Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » M. Zemmour, c’est l’étatisme l’ennemi de la France, pas le libéralisme !

M. Zemmour, c’est l’étatisme l’ennemi de la France, pas le libéralisme !

Lettre ouverte à M. Eric Zemmour

par
453 vues

Cher Eric Zemmour,

Vous êtes devenu, en très peu de temps, un candidat sérieux au poste de président de la République.  Ceux qui pensaient que vous n’étiez qu’un produit médiatique se sont lourdement trompés. Votre popularité n’est pas le fruit du hasard et ce ne sont pas seulement les médias qui ont fait de vous un vrai politique. Depuis des années vous dénoncez, de manière obsessionnelle  selon certains, les problèmes d’immigration et d’islamisation au sein de la France. Pour beaucoup, c’est du fantasme, pour d’autres c’est de l’aveuglement. A l’IREF, nous pensons que votre constat est plutôt juste. La France souffre depuis longtemps d’une immigration africaine et maghrébine hors contrôle et l’islam, qui méprise autant la démocratie que les libertés individuelles, est devenu, en effet, un problème d’intégration pour de nombreux étrangers (et pas seulement).

Votre diagnostic est plutôt juste mais vous ne comprenez pas encore les vraies causes du déclin de notre économie

A partir de ce diagnostic, vous avez exposé les mesures qui selon vous s’imposaient.  Vous avez d’abord interpellé les politiques par le biais de vos articles et de vos interventions dans les médias. Vous avez ensuite, peu à peu, élargi vos champs d’intérêt pour y inclure l’économie, la fiscalité, l’éducation, entre autres. Vous aviez bien entendu, dans tous ces domaines, des idées  pour sortir la France du « marasme économique ». Là aussi, votre diagnostic est plutôt correct. C’est en amont que vous manquez peut-être un peu de culture et d’expérience : vous ne comprenez pas encore les vraies causes du déclin de notre économie. Pratiquement à chaque émission et dans chacun de vos articles, chacun de vos livres, vous vous bornez – avec quel acharnement ! – à charger le libéralisme et la mondialisation de tous les maux qui affectent la France. Notre pays est-il vraiment, comme vous souhaitez nous le faire croire, cette grande nation autrefois riche et maintenant déchue ?  Nous répondons non, sûrement pas. On se lasse un peu de le rappeler, même si nous ne sommes pas nombreux à le faire, que si la nostalgie des années De Gaulle est charmante, c’est du cinéma, de la littérature, voire du toc.  Voulez-vous un indicateur fiable ? A cette époque, le PIB/hab était de 2.600 euros ; il  a été multiplié par 14 entre 1970 et 2019 (38.000 euros). Donc, non, la France ne se portait pas mieux. Elle a perdu du terrain par rapport à d’autres pays. Et, comme c’est bizarre ! ces autres pays qui courent plus vite que nous ont libéralisé tous azimuts !   Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suède… Ils ont, tout comme nous, été touchés par la vague de la mondialisation mais ils n’ont pas couru acheter leurs planches de surf au magasin d’Etat. Au contraire, ils ont fabriqué les leurs en les adaptant aux configurations diverses qui se présentaient. En d’autres termes, pour revigorer leurs économies, ils ont estimé que la meilleure méthode était de baisser la fiscalité et les réglementations, de privilégier la souplesse. Et ça marche.

N’oubliez pas que tout ce que paye l’entreprise se répercute sur… les salariés et les consommateurs !

Quelques-unes de vos propositions sont intéressantes mais restent maigrichonnes. On ne peut que vous approuver de vouloir réduire encore plus les impôts de production. Mais pourquoi de seulement 30 milliards d’euros lorsque l’on sait que, selon Eurostat, ils rapportaient l’équivalent de 4,9 % du PIB en France en 2019, contre 2,3 % dans l’Union européenne et seulement 0,7 % en Allemagne ? C’est-à-dire que les sociétés sont chez nous deux fois plus pénalisées qu’elles le sont en moyenne dans l’Union et quatre fois plus qu’en Allemagne. Il faudrait peut-être se montrer un peu plus hardi contre cette anomalie.  Vous souhaitez baisser le taux d’impôt sur les sociétés à 15%, mais seulement pour les petites entreprises, les artisans, les commerçants, les agriculteurs… Or, s’il est toujours bien de baisser les impôts, ce ne sont pourtant pas ces catégories qui créent le plus d’emplois nets en France. Ce sont plutôt les entreprises de taille intermédiaire (ETI pour parler pro).

Vous annoncez la création de « zones franches industrielles ». L’idée a déjà été avancée par Jacques Delors dès le début des années 1980 et appliquée par plusieurs gouvernements dont celui d’Alain Juppé en 1996. Si elle avait marché, on l’aurait su. Enfin, il est question d’un fonds souverain – il  existe déjà une multitude de fonds d’Etat, mais nous n’en sommes plus à une idée étatiste près ! – et du « contrôle des investissements étrangers étendu à tous les secteurs ».  De quoi s’attendre, de la part de pays qui n’apprécieront pas, à quelques rétorsions. Nos entreprises non plus n’apprécieront pas ces freins, dans leurs échanges comme pour leurs exportations. En êtes-vous conscient ? En ce qui concerne le pouvoir d’achat, pardon, mais vous ne nous proposez que des mesurettes sans grande originalité. Comme tout le monde ou presque. Vous voulez baisser les impôts sociaux pour ceux qui sont payés aux SMIC ?  Mais ce sont les cadres qui payent plus de cotisations sociales ! Il faudrait en finir avec le SMIC français (largement plus élevé que dans d’autres pays), afin de faciliter les embauches. Vous voulez que les entreprises remboursent 50 % de leurs frais de carburant aux salariés ? Bien, mais n’oubliez pas que tout ce que paye l’entreprise se répercute sur… les salariés et les consommateurs. L’argent des entreprises ne tombe pas du ciel.

Il faudrait en finir avec ce calamiteux Etat providence, qui plombe l’économie comme les énergies individuelles

En ce qui concerne l’immigration, vous annoncez des mesures strictes : fin du regroupement familial et limitation du droit d’asile. Mais là aussi, vous prenez l’effet pour la cause. La cause essentielle, c’est l’Etat providence. C’est bien lui le principal appel d’air vers l’étranger pour attirer des immigrés. C’est bien lui qui leur permet de rester sur notre territoire sans toujours chercher un emploi, puisque les aides leur fournissent de quoi subsister –les privant par la même occasion d’un puissant moyen d’intégration. Il faudrait en finir avec ce calamiteux Etat providence, qui plombe l’économie comme les énergies individuelles, et lui substituer un « Etat pilote » qui bien entendu soutiendrait les plus pauvres et les plus démunis mais les pousserait aussi à chercher leur place dans notre pays. Il existe une expression assez oubliée, qui convient très bien : « mettre le pied à l’étrier ». Si votre proposition concernant l’attribution des aides non-soumises à cotisation aux seuls Français est intéressante, elle oublie que nombre d’immigrés sont aujourd’hui Français, et n’en sont pas forcément plus enrichissants pour notre pays.

Vous faites des propositions qui retiennent l’attention au sujet de  la justice et la police : plus d’efficacité et plus de sévérité. Mais pour cela il faudra stimuler ceux qui en ont la charge. Recruter plusieurs milliers de magistrats et de greffiers ne résoudra probablement pas le problème si l’incitation aux résultats n’accompagne pas la hausse des budgets.

De quel droit décideriez-vous à la place des Français de ce qu’ils doivent acheter ? A eux de choisir les produits qui leurs plaisent.

Vous voulez « protéger » les entreprises, les industriels et les agriculteurs qui souffriraient « au nom du libre-échange ». Faut-il vous rappeler que le libre-échange, c’est un contrat entre plusieurs parties qui profitent chacune du marché de l’autre ? Ni nos entreprises, ni nos industriels ni nos agriculteurs n’auraient jamais pu, sans les autres marchés, écouler leur production. Vous voulez même instaurer un « Patrie-score » pour indiquer clairement aux consommateurs la provenance française d’un produit. Mais si vous incitez les consommateurs à bouder les produits étrangers, il y aura à coup sûr un effet boomerang.  Les produits français seront à leur tout boudés à l’étranger. Avez-vous réfléchi aux conséquences sur, par exemple (un exemple entre mille autres) le cognac, une gloire nationale, qui exporte 98 % de sa production ? Nous pourrions détailler de manière plus technique les effets économiques d’une telle mesure, mais nous nous en tiendrons pour le moment à une question toute simple : de quel droit décideriez-vous à la place des Français de ce qu’ils doivent acheter ? A eux de choisir les produits qui leurs plaisent.

Vous faites aussi des promesses assez cocasses comme cette « bourse naissance » de 10.000 euros pour chaque enfant né dans un territoire rural. Les Françaises vont-elles se précipiter à la campagne pour accoucher ?

Sur le plan de la défense et de la politique étrangère, on a bien compris que vous vouliez retoucher votre image abîmée par votre admiration pour l’autocrate resté soviétique dans la moelle. Vous vouliez un « Poutine en France », c’est-à-dire que vous aspiriez à ce que notre pays soit pris en main par  un criminel. L’Ukraine n’est pas sa première proie. Il a bel et bien déclenché des guerres au fil des années, arrêté des journalistes et des opposants, il les a même parfois empoisonnés. Votre aveuglement ne date pas d’hier. Mais il s’est produit un miracle ces derniers temps : vos yeux semblent s’être dessillés et vous avez condamné le leader du Kremlin ! Que s’est-il donc passé ? On s’en doute un peu, mais c’est trop tard. Vous n’êtes donc plus si anti-américain que naguère, ni si anti-atlantisme. En quoi consiste alors votre réflexion sur le plan international ? On cherche. Sans trouver grand-chose.

Si vous gardez le même Etat obèse, rien ne changera en France. Mettez l’Etat au régime et la France recouvrera la santé.

Reste le plus inquiétant : le grand vide sur la réforme de l’Etat. Vous raisonnez toujours en fonction de ce que peut faire l’Etat pour la France et les Français, sans paraître avoir même le plus petit doute sur la justesse de ce raisonnement. Or c’est bien l’Etat qui nous étouffe ! Ce sont les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires – nous sommes champions du monde –, le nombre de fonctionnaires et le statut de la fonction publique qu’il faudrait baisser ! Vous voulez plus de produits français ? Réduisez le poids de l’Etat qui pèse sur l’industrie ! Vous voulez des champions français dans l’économie et le numérique ?  Interdisez  aux fonctionnaires ou aux énarques de s’en occuper !

Si vous gardez le même Etat obèse, rien ne changera en France. Mettez l’Etat au régime et la France recouvrera la santé.

Vous pouvez aussi aimer

38 commentaires

TIBI 9 mars 2022 - 3:03

Cette supplique à Eric Zemmour est remarquable, par son ton et sur le fond.
Vous restez cependant prudemment discret sur le révisionnisme historique, qui n’aura pas pu vous échapper.
Certes, l’attaque sur l’étatisme attaquait la cuirasse au bon endroit : un défaut calamiteux.
Mais ce qui révulse chez ce tribun et fait oublier tout le reste, est bien la torsion qu’il fait subir à nombre de faits historiques majeurs.
C’est pourquoi il importerait de définir enfin l’origine de son succès : avec une sincérité non feinte, l’ex-journaliste proclame son amour de la patrie, d’une voix distincte dans un pays de réserve et d’humilité pudique en ce domaine.
Alors, tout est bon pour magnifier la France, non seulement l’État, trois siècles après Louis XIV, mais le redressement de torts historiques reconnus depuis longtemps.

Cet angle d’attaque est trop peu souvent employé : c’est pourtant le talon d’Achille du postulant à la présidence, sa page de qualité et, tout à la fois, le gouffre où il fait tomber.
Car si le patriotisme idéalise l’Histoire par la force des choses, il ne devrait pas pour autant la transformer, et, ce faisant, abuser les patriotes.

Répondre
Dapsang 9 mars 2022 - 8:07

Tres bien vu . Mr Zemmour n’a helas aucun bagage economique et la maitrise de la matiere necessite davantage que quelques fiches de conseillers ou conseilleres sans experience. Intellectuel avant tout , ideologue, il est forcement sensible aux idees simples etatistes et antimondialistes . Lui qui se targue de connaitre l’histoire ne sait rien de l’histoire economique qui demontre la superiorite du liberalisme.
En fait pour lui la liberte au sens large passe derriere la nation, l’etat , la souverainete.
Pas surprenante sa sympathie pour les regimes despotiques et Vichy.

Répondre
Thieulloy 9 mars 2022 - 6:49

Merci Nicolas, si Z suit vos conseils, il sera au deuxième tour.

Répondre
Dallot 9 mars 2022 - 7:12

Votre démonstration pourrait tenir en partie si elle ne démarrait pas sur la comparaison du PIB de la France d’après guerre qui tentait de se relever du désastre et d’évoquer l’UK qui n’a réellement pris son envol bien après les années Tatcher ce qui démontre aussi et surtout que le développement est lié à la géo politique et que la nostalgie n’est pas seulement le fruit du fantasme mais le constat que l’impulsion & les convictions de certaines volontés et personnalités intervenant à des moments clefs et ayant le courage & la volonté de prendre les décisions qui s’imposent & adaptées à chaque cas permettent de sortir de situations qui parassent désespérées et insurmontables

Répondre
montesquieu 9 mars 2022 - 7:19

Bonne analyse. Mais comment faire comprendre aux français que la cause principale de leurs malheurs est l’État qui se mêle de tout et mal alors qu’il devrait se limiter à ses « devoirs » régaliens?

Répondre
JR 9 mars 2022 - 8:46

Bonjour, la France est entrée dans l’ère pré-communiste et les verdâtres ont achevé le travail. Libérons la France qui a un potentiel énorme, mais sans les éscrologues et sans les macronistes à 80 km/h et malus à 50 000 €. Merci. Bien à vous

Répondre
Jean Guicheteau 9 mars 2022 - 7:20

Je lance un nouveau parti ÉLECTEURS LIBRES qui propose entre autres une profonde réforme de l’État :
– réduction des dépenses publiques de 150 mds avec un nouveau système de gestion publique fondée sur de petites unités autonomes et la réalisation des objectifs
– remplacement de la CSG, l’IR, L’IS par une flat taxe de 20% et suppression des niches fiscales qui coûtent 100 Mds
– la santé, l’agriculture et la culture gérées par les régions,
– la gestion de la Sécu retirée aux politiques et confiée à des conseils d’administration élus par les cotisants,
– la stricte application de la constitution avec un gouvernement qui gouverne et un parlement qui le contrôle,
– la suppression du statut imprécis de réfugié de la convention de Genève (obsolète) et s’en tenir au réfugié politique de la constitution (agir pour la défense de la démocratie),
– une nouvelle constitution européenne précisant la répartition des pouvoirs approuvée par REFERENDUM EUROPEEN à une majorité qualifiée,
-etc…

Répondre
JR 9 mars 2022 - 8:43

Bonjour Jean, je vote. Merci.

Répondre
François MARTIN 9 mars 2022 - 8:14

Cinquième République, un demi-siècle d’échecs.

Parmi les pays développés, la France est l’un des plus mal gouvernés :

Prélèvements obligatoires excessifs, déficits chroniques, surendettement de l’État, réglementations proliférantes. L’appareil de production Français est écrasé sous les contributions et les formalités. En 2020, les dépenses publiques ont atteint 61,6 % du produit intérieur brut ! On ne connait même pas le nombre des impôts et taxes, certaines sources annoncent 360, d’autres un millier !

Malgré ces financements démesurés et en augmentation constante, les résultats sont de plus en plus mauvais : crise de l’agriculture, crise de l’aménagement du territoire et de l’environnement, crise de l’apprentissage, crise de l’artisanat, crise de l’Administration, crise de l’emploi-chômage, crise de l’enseignement, crise de l’immigration, crise de l’industrie, crise de la justice, crise du logement, crise de la médecine, crise du maintien de l’ordre, crise de la pêche, crise des prisons, crise de la recherche, crise du système social…

La cause de ce désastre est un Etat omnipotent à l’obésité soviétique. Merci Monsieur Lecaussin d’avoir mis le doigt dessus.

Répondre
Photini 9 mars 2022 - 9:07

« On se lasse un peu de le rappeler, même si nous ne sommes pas nombreux à le faire, que si la nostalgie des années De Gaulle est charmante, c’est du cinéma, de la littérature, voire du toc. Voulez-vous un indicateur fiable ? » Non , inutile, je n’ai pas besoin d’indicateur car cette époque est connu, ce n’est plus la préhistoire. En effet, la France, surtout le Français, était pauvre, on sortait de la guerre, on n’avait rien mais on avait l’espérance de tout avoir. On était heureux en découvrant la société de consommation et l’économie de services qui offrait des emplois à tout le monde. Aujourd’hui on a tout mais on a peur de tout perdre. Les élèves étaient respectueux des maîtres, il y avait le service militaire pour les garçons, et les étrangers (on disait alors étrangers et non immigrés) respectaient et aimaient la France en devenant des Français à part entière et pas complètement à part.

Répondre
Spriet 9 mars 2022 - 9:10

Très bonne analyse.

Répondre
Photini 9 mars 2022 - 9:16

Je ne sais ce que sont les impôts sur la production. Mais ce que je trouve détestable en France c’est que les entreprises ne rémunèrent pas correctement leurs salariés. L’état se substitue aux entreprises pour donner des aides aux Français qui deviennent des mendiants. Ne serait-il pas plus simple, et moins couteux, de diminuer les charges patronales de 20% et d’augmenter les bas salaires de 20%. Pour l’employeur c’est une opération blanche. L’état prélève des cotisations pour ensuite les redistribuer. Sans compter qu’une grande partie de ces cotisations versées à l’état son bouffées par les services redistributeurs: salaires, locaux, matériel de bureau etc. C’est complétement débile. En Suisse, le salaire le plus bas est de l’ordre de 3-4000 € mais les Suisses se démerdent avec leur salaire et ne bénéficient d’aucune aide de la Mairie. C’est l’exception française et on se vante d’être le pays le plus redistributeur alors qu’on devrait en avoir honte, honte d’autoriser des salaires de misère et d’obliger les salariés à mendier et à chercher du rab à droite et à gauche.

Répondre
goufio 9 mars 2022 - 9:41

Merci, cette analyse fait du bien. Vous avez tout juste. Mais aucun politique-candidat n’en est conscient. A droite ils sont tous brouillons sur l’économie, l’entreprise, ils n’ont jamais eu d’entreprise dans les mains ou pour faire plus court il n’ont jamais créer de richesse, ni jamais pris de risque comme dirait Nassim Nicholas Taleb  » mettre votre peau en jeu ». Pour la gauche on sait c’est plus d’impôts sur la réussite, plus de fonctionnaires et des prix bloqués.
J’ai hâte de connaître les propositions du sieur Mélenchon sur le blocage des prix de l’énergie, il doit s’exprimer rapidement sur le comment et le où. Mais comme il fait confusion (délibérée peut-être, quoique’il soit prof de français) entre le stock (capital) et le flux (revenu) nous n’en saurons peut-être pas plus. Le monde du réel est le nôtre et celui de la politique est le leur sauf qu’ils s’entrechoquent et que le premier est toujours cité pour payer les idéologies du second.
Même Nathalie Artaud, titulaire d’un CAPES et agrégée d’économie et de gestion, enseignante d’économie en lycée, qui voudrait obliger les experts-comptables, par la loi à publier la trésorerie des entreprises pour la distribuer « aux travailleurs ». Donc elle ne sait pas ce qu’est un bilan et la ligne correspondante de la trésorerie et ne sait pas à quoi elle sert ! Mais elle enseigne l’économie et débite ses stupidités sans être reprise pas les journalistes qui l’interview, est-ce consternant ?

Répondre
goufio 9 mars 2022 - 9:47

J’ai oublié de conclure par:
On peut tout dire en politique, même si on n’a pas de probabilité d’être élu, IL EN RESTERA TOUJOURS QUELQUE CHOSE.

Répondre
en fait 9 mars 2022 - 10:09

OUI, mais, pourquoi changer un fromage qui « sur-gave » la Caste ?. Oui, le libéralisme est la solution. C’est une noble idée, pour sortir de l’ancestrale misère. Mais, il lui faut maintenant des outils pour le XXI siècle. En effet, il faut pouvoir – équilibrer – de manière objective les diverses forces économiques. Aussi, les outils de gestion sont à revoir du sol au plafond. Car, nous subissons depuis la nette cassure de 1979 des déséquilibres de plus en plus dramatiques, c’est juste un constat pour tous.
La contrainte est Dantesque. Nos intendants- technocrates ne comprennent pas la comptabilité, mais très bien la cooptation. Certes, on peut faire une mesure juste avec une balance fausse. Mais, là en fait la  » comptabilité » est totalement obsolète. D’ailleurs le Triumvirat actuel ( par ordre alphabétique) – Chine dictature avec M.O. exploitées – Etats Unis avec  » technologies » et U.S.D. – Russie dictature avec M.P. et M.O. exploitées – n’a pas encore trouvé la logique de Constantin.
Donc tout va bien.

Répondre
Astérix 9 mars 2022 - 11:51

Merci de Votre article Monsieur LECAUSSIN. Je pense que MONTESQUIEU a parfaitement résumé la situation sur le fond ! Bien à vous.

Répondre
Dolad 9 mars 2022 - 7:02

Finalement le candidat le moins etatiste n’est il pas Macron ?

Répondre
Bastiat64 10 mars 2022 - 9:59

Heu non, quand même faut pas pousser… Macron est un socialiste, étatiste jusqu’au cou. Que ce soit en tant que chef de cabinet de Hollande, Ministre de l’économie et des Finances ou aujourd’hui Président, il a eu sa chance et n »a jamais montré avoir une quelconque intention de réduire la dépense d’Etat et l’interventionisme de l’Etat dans toutes les sphères de la vie publique, les fonctions régaliennes sont aux abois car leur bugdet a été pressurisé pour financer des folies planificatrices. Non vraiment, Macron n’a rien d’un libéral, c’est un pur produit de l’Etat (ENA, son passage en banque c’est 1 an) et c’est d’ailleurs pour cela qu’il ne fera jamais rien pour le réformer.

Répondre
Daniel LE GAOUYER CHEVALIER 9 mars 2022 - 7:46

Je crois être également un expert en géopolitique .
En économie je garde un esprit critique potentiel
En « Culture « , je constate un désengagement des peuples en Europe résultant d’une idéologie meurtrière qui remplace notre civilisation.
L’Occident , en se dégageant, sa servilité au nouvel ordre mondial , va lui être fatale, parce que l’engagement et l’intervention des Americains n’existeraient plus, de bonne source.
Le monde est devenu insupportablement dingue.
Je me méfie de nos politiques en tous genres qui nous manipulent. Je préfère mes sources qui proviennent du terrain. Ce sont les seules qui valent.
Nous fonctionnons plus assurément vers la manifestation de la vérité qui est multiple, en vivant intensément avec toutes les parties concernées.
C’est un travail de fond qui nous apporte que les premiers éléments de réflexion.
Il faut du temps pour mieux comprendre les faits rien que les faits qui peuvent nous paraître souvent incompréhensibles et complexes dans un monde  » de dingue. » La dramatisation excessive de certains faits peut nous paraître paradoxale , les fausses nouvelles, et les rumeurs sont souvent reponsables de nos peurs et nous font commettre des erreurs .
Nous avons besoin de sincérité, de bon sens et de la vraie  » Connaissance  » pour ne pas être victimes de manipulateurs – menteurs .
Vous êtes un expert compétent mais comme la plupart des spécialistes nous ne sommes point aux commandes, c’est cela qui est insupportable lorsque nous savons que nous avons été très mal gouvernés depuis trop longtemps, je pense que le monde entier devrait modifier l’échelle des valeurs.
Les plus instruits ne sont pas tous intelligents en tous domaines.
Il me semble incohérent et absurde de croire qu’ un seul individu peut avoir la science infuse.
Or, nous allons vers un affrontement inéluctable par la faute de tous les malades qui nous gouvernent .
A quand la révolution de toutes les intelligences ignorées par les clans privilégiés de mauvaise foi , depuis des siècles, des siècles.
Il
L’Humanité ne pourra jamais évoluer.
Il en résultera ce que vous imaginez.
Rien de nouveau à l’ouest.

Répondre
AlainD 9 mars 2022 - 9:12

Notre pays souffre de l’obésité de l’administration et du centralisme parisien énarchique qui tient entre ses mains souvent bien peu expertes la vie quotidienne des gens de France (oui car la désormais sempiternelle formule « les françaises et les français m’horripile) auxquels ils imposent leurs lubies, leurs usines à gaz, les réglementations parfois absurdes, les codes de toute nature tellement indigestes.
Certains ont voulu décentraliser (l’enfer est pavé de bonnes intentions) mais voyez le nombre de fonctionnaires qui gravitent dans les conseils régionaux, départementaux, les communautés urbaines et autres communautés de communes, plus le Parlement : 577 députés, 323 sénateurs, le gouvernement que Macron nous avait annoncé resserré ! Vous avez vu combien ils sont et le nombre de conseillers avec, sans compter qu’ils font appel à des cabinets privés payés fort cher.
Il serait grand temps de mettre un terme à cette débauche de moyens, à cette gabegie d’Etat. Macron avait fait la promesse (une de plus non tenue) d’un changement de fonctionnement, pauvre petit homme ! C’était sans compter sans l’inertie des fonctionnaires dont pas mal en ont vu passer des ministres et des présidents… Mais eux restent !!!

Parmi les usines à gaz que nous concoctent les ministres, il y en a une actuellement en fonction concernant les prix de l’énergie. Le Maire qui n’est pas à une ânerie près refuse de baisser -même provisoirement – les taxes sur les carburants, l’électricité… Il a trouvé plus « simple » (c’est un énarque) de faire un « chèque énergie » à toutes les personnes dont le revenu ne dépasse pas tel plafond. Il faut vraiment avoir l’esprit tordu pour bâtir un tel « machin ».

Répondre
Bastiat64 10 mars 2022 - 5:36

Est-ce que l’un d’entre vous a déjà écouté le discours d’Eric Zemmour à Lille sur le pouvoir d’achat ?
Si non, je vous invite à aller le voir sur Youtube pour vous faire une idée, vous serez surpris je pense.

On y trouve (de mémoire) :
– l’audit systématique des comptes et dépenses publics pour rendre l’argent aux français comme méthode du quinquennat
– la concentration du budget sur les fonctions régaliennes uniquement et les coupes dans les ministères annexes (type culture) et subventions (type éloliennes ou associations)
– sa définition du pouvoir d’achat : « Ce qu’il vous reste et que l’Etat ne vous prend pas », il dit aussi « nous sommes le peuple le plus taxé du monde et nous devons nous le répéter tous les jours »
– son but : réduire au maximum tous les prélèvements et taxes de l’Etat pour augmenter le pouvoir d’achat, réduire les règlementations inutiles pour arrêter d’emmerder les français qui travaillent, réduire l’assistanat public pour inciter les gens à travailler… et il y en a d’autres, allez voir par vous même.
C’est quand même plus libéral que socialiste comme discours !

Donc oui, ce n’est pas un vrai libéral… mais peut-être bien le plus libéral des 12 candidats qui se présentent à l’élection (malheureusement) !

Répondre
Bastiat64 10 mars 2022 - 9:45

Je vous conseille aussi son entretien chez Contribuables Associés (Youtube) où il commence par le constat suivant : « Le problème en France c’est que le salaire brut est trop élevé pour l’entreprise et que le salaire net est trop bas pour le salarié, la différence entre les deux c’est le prélèvement de l’Etat que nous devons réduire…. pour augmenter la compétitivité des entreprises et pour rendre du pouvoir d’achat aux salariés »…

Répondre
Denizot 10 mars 2022 - 10:57

Merci Monsieur Lecaussin ,
pratiquement tout ce que vous dites est juste … mais difficile à vendre aux français , c’est peut-être aussi pour ça que le z prend souvent des chemins de traverse. . Il y a quelque chose que j’ai toujours rêvé de dire aux politiciens qui nous gouvernent , sans les blesser , : serait-il possible qu’une règle soit créée dans l’UE qu’aucun pays ne dépasse la moyenne européenne en ce qui concerne , les fonctionnaires , les dirigeants etc , par exemple : même proportion de sénateurs , de députés , d’enseignants , de juristes , etc en proportion du nombre d’habitant de chaque état. Selon moi cet amaigrissement de fonctionnaires serait vendable parce que venant de l’UE :qu’en pensez-vous ?

Répondre
Nicolas Lecaussin 10 mars 2022 - 11:01

Merci à vous !
NL

Répondre
Obeguyx 10 mars 2022 - 1:52

Effectivement remarquable, j’espère que Zemmour va largement s’en inspirer pour l’intérêt de TOUS les français. En cas d’élection, hors Macron, le Président devra prendre 3 mois pour faire un véritable état des lieux de la France. Ensuite dégraissage de l’obésité étatique et consultations référendaires devront se succéder pendant 9 mois. Au 1er anniversaire dresser un bilan des actions menées. Puis continuer sans jamais faiblir.

Répondre
Henri 10 mars 2022 - 3:43

Plus la campagne avance et plus les candidats extrémistes démontrent que leur arrivée au pouvoir serait une véritable catastrophe. M.Zemmour est un exemple parfait.

Répondre
POUSSY 10 mars 2022 - 5:32

Je partage la quasi-totalité des constats exposés à l’encontre du candidat Eric ZEMMOUR, avec quelques réserves sur cette étude élaborée presque exclusivement à charge. Effectivement, son programme et peut-être aussi sa culture économique doit s’étoffer rapidement pour établir un constat urgent et objectif sur l’obsolescence de la puissance publique et sur les charges de production anormalement lourdes infligées aux entreprises.
De même, la fiscalité dont souffrent les particuliers devrait faire l’objet d’une refonte complète afin d’alléger les innombrables taxes qui pèsent sur le pouvoir d’achat.
Enfin, le candidat fait une incroyable impasse sur les coûts et l’inefficacité de la fonction publique pléthorique, l’emploi des fonds par celle-ci et son contrôle, l’effarant nombre d’élus simplement justifié pour reconvertir des politiciens professionnels qui n’ont jamais travaillé dans le secteur privé, dont la règlementation est régie par ces même personnes !
Malgré tout, le programme des autres candidats se révèlent encore plus pauvres…

Répondre
Astérix 13 mars 2022 - 8:42

Très bons commentaires de Bastiat 64. !

Répondre
a.adam-van-geem 13 mars 2022 - 8:52

Bien vu. Partager un gâteau est une idée bien sympathique… encore faut-il le confectionner ! Pour le confectionner, il faut des mains et… les produits nécessaires ! En France, pendant qu’on détruisait les producteurs de richesses : entreprises, usines etc., on constituait des bataillons de fonctionnaires « distributeurs d’aides diverses » . Pour financer ses largesses, l’état ne sait plus qui ni quoi taxer. L’exemple des taxes taxables sur l’électricité et les carburants est édifiant. A chaque fois que le prix du brut ou du gaz augmente, l’Etat a de quoi se frotter les mains puisqu’il encaissera davantage de TVA. L’inflation est une aubaine qui lui permet de remplir le tonneau des danaïdes. IL EST URGENT DE DEGRAISSER LE MAMMOUTH et de réduire la pression administrative et fiscale de l’Etat.

Répondre
Rémi 13 mars 2022 - 10:43

Stratégiquement et territorialement, monsieur ZEMMOUR, n’est-il pas un « mal nécessaire » en cette période aux télescopages multiples…
Il pose des problèmes qui interrogent et qui obligent les candidats à se situer : La Sécurité, l’immigration, la place de la France sur l’échiquier international…
Comme la France insoumise (11%), le parti communiste (5%), le Rassemblement national (15%°, Zémmour (12%) apportent sa pierre pour une majorité de français : quelques 40% des français comptabilisés aujourd’hui dans les études…!
De plus le contexte et les circonstances internationales actuelles verrouillent les débats, n permettant pas d’avoir une vraie visibilité circonstancielle sur Zemmour qui apparait comme étant un fusil à 2 coups… préparant le territoire politique de la Droite dans une réunion pour 2027….
Les règles du jeu sont pipées…
Néanmoins, Zemmour reste Zemmour, qui politiquement parti de « rien », il arrive à être un épouvantail » représentatif et écouté sans apporter une large adhésion…. Il chasse les corbeaux… »12% » est mieux que « 0% »….
Alors, que seront les 5 prochaines années avec Jupiter qui propose ce qu’il n’a pas fait pendant 5 ans …. Laissant des « blancs » sous des prétextes fallacieux… :
• Notre Dame des Landes avec une gestion abyssale,
• Mise en place des gilets jaunes avec les dégâts collatéraux aux cicatrices encore béantes,
• Commission pléthorique DELEVOIE, aux frais de gestion incontrôlés « PCHITT…. »
• Un toilettage de fond sur les retraites, la réforme du code du travail, du chômage… aux conclusion en devenir…
• Un endettement de la France 120% du PIB qui dépasse l’entendement en devenant le pays le plus endetté de l’Europe…
• Etc… Etc…
Cet état des lieux non exhaustif, justifie la présence de monsieur Zemmour qui dénonce tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, me parait être ces cailloux dans la chaussure des traditionalistes… frileux et souvent, dans les faits, des lâches et des ventres mous, que je déplore dans l’intérêt de la France dégondée dans les faits et qui n’augure pas de ses résultats dans les 5 prochaines années….
Je suis de Droite, actrice mais pas conservatrice frileuse…
Alors, je ne sais pas pour qui voter « utile » …?

Répondre
Vaxelaire 13 mars 2022 - 1:06

Monsieur Lecaussin a votre place je me présenterais ,vous êtes toujours entrain de critiquer un tel et un tel ,vous chercher la perle rare ,d ‘après vous elle n ‘existe pas ,alors le mieux au lieu de contester ,présentez vous ,pour moi et des millions de Français il est le mieux par rapport a ceux qui veulent ou nous couler encore plus ,ou nous faire venir encore plus d ‘immigrations ,donc ensauvagement de la France avec se qui va avec ,agressions ,violes, voles ,meurtres etc ,les policiers ,pompiers ,enfin tout se qui représente l ‘état sont systématiquement objet d ‘attaque ,, l’Armés le néant ,etc etc .pathétique

Répondre
Nicolas Lecaussin 13 mars 2022 - 4:28

Cher Monsieur, notre travail est d’analyser, d’argumenter et de proposer. Aux politiques de s’en inspirer.
Cordialement

Répondre
Dufournet 16 mars 2022 - 11:52

essentielliste

Dire que monsieur Zemour est un ennemi de la France est une provocation inutile et nuisible.
Cher Mr. Lecaussin qui nous avait habitué à vos analyses et jugements fort pertinents, de grâce ne
vous laissé pas entraîné par vos émotions et vos « passions tristes ».
L’ étatisme français est hélas un mal qui affecte toute notre classe politique, celle qui est passé par « Sciences Po
et l’Ena.

Répondre
Nicolas Lecaussin 16 mars 2022 - 1:01

Vous avez mal lu. C’est l’étatisme l’ennemi de la France, ainsi que les énarques, Bercy et Co…
Cordialement

Répondre
Justin Gilead 25 mars 2022 - 10:35

Bonjour Mr Laucassin,

Vous n’avez pas compris Zemmour : cet homme est un conservateur, un ennemi des Lumières ; donc il s’oppose aux idéologies progressistes que sont le socialisme et le libéralisme. Les libéraux veulent « émanciper » l’individu de toute contrainte et les socialistes veulent « émanciper » celui-ci de toute forme de domination. Dans tous les cas, on passe par l’état ; celui-ci étant désormais un instrument au service de l’idéologie rationaliste – oserais-je dire autiste ? -, et des « projets de sociétés » utopistes.

Vous combattez l’étatisme ? Je vous croirais sur parole, si vous étiez romantique, nostalgique du moyen-âge et des valeurs rurales. Mais là où il y a industrie, tertiarisation et urbanisation, il faut l’intervention de l’état. Vous ne pouvez pas être sincère dans votre démarche « anti étatiste ». Les socialistes ont raison sur ce point : l’état permet le développement du capitalisme ; c’est ce que vous appelez naïvement le « capitalisme de connivence ». Le poids de la technocratie est également très fort dans les pays anglo-saxons, grâce au développement des valeurs urbaines et progressistes, grâce au libéralisme.

Des économistes comme Ricardo ont effectivement influencé le commerce international depuis le xviii ème siècle, mais le libéralisme à lui seul ne peut constituer un programme. Les valeurs marchandes ne rendent pas compte de ce qui régit les relations sociales et internationales. Vous oubliez la nature humaine, immuable et faillible, comme tous les nihilistes modernes de votre acabit (socialiste, anarchistes, communistes, libéraux,…) ! Relisez éventuellement Hobbes : cet homme est peut être le plus proche de vos idées – tradition du contractualisme oblige -, tout en restant un penseur réaliste.

Répondre
Justin Gilead 28 mars 2022 - 2:02

Bonjour Mr Lecaussin,

Il y a quelque chose que je ne comprends pas : si Zemmour est trop de droite pour vous, pourquoi ne pas vous intéresser à des personnalités du centre comme Macron ou Pecresse ? Ces deux candidats sont des techniciens de la politique et des hauts fonctionnaires ayant reçu la même formation que vous : ils seraient peut-être plus sensibles aux questions de gouvernance libérale que Zemmour, dont l’école est plutôt le réalisme politique et le conservatisme. Je pense que vous auriez même plus de chance de convertir un socialiste au libéralisme, puisque les deux idéologies issues des Lumières sont concurrentes et non pas adversaires, que d’influencer le très conservateur Zemmour.
Cordialement,

Justin Gilead

Répondre
Nicolas Lecaussin 29 mars 2022 - 8:34

Je n’ai pas écrit qu’il était « trop à droite » mais qu’il était étatiste.
Cordialement
NL

Répondre
Nicolas Carras 13 avril 2022 - 10:44

Mais c’est tout simplement parfait ! Article que je vais garder précieusement pour ma documentation. Merci et bien à vous.

Répondre

Laissez un commentaire