Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

Journal des Libertes
anglais
Accueil » Le Nouveau Front populaire, danger public numéro un

Le Nouveau Front populaire, danger public numéro un

Jean-Philippe Feldman et Nicolas Lecaussin dans Valeurs Actuelles

2 935 vues

Oui, le programme du Rassemblement national (RN) est inquiétant. Oui, il est clairement protectionniste et antilibéral. Pourtant, deux considérations amènent à nuancer le propos. D’abord, le RN a déjà mis de l’eau dans son vin sur plusieurs points. Ensuite, il serait soumis, en cas de victoire aux élections législatives, à d’importants contre-pouvoirs et à une surveillance étroite et quotidienne de ses actions, tant en France qu’à Bruxelles.

Le danger public numéro un qui pèse sur notre pays est et demeure le Nouveau Front populaire (NFP). C’est avec justesse que le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, l’a relevé : « C’est 1981 puissance 10 ! » Rappelons que le programme commun socialo-communiste avait abouti à trois dévaluations en dix-huit mois, à une dégradation majeure des finances publiques, à une multiplication par trois du chômage, à une baisse du PIB moyen par tête et de la productivité totale, à un recul de la part française dans les exportations européennes, etc.

Pourquoi 1981 en pire ? Pour trois raisons principales.

L’extrême gauche domine le NFP

La première, c’est que l’extrême gauche, La France insoumise (LFI) avec Jean-Luc Mélenchon à sa tête, domine. Le Parti socialiste en est réduit à jouer les utilités et sa frange sociale-démocrate a été marginalisée. La deuxième, c’est que l’« urgence climatique » s’est invitée dans le programme du NFP et que les propositions des écolo-gauchistes l’ont nourri. La dernière, c’est que la direction et les députés de LFI ont “bordélisé” à dessein le débat politique depuis trois ans. Les outrances verbales de l’extrême gauche associées à la recherche d’un communautarisme religieux et avivées aujourd’hui par certaines candidatures volontairement provocatrices ont contribué à normaliser l’extrême droite, qui peut passer maintenant pour une mouvance presque modérée, à tout le moins républicaine.

Il faut donc lire avec la plus grande attention le “contrat de législature” du NFP. Les propositions simplistes y fleurissent. Les prix sont trop hauts ? Bloquons les prix. Les logements sont trop chers ? Relançons la construction de logements sociaux. Les salaires sont trop bas ? Augmentons le smic et indexons les salaires sur l’inflation. Les services publics fonctionnent mal ? Donnons leur plus d’argent. Et tout est à l’avenant.

À plus long terme, le programme du NFP entérine purement et simplement les mantras des insoumis : interdictions, interventionnisme tous azimuts, planification, purge fiscale, réglementation, vannes du déficit public grandes ouvertes.

L’immigration est ignorée

En revanche, le contrat de législature se fait très discret sur d’autres points qui intéressent pourtant beaucoup de Français et sur lesquels il jette un voile pudique. L’immigration sauvage et la croissance exponentielle du nombre des clandestins ? Il faut en fait faciliter l’immigration. Le nucléaire ? Pas un mot : il ne faut pas froisser les susceptibilités au sein de cette coalition purement électorale et hétéroclite… La délinquance, qui nous empoisonne quotidiennement ? De vagues propositions, avec l’idéologie sous-jacente selon laquelle les seules violences sont policières.

Mais comment diable un programme de dépenses aussi coûteux (on parle de près ou de plus de 300 milliards d’euros par an !) pourra-t-il être financé, surtout compte tenu de nos finances obérées ? Dans un premier temps, c’est le silence assourdissant : rien dans les 23 pages du contrat de législature ! Dans un second temps, on chiffrera le tout à la louche en trouvant un équilibre factice avec les élucubrations habituelles de la gauche de la gauche : les “riches” paieront, on effacera la dette publique en un tournemain, toute contrainte de l’Union européenne sur les finances publiques sera refusée, on se moquera comme de sa première chemise (rouge) des agences de notation.

En bref, le programme du NFP, écrit sous l’influence des Insoumis, aboutirait en quelques semaines à mettre la France, déjà en piteux état, à genoux. Ce qui est piquant, c’est que, alors même que la gauche et l’extrême gauche parlent constamment de souveraineté, l’application de leur contrat de législature mènerait à une mise sous tutelle de la part des organismes internationaux et par conséquent à une perte de souveraineté, à l’image de la situation grecque dans les années 2010.

Le NFP est un danger mortel pour notre pays. Les Français sont prévenus.

Lire l’article sur valeursactuelles.com

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

10 commentaires

gillet 4 juillet 2024 - 8:10

Si NFP passe devant le RN dimanche,je conseille à tous de planquer vos épargnes.Je rappelle que l’épargne Française s’élève à 2 FOIS la dette du pays !!!

Répondre
Oncpicsou 4 juillet 2024 - 8:19

Toue est dit, il ne reste plus qu’a diffuser cet article sur france inter et télématin…

Répondre
Cardonne Yves 4 juillet 2024 - 12:00

Avant, la gauche républicaine viscéralement anticléricale “bouffait” du curé à l’envie… aujourd’hui, elle caresse l’imam dans le sens du poil… mais c’était avant !

Répondre
Nicolas de Maistre 4 juillet 2024 - 11:13

Merci pour votre article et votre réflexion salutaire et courageuse, de rappeler la réelle dangerosité d’un NFP emmené par LFI ou Europe Ecologie Les Verts, et comparée avec ce qu’il en est réellement de celle du RN actuel. Réflexion à contre-courant à l’heure où presque toute la classe politique installée, y compris au sein de la droite LR, adopte une position inverse qui tient plutôt de la « posture ».

Répondre
Jean-Aymar de Sékonla 4 juillet 2024 - 11:32

Admirez la photo, le poing levé, signe de violence et d’intolérance et la bouche ouverte qui attendent la becquée de ceux qui les nourrissent !
Et des français votent pour ça…

Répondre
Mathieu Réau 4 juillet 2024 - 3:26

Le mur des réalités est infranchissable, même pour la gauche : même si elle s’évertuera sans doute un certain temps à appliquer son « programme » économique, elle finira par s’y écraser (et le pays avec, certes).
C’est alors que la vraie terreur va commencer.
Parce que puisque la gauche ne peut pas s’accomplir sur le domaine économique, elle se radicalise toujours sur le sociétal. Or, dans ce domaine, le programme de l’extrême-gauche est de balayer notre civilisation : elle s’y emploiera à cœur joie, laissant des marques indélébiles dans son sinistre sillage de la même manière que François Mitterrand a réussi à convaincre que la moitié des Français sont racistes après avoir échoué sur l’économie.
Ne vous y trompez pas : si désastreux pour notre pays qu’il soit, ce n’est pas le programme économique du NFP qui est le plus à craindre : c’est sa haine viscérale pour la France et le peuple qui l’habite…

Répondre
Oncpicsou 4 juillet 2024 - 6:43

C’est vrai, mais ils n’ont, bien sur, pas lu le coran…
La gauche, inhumaine, montre son vrai visage par les déchainements de haine contre le Rassemblement national. Ce dernier n’a pourtant pas d’autre ambition que de redresser le pays et améliorer la vie des français! (même si certains ont parfaitement le droit de douter du programme)

Répondre
AlainD 8 juillet 2024 - 12:03

Hélas à la lecture des résultats que je viens de consulter, Mélenchon a largement puisé dans sa réserve de haine et par le biais d’une pseudo coalition le NFP est en tête, les Français auront donc succombé au chant des sirènes. Certes Macron n’aura rien fait pour apaiser la fièvre rouge qu’il a au contraire nourrie en demandant à ses candidats de se désister si nécessaire.
Demain ou dans quelques jours quand les partenaires de LFP vont commencer à renâcler la France va se retrouver coincée pour un an à moins que nous allions de renversement de gouvernement en renversement ce qui n’arrangera pas l’affaire.

Répondre
Dudufe 8 juillet 2024 - 12:38

Un membre du PS de Dijon m’a dit, tout fier : Je me suis désisté pour faire  » barrage » au RN ce faisant il a ouvert comme bien d’autres les vannes du NPF. Beau résultat !!!

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 9 juillet 2024 - 7:56

La campagne de diabolisation du RN, portée par tout le système, a omis le plus important: le plus grand péril, ce n’est pas le RN, mais LFI dont le programme est une vraie catastrophe pour notre pays. Cette campagne de diabolisation a aussi eu pour conséquence la non-prise en compte des aspirations profondes des citoyens: immigration, sécurité, régalien, laicité.

Répondre