Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Plusieurs députés, dont un ancien conseiller de Macron, demandent une loi de programmation des financements climatiques

Plusieurs députés, dont un ancien conseiller de Macron, demandent une loi de programmation des financements climatiques

par
741 vues

Lundi dernier, la commission des Finances de l’Assemblée nationale a examiné en nouvelle lecture le projet de loi de programmation des finances publiques pour la période 2023-2027, vertement critiqué et largement modifié par le Sénat l’année dernière.

Deux députés de la majorité, David Amiel et Pierre Cazeneuve, ont réussi à faire adopter un amendement (redéposé par le rapporteur général des Finances publiques, Jean-René Cazeneuve) forçant l’Exécutif à présenter chaque année au Parlement une stratégie pluriannuelle de financement de la transition écologique et énergétique.

David Amiel n’est pas un député lambda et ses prises de positions sont à surveiller de près : il a été conseiller du président de la République entre 2017 et 2019 et a également travaillé aux cotés d’Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée.

Cette volonté d’amener à la création d’une loi de programmation des financements climatiques est directement issue du rapport Pisani-Ferry, remis à la Première Ministre au mois de mai, qui faisait totalement fi de la gabegie budgétaire entrainée par lesdits financements climatiques…

Petit à petit, les partisans d’une dette écologique gagnent du terrain avec notamment la nomination de Thomas Cazenave à Bercy et les pressions exercées par certains think-tanks comme I ‘Institut de l’économie pour le climat.

Eu égard à la situation déjà désastreuse de nos finances publiques, il est donc à craindre que celle-ci ne soit pas en voie de s’améliorer. La même semaine, la Cour des comptes a d’ailleurs tancé une énième fois le Gouvernement sur le peu de crédibilité de sa stratégie de réduction des déficits, notamment à cause de ses prévisions de croissances fantaisistes (dites « optimistes » dans un langage plus diplomatique).

Il ne reste plus, pour le contribuable, qu’à espérer que le projet de loi soit rejeté en séance ou retoqué par le Sénat.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Almaviva 27 septembre 2023 - 7:02

Lamentable ! ces idéologues vont réussir à nous tuer !!

Répondre
Oncpicsou 27 septembre 2023 - 8:52

Peu leur importe que la France soit le pays le plus vertueux qui de plus ne représente qu’a peine 1% de la population mondiale.
Les « écolos » stériles tiennent là un moyen de justifier leur existence et de prendre du pouvoir sur le peuple en utilisant la peur. Et au passage plomber l’économie créant ainsi des pauvres dont la gauche se régalera …
On retrouve toutes les ficelles des religions:
– Le prêche
– La quête
– La peur
– L’ hérésie
… Rappelez vous Galilée… A son époque les hystériques d’aujourd’hui auraient sûrement demandé le vote d’une loi interdisant la remise en cause de l’héliocentrisme: interdiction de prétendre que la terre tourne autour du soleil !!!

Répondre
Jacques-Marie Moranne 28 septembre 2023 - 10:23

Ce n’est pas forcément idiot : au moins, on saura ce que ça coûte !
Macron a parlé de 40 milliards l’an prochain, soit 2000 € pour un ménage avec 2 enfants.
Le gouvernement cherche des économies : en voilà ! Il suffit d’arrêter cette gabegie totalement inutile.

Répondre