Accueil » Quand les services publics souffrent de la hausse de la délinquance

Quand les services publics souffrent de la hausse de la délinquance

par François Turenne

A Melun, dans un des quartiers les plus chauds de la ville, les postiers refusent de livrer le courrier aux habitants à cause des dealers qui grouillent à l’entrée des immeubles. Depuis près d’un an, les postiers désertent le quartier de la Tour du 13, square du Lorient. Ils sont à bout et ne se sentent plus en sécurité au moment de faire leur tournée. En conséquence, les habitants doivent faire quatre kilomètres pour récupérer leur courrier. La Poste défend ses employés en expliquant que toutes les conditions pour garantir la sécurité ne sont pas réunies. Le maire de la ville, au lieu de s’attaquer aux délinquants, se plaint d’une « situation inadmissible ». Mais n’est-il pas inadmissible que les postiers ne puissent plus effectuer leur travail dans des conditions correctes. La situation illustre bien la faiblesse de l’Etat, incapable d’assurer la sécurité de ses agents. Cet exemple n’est qu’un parmi tant d’autres. Les témoignages nombreux attestent d’une insécurité grandissante pour les forces de l’ordre, les pompiers ou les postiers lorsqu’ils doivent aller dans des cités. En 2020, déjà, la presse régionale avait mis en lumière l’agression d’un postier dans la cité des Grésilles à Dijon au moment des fêtes de Noël. Les agresseurs avaient attendu l’agent dont la sacoche, remplie de lettres de Noël et sans doute d’étrennes, pouvait être une prise de choix. Les représentants syndicaux avaient d’ailleurs alerté sur la forte hausse des vols de colis qui nuisent aux habitants. Que faudra-t-il à nos politiques pour qu’ils prennent conscience de l’insécurité grandissante ? Les « territoires perdus de la République » ne sont pas un fantasme, mais une glaçante réalité. Nombre de quartiers sont aujourd’hui pris en otage par des dealers et des bandes criminelles sans que l’Etat ne soit en mesure d’y remédier.

You may also like

5 commentaires

POUGNET 9 avril 2022 - 8:27

Ce n’est pas que l’état n’est pas en mesure d’y remédier, il vaut mieux faire l’autruche pour sauvegarder la paix sociale!
En fait il suffirait peut être que ce genre de fait se multiplie tellement que les citoyens réagissent en grand nombre pour obliger l’état à faire son travail.

Répondre
jean-paul lutun 9 avril 2022 - 9:08

Bonjour,

• Entre le doute et la confiance les citoyens attendent BEAUCOUP
• A quoi sert toute la réglementation SI RIEN N’EST APPLIQUE au local.
• J’en, sais quelque chose à Camphin en Carembault 59133


• TRES ATTACHE ,COMME VOUS au stricte respect des lois et règlements comment ne pas transmettre…


• Je ne demande RIEN d’autre que le stricte respect des Lois et règlements, étant précisé qu’une minoterie qui procède à la vente de bière , point MONDIAL RELAY sans aucun parking pour la clientèle devrait appeler à une certaine réflexion des autorités.. .

https://www.mondialrelay.fr/faq/envoyer-un-colis/quelles-sont-les-marchandises-que-je-n-ai-pas-le-droit-d-envoyer-/

• dont : les armes de catégorie A-B-C-D quel que soit le régime administratif applicable, les stupéfiants

• ET…aucun contrôle sur place ???

Je suis très attaché aussi au principe constitutionnel qu’est l’autorité judiciaire issue de l’article 66 de la Constitution.

En effet : En tant qu’autorité, la justice doit donc demeurer éloignée des forces politiques, ce qui est une façon d’instituer son indépendance.

Conformément aux articles 50-1 et 50-2 du statut, l’action disciplinaire à l’égard des magistrats du siège appartient au ministre de la Justice ainsi qu’aux premiers présidents de cour d’appel ou aux présidents de tribunal supérieur d’appel, tandis que le pouvoir disciplinaire est exercé par le Conseil supérieur de la magistrature.

A cet effet et compte tenu des très nombreuses décisions du Conseil d’Etat et de la Cour de Cassation il est URGENT de revoir le pouvoir disciplinaire tendant à sanctionner les erreurs de droit des juges cf :
https://www.senat.fr/lc/lc131/lc131_mono.html

« Tous les magistrats rendent la justice au nom du peuple français »
Les infractions sans suite ou la délinquance mal traitée
https://www.senat.fr/rap/r97-513/r97-513_mono.html

jp lutun certes 1997 MAIS rien de changé depuis !!!

Classement sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée, aussi appelé le “Classement 21”
Et enfin : https://www.dalloz-actualite.fr/sites/dalloz-actualite.fr/files/resources/2017/07/cnpr_livre_noir_propositions_justice_2017_juin_28_1.pdf
LE LIVRE NOIR
CONFÉRENCE NATIONALE DES PROCUREURS DE LA RÉPUBLIQUE

https://www.la-croix.com/France/Justice/Justice-milliers-daffaires-classees-sans-suite-chaque-annee-faute-moyens-2017-07-05-1200860555
Justice, des milliers d’affaires classées sans suite chaque année faute de moyens
Dans son livre noir, la conférence des procureurs évoque le cas d’un commissariat d’une ville moyenne des Hauts-de-France où pas moins de 2 100 procédures délictuelles et criminelles ont ainsi été « déstockées » en 2016. Combien de dossiers sont ainsi injustement clôturés ? Impossible de le dire. Des milliers, voire des dizaines de milliers.
Une pratique à la limite de la légalité ?
Classer une affaire sans suite n’a rien d’illégal en soi. En cas d’insuffisance de preuves ou en cas de prescription, les enquêteurs n’ont d’autres choix que de le faire. « Ce qui est contraire à l’esprit de la loi en revanche, c’est de classer sans avoir commencé à enquêter sur l’affaire faute de temps et de moyens, explique un magistrat du parquet. Or c’est bien ce qu’on fait lorsqu’on apure le contentieux. »
Quid des victimes ? « On déstocke en priorité les dossiers ne comprenant pas de victimes », poursuit l’intéressé. Mais pas exclusivement. Comment réagissent-elles ? « Elles ignorent les vraies raisons du classement, renchérit le magistrat. On clôture l’affaire en invoquant le ´manque de preuve´ alors qu’en réalité on n’a jamais mis les moyens nécessaires pour les chercher ».

Répondre
Rémi 9 avril 2022 - 3:21

AINSI EST… AINSI VA la France… Abandonnée pour les dealers de toutes natures et origines….
AINSI SERA la France gérée sans compromis par des « français » non contrôlés et quelques fois arrêtés par la police, pour être relâchés avec un « Appel à la loi »
Telle est l’image d’une France « dégondée » sans autres perspectives que d’abandonner sous des prétextes politiques fallacieux…
AINSI Est notre ministre de l’intérieur, qui assiste à quelques enterrements répétitifs en jurant au nom de la république : « PLUS JAMAIS CELA »… ( cela n’engage que lui…. !)

Répondre
Rémi 9 avril 2022 - 3:32

…’’Les services publics souffrent de la hausse de la délinquance’’ : OUI ! certainement….
Mais nos politiciens et Hauts fonctionnaires chargés de « L’Ordre public » : NON !

Les faits sont là, les résultats sont indiscutables… Mais nos « responsables » de l’État, sont encadrés par des gardes du corps et se déplacent en voiture de fonction… :
« ILS » ne voient rien, « ILS » ils ne subissent rien, et « ILS » n’entendent rien d’autre que des comptes rendus de syndicats policiers qui courent après les délinquants, qui arrêtent inlassablement les mêmes délinquants qui les narguent et les interpellent e faisant un « doigt d’honneur » aux forces de l’ordre …

Ainsi les faits et leurs apparences, prouvent et montrent que La France parait mettre tout en œuvre pour maintenir la délinquance…
Elle y réussit parfaitement !

Répondre
JR 11 avril 2022 - 4:46

Bonjour, la France est passée de:
– 55 M d’habitants pour 1,8 M de fonctionnaires en 1981 à
– 67 M d’habitants (mais 75 M de Carte Vitale) pour 5,7 M de fonctionnaires
Pour seulement 22 % de population en plus, pourquoi avoir tripler le nombre de poste ?
En 1981 la France n’était pas sous-administré que je sache et tout fonctionnait plutôt bien. Que s’est-il passé ? https://youtu.be/WnH8emY791c
L’affaire de l’escroquerie climatique en bande organisée, dit aussi; « Le casse du siècle » nous conduit dans le même scénario inflationniste, non seulement administratif, mais aussi fiscal. Il est urgent de désèscrologiser notre pays. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire