et, d’ailleurs à ce sujet, c’est seulement lorsque le pouvoir a fini par accepter que ceux qui détenaient un petit bout de jardin autour de leur maison ou datcha, puissent vendre les légumes et fruits qu’ils produisaient que nombre d’entre eux ont pu faire face à la misère crasse dans laquelle ils vivaient), la corruption est de règle depuis l’appareil d’état jusqu’à la police, etc, etc, etc… Il suffit d’ouvrir les yeux mais, justement, il faut les ouvrir, et c’est là que le bât blesse car cela suppose de laisser de côté ses phantasmes ou son idéologie pour juste constater les faits.
Je suis Français de souche mais comme j’ai quelques ancêtres Polono-Russes, Anglais et Allemands, je me suis toujours intéressé à la culture des pays de l’Est, j’ai appris le russe aux Langues-O, j’ai aussi circulé dans ces pays (pas toujours facilement). Or lors de ces déplacements, professionnels ou de loisir, il ne fallait pas être grand analyste pour se rendre compte de ce qu’étaient ces régimes, de la manipulation faite par le pouvoir pour maintenir la population sous pression, de l’état de flicage omniprésent (ceux qui se plaignent du flicage de nos sociétés devraient bien aller vivre quelque temps dans ces dictatures), de l’état de délabrement de très nombreuses villes et villages, de la crainte quasi constante des personnes d’être prises en défaut, d’être espionnées et d’en être châtié, etc.
Bien sûr, le « Monde occidental  » a des défauts, parfois de gros défauts mais il reste infiniment meilleur que tous ces régimes. Affirmer que des personnes comme Navalny, Nadejdine, Politkovskaïa, Nemtsov, etc… sont des suppôts de l’Occident est une insulte à leur égard ainsi qu’à l’égard de ces milliers de personnes qui ont été torturées et exécutées sommairement par ces régimes seulement pour avoir oser lever les yeux.
Affirmer que la Russie était menacée par l’OTAN et que c’est la raison pour laquelle elle est « entrée » en Ukraine, est un non-sens. Si le pouvoir russe avait juste offert à l’Ukraine d’entretenir des relations diplomatiques et commerciales loyales, la relation entre les 2 pays serait actuellement au beau fixe. Mais, ce que Poutine veut, c’est bien autre chose et c’est aussi ce qu’ont bien compris les Ukrainiens.
Que les Américains (du moins ceux qui exercent le pouvoir) ne soient pas des anges, c’est certain. Qu’ils cherchent à rester une puissance économique dominante est un fait. Mais cela ne nous empêche nullement d’en faire autant ! Si les pays d’europe, leurs partis politiques et leurs syndicats étaient moins embourbés dans leurs idéologies, soif de pouvoir, luttes de classe stériles, nos pays s’en sortiraient sans doute beaucoup mieux. Comme beaucoup de Français, j’ai très sévèrement condamné la guerre en Irak et ses conséquences aisément prévisibles. Cela n’empêche pas de rester lucide et de constater que le régime américain reste quand même largement préférable aux régimes russe-chinois-iranien-nord coréen. Ceux qui ne sont pas d’accord, c’est leur droit, qu’ils aillent donc vivre dans ces pays!!! Personne ne les retient. Mais, comme par hasard, ils préfèrent rester bien confortablement en Occident. De même que les migrants… Comme par hasard aussi, aucun d’eux ne souhaite se rendre en Russie, en Chine, Iran, Corée du Nord qui prétendent pourtant tous être des « paradis ». Ces migrants seraient-ils maso?

Ceux qui font miroiter le « miracle » chinois oublient un peu vite que ce miracle n’a pu avoir lieu que grâce à l’Occident. Certes, les Chinois ont beaucoup travaillé mais sans le transfert de la technologie et des sciences occidentales et le transfert de l’activité industrielle (au grand dam de nos propres industries et ouvriers) et des milliers de milliards de dollars/euros pour leur acheter les produits qu’on fabriquait auparavant chez nous, les Chinois vivraient encore dans la misère. Mais, tuer le père est plus confortable que reconnaître ce qu’on lui doit.
On pourrait épiloguer très longuement sur ces sujets. Ce qui m’écoeure au dernier degré, c’est la mauvaise foi et la malignité voire la toxicité de tous ceux qui tordent le cou à la réalité, à la vérité (vous avez dit правда 🥵) pour mieux imposer leurs idéologies dictatoriales.

Répondre
Nicolas Lecaussin 12 février 2024 - 11:47

Merci à vous !

Répondre