Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Un rapport du Sénat réclame le report de cinq ans de la généralisation des ZFE (zones de faible émission)

Un rapport du Sénat réclame le report de cinq ans de la généralisation des ZFE (zones de faible émission)

par
571 vues

Mardi dernier, le sénateur LR des Alpes-Maritimes, Philippe Tabarot, a présenté son rapport sur les zones à faibles émissions mobilité (dites ZFE), introduites par la loi d’orientation des mobilités de 2019 et la loi climat et résilience de 2021. Les émissions polluantes des véhicules individuels, dont le parc est désormais découpé en cinq catégories, sont mesurées par les vignettes Crit’air. Les automobiles classées critère 5 sont déjà interdites à la circulation dans les ZFE, puis suivront progressivement les véhicules de catégorie 4 et 3.

Au 31 décembre 2024, les ZFE seront également obligatoires dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants : à terme, ce sont 43 zones de ce type qui devraient voir le jour selon des modalités propres à chaque collectivité concernée.

D’ici deux ans, 13 millions de véhicules, soit 34 % du parc automobile français, seront donc interdits à la circulation dans les grandes métropoles, ce qui pénalisera les ménages plus modestes ; les habitants des centres-villes qui disposent de confortables salaires et de moyens de transports publics adéquats, étant, a priori, beaucoup moins concernés.

Pour rappel, seuls 31 % des Français sont favorables à l’achat d’un véhicule électrique et 86 % sont opposés à l’interdiction de la circulation des véhicules polluants en centre-ville.

Interrogé lors des questions au gouvernement sur le report de cinq ans de la mise en œuvre des ZFE, Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, s’est montré plutôt évasif sur ses intentions, déclarant attendre un autre rapport d’un groupe d’élus locaux.

La mise en œuvre des ZFE est pourtant parfaitement irréalisable à moyen terme et va créer une fracture territoriale et sociale dénoncée à longueur de temps par les politiques et les médias. Il est donc préférable de compter sur l’ingéniosité des grandes marques automobiles plus que sur ce type de mesures coercitives.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

Albatros 20 juin 2023 - 4:01

ZFE = Zones à Forte Exclusion.
Pour complaire à une poignée d’idéologues, cette « mesure » prise ne représente absolument pas la performance des véhicules concernés car le critère quasi unique de la vignette ‘Crit’Air » est l’âge du véhicule, avec en second la pénalisation automatique du Diesel qui ne peut pas se voir attribuer un Crit’Air 1, même si le véhicule émet largement moins qu’un véhicule essence (un véhicule Diesel récent bien entretenu et correctement utilisé émet souvent bien moins qu’un véhicule essence de même puissance).
Le Sénat ne va pas assez loin. Il devrait exiger le retrait de cette nouvelle connerie bureaucratique verte ou, tout au moins, sa réforme en profondeur, et pas seulement son report.
Je vote directement pour quiconque retire ce dispositif imbécile et discriminant. Plus largement, mon suffrage ira à tout politique courageux qui a pour programme d’abroger les âneries compilées sous le nom de « politique climatique » depuis les lois dites « Grenelle » de Sarkozy rédigées sous l’égide d’idéologues immatures à la Pascal Canfin.
Sincères salutations.

Répondre