Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5694

par ,

Le complot des démocrates américains et le virus de la désinformation

L’affaire est très grave et sans précédent dans l’histoire politique américaine. Pendant plus de trois ans, les démocrates ont accusé le président Trump d’avoir gagné les élections grâce à la collusion entre les membres de son équipe et le pouvoir russe. L’année passée, le rapport Mueller, après une enquête approfondie, avait bien montré qu’il n’y avait aucune preuve de collusion. Les démocrates le savaient aussi, on vient de l’apprendre. Ils ont donc menti durant toute cette période. Il s’agit surtout d’Adam Schiff, le président de la commission du renseignement de la Chambre, qui n’a cessé de soutenir que les 57 dépositions qu’il avait en sa possession étaient accablantes dans cette affaire contre le président Trump. Elles ont malheureusement pour lui été rendues publiques le 11 mai dernier : on n’y trouve aucune accusation contre l’équipe du président Trump... !
Cette semaine, on a appris aussi, grâce à la publication de plusieurs courriers du FBI, que cette institution et son ancien directeur, James Comey, se sont acharnés contre Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité de Trump, alors qu’on savait qu’il était innocent. Le but était de le « faire tomber » et ainsi discréditer le nouveau président. Toutes les accusations contre Flynn viennent d’être retirées. Par ailleurs, on découvre aussi, ce qui est encore plus scandaleux, que 39 personnalités politiques démocrates et hauts fonctionnaires étaient au courant, voire impliquées, dans l’enquête menée par le FBI concernant l’équipe de Trump, en particulier son conseiller en sécurité. Et cela dès novembre 2016, donc avant le changement d’administration à la Maison Blanche. Parmi ces personnalités figure Joe Biden, l’actuel candidat à la présidentielle. Il est donc très peu probable que l’ancien président Obama n’ait rien su de cette affaire, qui risque de prendre des proportions considérables car il n’y a plus maintenant aucun doute sur la volonté délibérée des démocrates de salir Donald Trump à n’importe quel prix.
Quels échos en France de ce qui était volontiers qualifié d’énorme scandale lorsque Trump était accusé ? Sur une petite dizaine de correspondants de nos plus grands médias aux Etats-Unis, aucun n’en a parlé dans la semaine. Le Journal du dimanche (17 mai) consacre même un grand article à la gloire de l’ancien président Obama sans y faire la moindre allusion. Le lendemain de la révélation concernant Michael Flynn, un animateur de radio préfère rester sur le terrain de l’épidémie, critique bien entendu, et déclarer qu’en ces temps de Covid, mieux vaut être français qu’américain... Il a raison en ce qui le concerne, car aux USA il serait peut-être viré pour avoir proféré une telle ânerie (le nombre de décès par habitants étant presque deux fois plus élevé en France).
La très grande majorité des journalistes français semble victime d’un virus bien pire que le Covid 19 : celui de la trumpophobie. Il les empêche non seulement de réfléchir mais aussi tout simplement d’informer. Ce virus est nourri, comme l’écrivait très bien Jean-François Revel dans L’obsession anti-américaine, par un « ressentiment irrationnel » et aussi par un militantisme idéologique. Ce n’est pas du tout glorieux.

Partager cet article :

Autres lectures ...

La Parole enchaînée
Joshua Wong, Stock, 2020

Les travailleurs en « freelance » sont contre le salariat


Conférence de Nicolas Lecaussin : Les donneurs de leçons

Démocraties dans le monde :
86 sur 193 pays



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Propagande et virus de la désinformation

le 19 mai, 18:01 par GGL

Le virus c'est vous ! De toute évidence vous n'avez pas lu le rapport Mueller pour écrire de telles âneries. La seule raison pour laquelle ce rapport n'a pas servi au plan judiciaire est qu'il n'est pas possible d'assigner un Président en fonction. Il s'agit de la conclusion de Mueller lui même.
Il est amusant que vous n'évoquez pas Manafort ex-président de Campagne qui est en prison et que vous ne relatez pas les actes commis par Flynn non plus. Heureusement que le FBI enquête sur les candidats, le contraire serait accablant.
Avant d'écrire n'importe quoi vous devriez prendre le soin de lire les documents que vous évoquez.

# Re : Propagande et virus de la désinformation

23 mai, 20:01 - Nicolas Lecaussin

Vous confondez les Etats-Unis avec la France. Là-bas, un Président n’est pas intouchable, Nixon a démissionné car il le savait... Le rapport Mueller dit clairement qu’il n’y a rien à reprocher à Trump et à son équipe et toutes les charges et accusations contre Flynn ont été levées.
NL

- Répondre -

Tenez bon Président Trump ..! Vous êtes entrain de gagner ..!

le 23 mai, 16:57 par Thierry Poget

Bonjour,

J’espère que Le Président Trump écrasera une bonne fois pour toute l’Etat Profond, le conglomérat financier-jésuite-sioniste-nazi-militaro-industriel, et que sera restituer au monde et à l’ensemble de l’humanité sa vrai histoire dès son origine, puis l’ensemble des retombées de la divulgation totale sur l’ensemble des technologies avancées en tout domaine et détenue par les terriens dans la galaxie et par delà.

Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite un agréable et harmonieux week-end.

- Répondre -

Virus de la désinformation

le 24 mai, 00:04 par GGL

Vous écrivez : "le rapport Mueller, après une enquête approfondie, avait bien montré qu’il n’y avait aucune preuve de collusion"

Or, voici ce que conclut Mr Mueller :
"First, the Office determined that Russia's two principal interference operations in the 2016 U.S. presidential election-the social media campaign and the hacking-and-dumping operations­ violated U.S. criminal law. Many of the individuals and entities involved in the social media campaign have been charged with participating in a conspiracy to defraud the United States by undermining through deceptive acts the work of federal agencies charged with regulating foreign influence in U.S. elections, as well as related counts ofidentity theft. See UnitedStates v. Internet Research Agency, et al., No. 18-cr-32 (D.D.C.).

Second, while the investigation identified numerous links between individuals with ties to the Russian government and individuals associated with the Trump Campaign, the evidence was not sufficient to support criminal charges....

Third, the investigation established that several individuals affiliated with the Trump Campaign lied to the Office, and to Congress, about their interactions with Russian-affiliated individuals and related matters. ... "
Sa synthèse :
"Accordingly, while this report does not conclude that the President committed a crime, it also does not exonerate him. "

Il existe donc bien des preuves de collusion, mais pour autant elles ne peuvent être qualifiées de "criminelles". Pour cela il faudrait que la loi prévoit de qualifier une collusion de la sorte...
Il rappelle que le département de la Justice ne permet pas d'assigner un Président en fonction et qu'il ressort donc du pouvoir du Congrès d'éventuellement exercer son contrôle.

Les charges contre Flyn ont été abandonnées en première instance non pas parce qu'il n'a rien fait (ses actions ont été avouées et corrélées par les documents et les autres témoins dans le rapport Mueller) mais pour un problème de procédure. Cet épisode n'est d'ailleurs pas terminé.

Lorsque vous citez l'affaire Nixon, il s'agit d'une procédure d'empeachment, ce qui n'est pas une procédure criminelle devant la Cour Suprême.

Votre article n'est donc pas factuel, il tente de blanchir tous les précédents qui ont aboutis à de nombreuses condamnations et executions de peines.

# Re : Virus de la désinformation

25 mai, 14:03 - Nicolas Lecaussin

L’enquête Mueller arrive suite à une mise en scène démocrate car les révélations de ces dernières semaines montrent très bien que les démocrates et le FBI savaient depuis décembre 2016 qu’il n’y avait aucune collusion. Les textes du rapport disent clairement qu’aucune "preuve n’a été trouvé" ce qui était d’ailleurs le but de l’enquête. Par contre, oui, il y a eu tentative d’ingérence de la part de la Russie. Pendant 3 ans Adam Schiff a affirmé détenir 54 auditions dont la plupart "extrêmement accusateurs à l’adresse du président Trump". Les auditions viennent d’être rendues publiques : aucune ne comporte la moindre accusation. Schiff a menti pendant plus de trois ans. Flynn a été "tombé" par le FBI comme viennent de le montrer les échanges rendues publiques... Il avait "plaidé coupable" et toutes les charges contre lui ont été levées.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies