Accueil » L’Europe de la défense ? C’est la Pologne !

L’Europe de la défense ? C’est la Pologne !

par Nicolas Lecaussin

Cela fait des années que les politiques veulent construire une défense européenne. Avec le succès que l’on connaît :     on n’est pas plus avancé qu’il y a 20 ans. La guerre en Ukraine apportera, à coup sûr, des évolutions dans le sens d’une coopération militaire européenne renforcée, même si l’OTAN restera le pilier de la défense. L’impulsion ne vient plus du « couple franco-allemand » mais des anciens pays communistes qui, eux, ont bien compris le danger russe. Il s’agit surtout de la Pologne qui joue un rôle vital aux côtés de l’Ukraine pour la livraison d’armement et l’accueil des réfugiés. Depuis l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine en février, Varsovie n’a eu de cesse de s’opposer au Kremlin tout en poussant l’Europe vers une nouvelle politique en matière de dépenses militaires. Le chef du parti au pouvoir en Pologne, Jarosław Kaczyński, a déclaré que son pays devait devenir plus « autonome sur le plan militaire pour contrer l’impérialisme russe », tout en souhaitant que les autres pays de l’Europe de l’Est aient les mêmes objectifs de défense. Les Polonais ont de la mémoire et se souviennent qu’ils sont l’un des peuples ayant le plus souffert à cause des Russes…

L’augmentation annoncée du budget militaire de la Pologne, en passant de 2,4% du PIB à 5 % à terme, va propulser le pays à la première place de l’effort budgétaire de défense en Europe.  Varsovie veut augmenter les dépenses à 3% du PIB dès l’année prochaine pour lancer une refonte de l’armement disponible ainsi qu’une très forte augmentation du nombre de soldats : de 150 000 à 400 000.

La menace russe a poussé ces pays de l’Est à demander une protection renforcée de l’OTAN ainsi qu’à augmenter leurs capacités militaires et à mettre en place une coopération plus importante. La Pologne, la Roumanie et les pays baltes, qui aident aussi énormément l’Ukraine, pourraient devenir les piliers d’une Europe de la défense. Ou au moins d’une Europe de la dissuasion à l’Est.

Vous pouvez aussi aimer

10 commentaires

nanard 17 septembre 2022 - 7:33

Bonjour, avant les années 1975, la France se méfiait de l’URSS (enfin des dirigeants). La « construction européenne » qui a suivi s’est opérée en partie à la remorque de l’Allemagne. La chute du mur de Berlin, qui a marqué l’histoire, a induit une croyance de nouveau monde de pays « pacifiés ». (mais seulement en Europe avec l’éternel slogan « plus jamais ça »). Pendant ce temps le USA ont usé et abusé de leur lois « supranationales » en obligeant un ralliement économique, arguant de plus qu’ils pouvaient nous « abriter » grâce à l’OTAN. Alors toute idée d’indépendance s’est évaporée. Aujourd’hui, seuls les pays proches géographiquement ont conservé une mémoire active. On le voit dans le choix de la défense aérienne de quelques pays plus à l’ouest, des F35 plus chers, alors que nos constructeurs européens proposent des machines à peu près équivalentes, mais qui n’ont pas l’interopérabilité souhaitée par l’OTAN…. (et juste pour « rire » et qui ont de moteurs à la fiabilité douteuse, et sans pièce en stock). Une voie à suivre serait pour commencer une meilleure unité dans les choix de l’armement. Une question, aujourd’hui sans réponse : comment s’affranchir de la « tutelle » américaine ? L’histoire des frégates destinées à la Russie est révélatrice de la difficulté du contexte : en suivant l’embargo demandé par les américains (arrêt des livraisons) La Russie a répondu par un arrêt de importations de blé français, a renforcé son indépendance alimentaire. (c’est une résumé).
Il faudra pourtant s’affranchir des USA qui s’ingénient à nous affaiblir sans en avoir l’air depuis des décennies en jouant plus collectif au niveau européen. Bien évidement c’est plus facile à dire qu’à faire, chacun défendant ses intérêts premiers en oubliant le collectif. On s’aperçoit en plus que notre mémoire est souvent courte quand on décrète des mesures à portée internationales… A croire que nos dirigeants sont aussi mauvais au national qu’à l’international qui reste tabou dans les commentaires de médias.

Répondre
Nicolas Lecaussin 19 septembre 2022 - 9:20

Vous avez été protégé par l’OTAN. Heureusement…

Répondre
Picot 17 septembre 2022 - 8:36

Vous oubliez l’Allemagne dont le chancelier vient de déclarer l’ambition d’être la première armée Européenne.

Répondre
Daniel 1945 17 septembre 2022 - 10:04

Aucune défense européenne pour la Pologne, voyez où elle s’approvisionne.

Répondre
Nicolas Lecaussin 19 septembre 2022 - 9:18

Elle s’approvisionne chez les meilleurs et il existe la concurrence au sein d el’OTAN. Et ça se voit dans la supériorité écrasante des armes occidentales. ! Y compris les César français.

Répondre
Picot 19 septembre 2022 - 3:29

Non Monsieur Lecaussin. Personne, entre autres, ne possède des missiles hypersoniques comme la Russie qui sont, pour l’heure, impossibles à intercepter. Et, en matière de brouillage électronique, les Russes semblent bien avoir 10 ou 15 ans ans d’avance.

Répondre
Nicolas Lecaussin 19 septembre 2022 - 3:40

On peut s’en rendre compte tous les jours ! Pour détruire des villes entières, ils ont des années d’avance, en effet !

Répondre
Pierre Bouchet 17 septembre 2022 - 10:14

Illusions ! L’Europe de la défense, sur la base de la Pologne ? Son budget de la défense augmente, mais c’est au profit des sociétés d’armement américaines ! Tout comme l’Allemagne. Tant qu’il faudra plus ou moins se fier à l’OTAN, aucune véritable Europe de la défense ne pourra exister. Et cela durera tant que les USA cultiveront l’adversité contre la Russie. L’Europe ne peut se construire que sur une amitié retrouvée avec la Russie et malgré les USA.

Répondre
Nicolas Lecaussin 19 septembre 2022 - 9:17

Heureusement qu’on se fie à l’OTAN ! C’est grâce à l’OTAN que vous avez vécu la prospérité capitaliste !

Répondre
Astérix 18 septembre 2022 - 7:54

Il n’y aura pas d’europe de la défense ! Qu’est-ce que l’Europe ?
Un congloméra de milliers de fonctionnaires incompétents à Bruxelles qui ne servent qu’à s’engraisser et emmerder les Pays avec leurs règlementations imbéciles. Ces gens la nous coutent une fortune en impôts, taxes en tout genre. Ils décident alors qu’ils ne sont pas élus !!????
Je le répète, quittons d’urgence cette europe et l’euro.
Bravo à la Pologne qui a compris qu’il ne fallait compter que sur soit même !

Répondre

Laissez un commentaire