Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/1730

par ,

Dexia : les contribuables payent les erreurs des Etats

21 milliards  ! C’est le montant des pertes propres de Dexia, auxquels il faut ajouter 10 milliards à la charge des contribuables.

C’est pire que le Crédit Lyonnais, jusqu’ici symbole de l’échec de l’intervention de l’Etat dans le secteur bancaire. Car Dexia n’avait rien d’une banque privée. Consacrée au financement des collectivités locales, elle est détenue par trois Etats : la Belgique, la France et le Luxembourg. Des garanties parfaites. Pourtant, la banque ne cesse d’accumuler les pertes et de s’enfoncer dans la crise. Dès l’automne 2008, les Etats actionnaires interviennent et injectent 6,4 Milliards d’euros (l’argent des contribuables). Depuis, les mauvais résultats se succèdent et on découvre même les connivences financières de la banque avec le système Madoff. Nouvelle intervention des Etats en octobre 2011 pour injecter plus de 4 Milliards. Malgré cela, la faillite bancaire est inévitable. Bizarrement, aucun responsable n’est désigné malgré les dizaines de milliards de pertes. Serait-ce parce que les Etats sont aussi en cause ?

21 milliards  ! C’est le montant des pertes propres de Dexia, auxquels il faut ajouter 10 milliards à la charge des contribuables.

C’est pire que le Crédit Lyonnais, jusqu’ici symbole de l’échec de l’intervention de l’Etat dans le secteur bancaire. Car Dexia n’avait rien d’une banque privée. Consacrée au financement des collectivités locales, elle est détenue par trois Etats : la Belgique, la France et le Luxembourg. Des garanties parfaites. Pourtant, la banque ne cesse d’accumuler les pertes et de s’enfoncer dans la crise. Dès l’automne 2008, les Etats actionnaires interviennent et injectent 6,4 Milliards d’euros (l’argent des contribuables). Depuis, les mauvais résultats se succèdent et on découvre même les connivences financières de la banque avec le système Madoff. Nouvelle intervention des Etats en octobre 2011 pour injecter plus de 4 Milliards. Malgré cela, la faillite bancaire est inévitable. Bizarrement, aucun responsable n’est désigné malgré les dizaines de milliards de pertes. Serait-ce parce que les Etats sont aussi en cause ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Discours du Trône : vers un Etat providence du XXIème siècle

Refusons la mainmise de l’Etat-gestionnaire sur le foncier agricole


Macron, Napoléon et l’ “Âme du monde” de Hegel

Guérir les banlieues françaises sans l’Etat providence
Le Plan banlieues de Borloo ou la preuve de l’échec de l’Etat



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies