Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Quand Barbara Pompili ne trouve rien à redire au délire décroissantiste !

Quand Barbara Pompili ne trouve rien à redire au délire décroissantiste !

par
834 vues

Le Nouvel Obs a organisé une rencontre entre l’ancienne ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et le thuriféraire de la décroissance, Timothée Parrique.

Timothée Parrique ressasse ses idées maintenant bien connues : « face au changement climatique », il va falloir agir comme l’Angleterre sous la Seconde Guerre mondiale. Il s’extasie : « les années de rationnement alimentaire ont été celles où le niveau de vie des plus pauvres a fortement progressé ». Recyclant sans le dire une vieille idée socialiste du XIXe siècles, il plaide pour une formule du type « à chacun selon ses besoins » (il n’utilise pas l’expression) avec un « meilleur partage des richesses ».

Catastrophiste comme tout écologiste politique qui se respecte, il pose l’alternative suivante : une « décroissance choisie aujourd’hui » ou un « effondrement subi demain ». Evidemment, il y a urgence absolue : nous ne disposons que de « peu de temps ». Mais, heureusement, la solution existe et rien n’est perdu : il suffit de mettre en place une « planification écologique » avec une décroissance radicale pour les plus aisés. Provocateur, il pense qu’ « on devrait donner un revenu de base aux activistes ».

« La transition écologique, avoue-t-il, ne fera pas que des gagnants ». C’est un euphémisme : elle ne ferait que des perdants, et pas seulement la « minorité possédante » comme le soutient notre décroissantiste.

Au-delà de la forme, Barbara Pompili n’a rien trouvé à redire aux élucubrations de son contradicteur sur le fond. Rappelons qu’elle est « conseillère spéciale à l’international du Secrétariat général à la Planification écologique », ce qui promet…

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire