Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le journal Le Progrès, à Lyon, publie ce 22 août une incroyable photo du Rhône presque à sec en 1894.

Le journal Le Progrès, à Lyon, publie ce 22 août une incroyable photo du Rhône presque à sec en 1894.

par
405 vues

Il ne reste dans son lit qu’un peu d’eau stagnante et des graviers.

Cette photo a été réalisée lors de l’Exposition universelle de 1894 qui s’est tenue du 29 avril au 11 novembre 1894 au Parc de la Tête d’Or. Cet été 2022 a certes été très chaud, mais il y eut des étés plus secs alors même que les émissions de carbone dues aux activités humaines étaient significativement moins importantes qu’aujourd’hui.

Cette photo est tirée des archives municipales de Lyon. Curieusement d’autres données des archives départementales montrant des cotes extrêmement faibles du tirant d’eau à cette époque ne sont plus accessibles sur internet. Les écologistes essaieraient-ils, comme Staline le faisait, de cacher les preuves, visuelles ou autres, qui contredisent leurs hypothèses ?

Pourtant, une autre photo datée du 2 juin 1894 atteste également de la sécheresse : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8594573n.item

Arrêtons d’effrayer le monde parce que nous avons des étés chauds et secs. Adaptons-nous. Innovons pour faire face aux challenges permanents de la nature.

Vous pouvez aussi aimer

12 commentaires

Almaviva 25 août 2022 - 4:48

La preuve est faite que les discours des écolos bobos sont des mensonges afin de se donner le pouvoir d’interférer dans les politiques des états ! Ce qu’ils veulent c’est imposé leur diktat pour mettre en place un régime d’ultra gauche dans tous les pays libres !

Répondre
Laurent46 25 août 2022 - 4:50

Mais simplement qu’en ces temps là la grande prétention des humains ne cherchait pas encore à mettre la nature à ses bottes et la majorité des médias étaient moins stupides. Ce n’est pas plus compliqué. Cela étant il y a une autre correlation qui est celle des rendements nécessaires et toujours plus importants pour payer les taxes et charges de plus en plus monstrueuses.

Répondre
nanard 25 août 2022 - 6:10

Mince alors, mais qui croire ? Comme je suis un peu simplet, il me faut des explications simples, alors j’ai regardé sur un site bien évidemment complotiste : https://www.nasa.gov/feature/goddard/2021/direct-observations-confirm-that-humans-are-throwing-earth-s-energy-budget-off-balance, pour y découvrir que les activités humaines avaient une influence comment dire : « considérable » de 0.5W/m2. Il faut rapprocher cette valeur dans les échanges
thermiques : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_radiatif_de_la_Terre. Donc 0.5 sur 492….c’est pas beaucoup. Au passage on peut relever une bizarrerie : le GIEC donne beaucoup plus… Alors j’ai continué à essayer de comprendre et surprise, j’ai découvert que notre cher soleil n’était pas aussi stable que ça : https://www.insu.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/meteo-de-lespace-quand-lactivite-solaire-chamboule-la-terre et https://www.journaldugeek.com/2022/07/05/la-meteo-solaire-fait-tomber-les-satellites-de-leurs-orbites-et-ca-va-empirer/, incroyable nous sommes complétement bombardé d’énergie sous toutes ses formes : plasma et rayonnements électromagnétiques divers… (dont infrarouge)
Bien évidement j’ai tendance à croire que nous sommes chauffés directement par le soleil qui réchauffe les océans (70% de la surface de notre planète), cette masse océanique absorbant cette énergie d’eau va redistribuer la chaleur, ou l’accumuler comme en Méditerranée.. cette année. On notera au passage que l’Arctique n’étant qu’un glaçon flottant, il fondra plus vite que l’Antarctique qui est posé sur un sol. Alors oui cette année ça chauffe directement à cause de l’activité « aléatoire » du soleil, sinon c’est suivant l’éloignement du soleil, l’inclinaison de l’axe de la terre.

Répondre
LUDOSAN 25 août 2022 - 8:00

Hélas, cher ami, je dois vous décevoir: les « Pertes du Rhone » (à l’endroit de la ville de Bellegarde sur Valserine, actuellement Valserhône) ont été totalement englouties par le barrage de Genissiat (à 10-15 km en aval). On pouvait encore contempler un peu de ces « Pertes » (des failles dans la roche calcaire, ou le fleuve « disparaissait « ) tous les 5-6 ans, quand on vidait le barrage pour nettoyer le fond (on appellait cela les « chasses du Rhône). Je dis « un peu de ces pertes » car la vase a depuis longtemps comblé ces failles. Il y a même un village englouti (tel quel !) qui resurgissait donc, comme un fantôme…
A ma connaissance, depuis 2003 on ne fait plus des « chasses » car les écolos ont trouvé que ce procédé de nettoyage du fond du lac n’est pas compatible avec la préservation de la faune (ridicule: le barrage a de toute façon modifié la faune locale !). On utilise donc des escavateurs (à grand renfort de consommation de diesel, bien entendu !)
Mais les « Pertes du Rhône » étaient, jadis, un lieu de promenade. Elles étaient visibles tout le temps ! Le besoin d’électricité du début du XX-ème siècle a eu raison de cette splendeur spectaculaire naturelle.
La secheresse n’a rien a voir, ni avec leur présence jadis, ni avec leur disparition à tout jamais.

Répondre
Obeguyx 25 août 2022 - 9:41

Je le dis depuis longtemps les « verts », les « escrolos » sont pires que Staline qui fait figure d’enfant de coeur à côté de ces abrutis. Afin de s’adapter à la situation il est nécessaire de réfléchir et de TRAVAILLER, ce qui est très loin du concept français actuel. Là, il faudrait une véritable révolution. Nous devons donc attendre la rentrée (début octobre) pour envisager de bouger un orteil.

Répondre
montesquieu 25 août 2022 - 10:07

Ben oui, l’Homme n’est pas responsable c’est à dire coupable de tout et son contraire.
Il serait temps de juger et condamner les écolos pour désinformation systématique c’est à dire en bon français, pour mensonges délibérés!

Répondre
L François 25 août 2022 - 10:28

À la fin du 19eme siècle, le Rhône n’était pas encore canalisé. Il était donc possible de prendre ce genre de photographie lors des périodes d’étiage exceptionnelles.
Aujourd’hui, ce n,est plus possible car le niveau du Rhône, même avec un débit quasi nul, reste à un niveau minimal stable.
Donc, cette photo ne prouve rien car elle est sortie de son contexte.

Répondre
Obeguyx 27 août 2022 - 9:56

C’est faux, cette photo n’est pas sortie de son contexte. Cela prouve simplement qu’avec un tout petit peu, mais vraiment un tout petit peu d’intelligence et de réflexion on trouve des parades. N’oublions pas qu’au 19° siècle on n’allait pas sur la Lune et que la terre était encore probablement plate.

Répondre
Astérix 28 août 2022 - 7:28

« Réchauffement ?
Ce qu’en pense un expert suisse Werner Munter…
Difficile de savoir qui il faut croire mais tous les arguments
doivent pouvoir être exprimés…
C’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans
d’industrialisation nous avons changé le climat !
Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter
planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement
climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien !
Il y a une semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental
sur l’évolution du climat (GIEC) pointait une nouvelle fois d’un
doigt accusateur l’homme et le CO2 qu’il produit comme
principaux coupables du réchauffement climatique. Pour
Werner Munter, spécialiste mondialement reconnu des
avalanches, qui se penche compulsivement sur le phénomène
depuis trois ans, « ces gens sont des imbéciles qui répètent
en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour ! » Le
Bernois nous a longuement reçus dans son appartement
d’Arolla (VS) pour étayer ces accusations entre une tranche de
viande séchée et deux verres de Cornalin. Son diagnostic
climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est
partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il
nous l’explique.
Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le
réchauffement. Pourquoi ?
Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le
réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que
guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui
nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai
acheté cet appartement en 1989. En 2005, le pilier Bonatti
des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du
permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de
ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec
le CO2 comme on nous le serine. Je suis arrivé à cette
conclusion pour trois raisons.
Quelles sont ces raisons ?
La première, c’est tout simplement l’analyse des données
climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que
dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de
températures comparables à celui que nous vivons. Ces
optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il
était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis
Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des
deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des
lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des
centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud
qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud ! Or le

GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire
qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions
paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines
de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le
CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.
Votre second argument ?
La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz
vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est
négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans
l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est
imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a
seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et
chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de
CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié
est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous
faire croire que cette infime proportion due à l’homme est
une catastrophe ? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires).
Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus ?
Vos collègues scientifiques ne sont pas des imbéciles !
Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des
scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent
sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils
mentent pour préserver des intérêts économiques dont les
leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le
réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par
exemple en dramatisant la montée des océans, alors que
ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une
manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt
qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais

rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000
tonnes ! (cinq millions de milliards de tonnes!)
Votre dernier argument est que la thèse officielle
contredit les lois de la physique. C ’est-à-dire ?
Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple
: la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément
polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude.
Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est
une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur
va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que
correspond à notre expérience quotidienne.
Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu
réchauffement ?
Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu. Par
contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les
variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui
répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme
les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à
l’oeuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de
l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous
avons changé le climat. La nature est bien plus forte que
l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !
Et si le réchauffement climatique n’était que le
prétexte à la création de nouvelles taxes ?
Et si le fait que la Sibérie devienne cultivable n’était
pas une catastrophe ?
Et si ceux-là même qui sont incapables de prévoir la
météo à plus de 5 jours et qui prétendent savoir le
temps qu’il fera dans 50 ans, nous prenaient pour des
cons ?
Et si la sagesse consistait à dire qu’on n’en sait rien ….
Et si on commençait à raisonner par nous-mêmes au
lieu de gober tout ce qu’on veut nous imposer ? (dans
« imposer », il y a « impôt » !) »

Quand va t’on enfin juger et condamner ces crétins d’écolos comme le suggère le commentaire de MONTESQUIEU ?

Répondre
Picot 28 août 2022 - 10:49

@Astérix
Remarquables observations. Bravo

Répondre
Delsol 28 août 2022 - 5:31

Merci de vos commentaires.
Il est possible en effet que d’autres phénomènes géologiques puissent expliquer le niveau si faible de l’eau du côté de Bellegarde et notamment les pertes du Rhône. Mais sauf erreur de ma part, la construction du barrage de Génissiat a débuté en 1937 et n’a été achevée qu’en 1948. Il ne peut donc aps avoir eu d’incidence sur cette photo de 1894, la même date que celle de la première photo à Lyon, face à la rue Saint Clair.
Si les « pertes » du Rhône déviaient le lit du Rhône vers Bellegarde à certaines périodes de l’année, n’était-ce pas quand les nappes souterraines s’amenuisaient?
La géologie peut peut-être nuancer le propos. Mais quoi qu’il en soit, à la même époque le débit du Rhône était très bas à Lyon, comme en atteste la première photo. Comment l’expliquer ?
Cordialement
Jean-Philippe Delsol

Répondre
ABBAMONTE 29 août 2022 - 3:40

Bonjour Monsieur DELSOL,
Pour information, ouvrir lien: https://www.histoire-pour-tous.fr/histoire-de-france/5225-navigation-rhone-xix.html

La sécheresse n’est pas la raison de l’assèchement du Rhône mais plutôt les importants travaux réalisés à partir de 1884 sur le fleuve dont les raisons sont clairement expliquées dans cet article.
Bien à vous.

Robert ABBAMONTE

Répondre

Laissez un commentaire