Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La Pologne se passe de la France pour devenir la plus grande armée terrestre d’Europe

La Pologne se passe de la France pour devenir la plus grande armée terrestre d’Europe

par
2 857 vues
Face à la menace russe, Varsovie a pris la décision d’augmenter considérablement ses capacités militaires, ayant même pour ambition de posséder bientôt « les forces terrestres les plus puissantes d’Europe », selon les mots du ministre de la Défense polonais, Mariusz Blaszczak. Mais le gouvernement polonais, agacé des pressions exercées par Emmanuel Macron sur la Pologne, a choisi de ne passer aucune commande d’armement auprès de la France.

L’agression de l’Ukraine par l’armée russe a surpris les dirigeants occidentaux, mais pas la Pologne, qui sait depuis toujours à quoi s’en tenir avec son voisin. Pour le moment la guerre reste à sa porte, mais rien n’assure que le conflit ne s’invitera pas sur son territoire, qui possède une frontière directe avec Kaliningrad et la Biélorussie vassale de Moscou. L’article 5 de l’Otan lui garantit le soutien armé de ses alliés, mais ne la protège pas d’une attaque du Kremlin.

C’est pourquoi, devant l’ampleur du danger, « l’armée polonaise doit être si puissante qu’elle n’aura pas besoin de se battre, du fait de sa seule force », a souligné le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, le 10 novembre dernier, à la veille de la fête de l’Indépendance. Si vis pacem para bellum : la Pologne investit donc  massivement dans une armée moderne afin d’être prête au cas où la Russie prendrait le risque d’un affrontement direct avec l’Otan.

La Pologne met le turbo pour s’armer

Elle a  annoncé une hausse historique du budget consacré à sa défense : il passerait de 2,4% du PIB à 5%. Soit très loin devant tous les autres pays européens, dont l’Allemagne qui n’y consacre que 1,5% de son PIB, bien en dessous de l’exigence de 2% fixée par l’Otan. Un minimum que la France se contente tout juste de respecter.

Si l’attaque russe de l’Ukraine semble avoir fait sortir l’Allemagne de sa léthargie, avec l’annonce de son réarmement, ce n’est pas en un claquement de doigts que Berlin arrivera à rattraper les décennies de retards accumulés dans le domaine militaire, ni à motiver les jeunes Allemands pour s’enrôler dans une armée décriée.

A l’inverse, l’armée polonaise, qui souhaite doubler ses effectifs en passant de 150 000 à 300 000 soldats d’ici 2035, poursuit un objectif audacieux qui semble être dans ses capacités, comme l’explique à Politico Gustav Gressel, ancien officier autrichien spécialiste de la sécurité au Conseil européen des relations internationales (ECFR) : « Les Polonais ont une attitude beaucoup plus positive envers leur armée que l’Allemagne parce qu’ils ont dû se battre pour leur liberté ».

Une liberté durement conquise contre le communisme, et que Varsovie compte bien garantir face à Moscou, mais aussi faire valoir pour s’émanciper de Bruxelles, qui utilise les sanctions pour contraindre la Pologne à adopter son agenda politique.

La surprise vient de ce que le pays n’a pas choisi cette fois de s’équiper seulement auprès de son allié américain, mais s’est tourné vers la Corée du Sud. Une décision qui reflète sa prudence envers le pouvoir démocrate de Washington, n’ayant pas oublié les attaques de Joe Biden qui avait accusé les dirigeants polonais d’être à la tête d’un gouvernement « totalitaire ».

Pour la Pologne, la France n’existe plus

Plus grave pour nous, ayant déjà décidé de se passer de la France pour développer son énergie nucléaire, la Pologne récidive avec les commandes de matériel militaire. Elle fait payer à notre diplomatie son arrogance. C’est une gifle monumentale pour Emmanuel Macron, dont la suffisance affichée a privé la France d’un boulevard d’opportunités avec son allié historique dans le domaine énergétique et militaire. La Pologne avait déjà signé un contrat de 4,9 milliards d’euros au printemps dernier pour la livraison de 250 chars américains Abrams, afin de remplacer les tanks obsolètes de l’ère soviétique livrés à l’Ukraine au début de la guerre. Le département d’État américain a annoncé la vente de 116 chars Abrams supplémentaires dans leur version modernisée.

Varsovie a aussi commandé à Séoul l’équivalent de 10 à 12 milliards de dollars d’armement, et passé un accord avec l’entreprise sud-coréenne Hyundai Rotem pour la livraison d’ici la fin des années 2020 de 1 000 chars d’assaut, soit plus de 4 fois le nombre de chars Leclerc opérationnels dans l’armée française. La livraison de 180 de ces chars K2 Black Panther doit avoir lieu entre 2022 et 2025, pour une valeur de 3,37 milliards de dollars.

A ce contrat s’ajoute la commande de 288 lance-roquettes multiples K239 Chunmoo, système d’artillerie semblable aux Himars américains si décisifs pour l’armée ukrainienne. Ainsi que la livraison de 672 obusiers K9 Thunder, qui ont des propriétés similaires à celles des canons CAESAR français également présents sur le front en Ukraine. A titre de comparaison, la France a prévu de son côté de se doter de 109 canons CAESAR pour 2025.

La Pologne souhaite aussi rattraper son retard en matière de forces aériennes et navales, encore bien inférieures à celles de l’armée française. Elle a signé dès 2020 avec les États-Unis un contrat de 4,6 milliards de dollars pour acquérir 32 chasseurs F-35, et ce malgré les nombreux défauts référencés sur le dernier appareil de Lockheed Martin. Une défense aérienne composée de F-16, que la Pologne complète désormais avec la commande de 50 FA-50 sud-coréens. Pas un seul Rafale français ne lui a été vendu.

Même pour le renforcement de sa marine, Varsovie a préféré faire son marché ailleurs qu’en France : 3 frégates commandées aux Britanniques et, très récemment, 2 navires espions au groupe suédois Saab. Rien à la construction navale française, pourtant encore de très bonne facture. La débâcle est totale.

Si Varsovie a été séduite par le rapport qualité-prix avantageux de Séoul, par sa capacité à honorer rapidement les commandes, et est animée par le souci de diversifier ses sources d’approvisionnement, les dirigeants polonais ont confirmé que les pressions exercées par le couple franco-allemand ont été décisives dans le choix de leur nouveau partenaire stratégique.

L’attitude condescendante d’Emmanuel Macron envers la Pologne a donc bien contribué à faire perdre à la France les milliards d’euros d’une coopération potentiellement fructueuse. Plus grave encore, par sa désinvolture le président français a fragilisé l’alliance historique qui liait la France à la Pologne, condamnant ainsi les Français au déclin. A moins que, redevenus lucides, ils n’abandonnent rapidement cette condescendance qui les conduit à vouloir imposer à leurs voisins une certaine vision du monde et de la vie en société.

Vous pouvez aussi aimer

8 commentaires

Laurent46 13 janvier 2023 - 8:14

Il y a beaucoup de pays à travers le monde pour lesquels la France n’existe plus. Cela nous le devons à tous ces crétins Républicains qui se sont succédé ces 30 dernières années sinon plus et qui sont d’une telle prétention qu’ils n’ont encore rien compris faut-il pour sauver leur réputation républicaine accueillir tous les délinquants et malades des autres pays pour les entretenir et les soigner gratuitement alors que nous avons une dette sans équivalent dans le monde si l’on prends les vrais chiffres soit la dette officielle et la dette hors bilan les deux réunis doublant le montant officiel lequel doit déjà être cherché. Que voulez-vous faire avec une telle « Ripoublique » déjà particulièrement médiocre et qui ne cesse de donner des leçons aux autres. Le vrai problème de la France c’est cette République gauchiste qui ne cesse de détruire le pays France. Regardez bien les images de vos chaines, la tête (pour rester poli), le vestimentaire et le comportement des dirigeants de la République aussi bien du gouvernement que des parlementaires jusqu’aux dirigeants de nombreuses couches locales dont la République en a le secret. Et avec tout cela ils se posent comme étant le gratin du monde ou faut-il dire le crottin du monde ce serai plus explicatif.
Arborer les rosettes de la République au lieu du drapeau de la France à leur boutonnière est déjà significatif.

Répondre
Almaviva 13 janvier 2023 - 4:00

Lamentable ! M. Macron n’a fait qu’accélérer ce que ces prédécesseurs ont commence ! Mais lui, c’est un coup d’accélérateur pour détruire la France !

Répondre
pierre georges thomas 14 janvier 2023 - 4:46

Bonjour,
Sur la Pologne mon analyse est assez iconoclaste! certes ce pays a de quoi se méfier de son voisin russe, mais si on s’interesse à l’histoire on découvre que la Pologne a souvent été source de conflits avec son voisin et souvent de son fait, le royaume polono lituanien a souvent envahi l’Ukraine (lire Tarass Boulba de Gogol ) dès que l’état est recrée il essaye d’envahir la russie soviétique et ne doit sa survie qu’à notre aide! dans le même temps son attitude en silésie est proche du terrorisme pour faire fuir les allemands et gagner toute la Silésie, ce qui ne se fera pas bien que nous soyons en tant que force de « maintien de la paix » d’une neutralité plus que malveillante vis a vis des allemands, mais nos alliès présents sont eux plus honnêtes. a cette époque la Pologne essaye de se créer un « empire » en Ukraine et garder ce qui était la galicie bien que celle ci soit plus ukrainienne que polonaise, la galicie (avec notamment Lvov ou Lviv intègrera l’Ukraine après la seconde guerre mondiale!
Entre 1920 et 1939 la Pologne a un régime type fasciste allié des allemands et lors du dépeçage de la Tchèchoslovaquie ce parangon de vertu n’hésite apas à en récupérer un morceau, en fait la Pologne ne vient vers nous que lorsque ses chefs découvrent qu’ils seront prochainement mangés par Hitler
Sur le plan achat de matériel, il est évident que Macron ne facilite pas les choses, MAIS lorsque la Pologne renouvelle ses hélicoptères elle achete US pas ARBUS: (le Monde d’octobre 2015)
« L’annonce prend des allures de douche froide pour la France. Varsovie a annoncé, mardi 11 octobre, l’achat d’au moins vingt et un hélicoptères Black Hawk américains, après avoir suspendu, le 4 octobre, les négociations engagées en 2015 avec Airbus sur l’acquisition de cinquante Caracal au motif que l’offre finale du constructeur européen ne répondait pas aux attentes du pays.

Le patron d’Airbus Group, Tom Enders, s’en est pris violemment, mardi, au gouvernement polonais. « Nous n’avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l’avons été par ce gouvernement, a-t-il déclaré. Airbus voulait vraiment investir en Pologne (…) mais le gouvernement polonais nous a claqué la porte au nez. Nous en prenons bonne note. »

A l’époque c’était Hollande!
ce pays n’est qu’un allié de circonstance, qui ne voit dans l’Europe que la vache a lait et dans l’Otan une protection ce pays fonctionne sur un mode egoiste!

Sur yun plan pratique de toutes façons nous n’avion spas les moyens de leur fournir 300 chars leclerc et même d’occasion nous n’en avons pas autant, idem pour les canons! et relancer une chaine de montage?? du rêve, nous ne sommes même plus en mesure de faire nos munitions de petit calibre et nos armes légères d’infanterie! A la limite fournir un pays du tiers monde avec des échantillons est à notre portée, plus? la Pologne aurait reçu ses derniers chars dans 15 ans!

Répondre
Arnaud DAUPHIN 16 janvier 2023 - 1:24

Cher monsieur, je suis au regret de vous apprendre que votre propos n’est en rien « iconoclaste », mais qu’il s’apparente à la propagande anti-polonaise qui vous a trompé. Si la Pologne a souvent eu à se battre dans l’Histoire, c’était surtout du fait de ses voisins, notamment la Russie. Les cosaques d’Ukraine n’était pas non plus réputés pour être des enfants de chœur…

Par ailleurs la Pologne n’a jamais attaqué la Russie soviétique, c’est Lénine qui a attaqué la Pologne, les pays Baltes et l’Ukraine pour les asservir au communisme. La Pologne a remporté une victoire (avec l’aide de la France) sur les bolchéviks, arrachant ainsi son indépendance à l’impérialisme russo-communiste. La Pologne avait d’ailleurs réussi à conserver la Galicie dans ses frontières, mais cette région lui sera volé par Staline lors des partages de l’Europe avec les puissances alliés lors de la Seconde Guerre mondiale.

La Pologne n’a jamais été alliée à l’Allemagne nazie, mais était simplement liée par un traité de non-agression, qui a été violé par l’attaque conjointe de l’Allemagne et de l’URSS en septembre 1939. Si la Pologne n’est pas parfaite, il faut rester prudent à ne pas se laisser abuser par les mensonges historiques, dont l’Allemagne et la Russie savent parfaitement se servir pour nuire aux Polonais.

Arnaud DAUPHIN

Répondre
Dihamel 15 janvier 2023 - 11:01

Et difficile de recréer une armée avec du bon matériel sans une industrie mécanique compétitive .L’accordéoniste Giscard D’Estaing avait dit que la France serait un pays de service .Etbien on y est .Même AirBus n’est plus français mais Allemand .On achète nos éoliennes a l’Espagne ou à L’Allemagne .Macron achète les armes légères à l’Allemagne ,pour montrer qu’il est un européen convaincu pour obtenir les faveurs de Berlin.qui sait bien rouler le jeune coq dans la farine .
Comme on dit .* le coq chante sans voir qu’il a les pieds dans la merde *.

Répondre
Duhamel 15 janvier 2023 - 4:25

Macron en bon premier de la classe a fait comme nos elus socialistes de 1936 avec Hitler. Il n’a pas vu venir Poutine qui admettons le , a roulé Macron dans la farine . Le bla, le bla bla et le bla-bla-bla ca ne fonctionne pas ni avec les nationalistes ni avec les patriotes . Dans le monde on vous écoute plus ou moins , tout dépend de la force de votre armée . Les polonais ont juge que les USA étaient crédibles pour les défendre et pas les français . Face aux russes et qui sait un jour les chinois , vaut mieux pour être écouté avoir 800 chars et autant de Rafales que de lire des poèmes de
Victor Hugo . La France a rate le coche pour monter une défense européenne avec les polonais et plus tard les ukrainiens et les roumains . L’Allemagne a réussi a piéger Macron en refusant une alliance avec la France mais qui envisagera sans prévenir Macron de rejoindre la Pologne reléguant la France a un tole de seconde zone .

Répondre
Astérix 23 janvier 2023 - 6:53

Les Polonais ont raison de ne rien attendre de la France avec Macron est sa clique !

Répondre
Mey 30 janvier 2023 - 12:42

Il est temps que après tous ces achats..peu importe d ou dommageables quand même.. ne servent que a la protection ..plus que ça rouille!

Répondre

Laissez un commentaire