Accueil » Afghanistan : pas d’école pour les filles, pas d’aide internationale

Afghanistan : pas d’école pour les filles, pas d’aide internationale

par Aliénor Barrière

En voilà un bon moyen de pression ! Alors que l’Occident déverse à qui en veut l’argent de ses contribuables, certains organismes découvrent que ce flux généreux peut servir d’argument majeur pour obliger certains Etats libres-et-tolérants-mais-pas-trop à l’être un peu plus.

La Banque mondiale a ainsi suspendu quatre projets en Afghanistan d’une valeur de 600 millions de dollars après que les talibans eurent interdit aux filles de retourner à l’école sous le prétexte que l’on n’avait pas encore réussi à mettre au point un uniforme conforme à la « charia et à la tradition afghane ».

Les projets de la Banque mondiale visaient notamment à améliorer l’éducation, la santé et l’agriculture et avaient vocation à « s’assurer que les filles et les femmes participent et bénéficient de l’aide apportée ». Ils sont financés par le Fonds fiduciaire pour la reconstruction de l’Afghanistan (ARTF) qui a été gelé l’année dernière après la prise de contrôle du pays par les talibans. Vu la situation, ces projets ne seront relancés que lorsque la Banque mondiale sera convaincue que ces objectifs pourront être atteints. Ce qui risque fort de prendre du temps.

Néanmoins, la Banque mondiale n’abandonne pas l’Afghanistan. Son conseil d’administration a approuvé, début mars, un plan visant à utiliser plus d’un milliard de dollars de l’ARTF pour répondre aux « besoins urgents », le pays étant confronté à des pénuries alimentaires et à une pauvreté croissante depuis le retour au pouvoir des talibans en août 2021. L’argent ne sera cependant pas remis aux autorités talibanes, mais distribué par l’intermédiaire d’agences des Nations unies, comme l’Unicef, et d’ONG internationales.

You may also like

2 commentaires

en fait 31 mars 2022 - 9:01

OUI, franchement pourquoi instruire les filles ?.
Allo, Sigmund allo quoi !, nous avions Henri IV son panache blanc, la poule au pot; nous avons Madame S. Rousseau :  » je préfère les femmes qui jettent des sorts ».
Vite un retour :
– aux délicats rites barbares ancestraux.
– à la logique du grand démocrate Lénine le logement privé devient soviétisé mais sans l’ électricité.
Donc tout va bien.

Répondre
Obeguyx 31 mars 2022 - 9:57

Ils sont bien dans la ligne du wokisme. Lorsqu’on gratte un peu, on se rend très vite compte que c’est le même « genre » d’idéologie. Messieurs les décideurs occidentaux votre lâcheté est sans limite, vous avez failli par 2 fois et vous allez encore récidiver. Les Afghans ne vous remercieront pas, quand bien même vous leur envoyez de la nourriture et autre fausses tendresses. Vous êtes à vomir !!!

Répondre

Laissez un commentaire