Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4842

par ,

Louis-Philippe : la parenthèse libérale

Jean-Baptiste Noé est chercheur associé en histoire économique à la Sorbonne et chroniqueur à l’Opinion. Il publie en ce début 2018 chez Calmann Lévy, sous le titre La parenthèse libérale, un petit ouvrage pétillant consacré au règne de Louis-Philippe. Celui-ci fut plus avisé et pertinent que les caricatures de Daumier pourraient le laisser croire. « Louis-Philippe était plus attaché à des idées qu’à une réforme de régime » écrit Jean-Baptiste Noé. Il a réussi à rétablir une grande entente avec l’Angleterre et maintenir la paix avec tous. Il était globalement libéral et partisan d’une démocratie tempérée par le cens que Guizot voulait élargir par le haut en lançant sa formule si souvent décriée à tort : « Enrichissez-vous ».

Ce règne a été celui du progrès en tout. Il a participé au décollage économique de la France et au rattrapage de l’Angleterre. « Les grandes banques voient le jour, la sidérurgie, le textile, les activités minières se développent, créant un grand essor pur l’industrie. Le pays se dote du chemin de fer qui commence à parcourir les provinces… » note l’auteur qui souligne combien Louis-Philippe a voulu aussi faire grandir la France bien au-delà de l’industrie.
Ce roi moderne s’est longtemps entouré de ministres fort cultivés autant que globalement libéraux comme Thiers, Broglie et Guizot. La loi de celui-ci en 1833 avait obligé chaque commune de plus de 500 habitants à avoir une école, publique ou privée, et rétabli la liberté de création des écoles contre le monopole et la tutelle de l’Université que Montalembert désignait comme le « communisme intellectuel ». La société a alors bénéficié d’une profusion culturelle que la liberté a permise dans les arts, avec Delacroix, Ingres, Chassériau, Corot, Rossini, Auber, Scribe, Chopin et Liszt, aidés par le constructeur de pianos Pleyel, et tant d’autres, comme dans les lettres avec Balzac, Hugo, Lamartine, Dumas, Sand.… servis par des éditeurs comme Hachette et Calmann Lévy qui sont nés en cette période de créativité littéraire. Il en allait encore de même en architecture tandis que Prosper Mérimée et Eugène Viollet- le-Duc initiaient la réhabilitation des monuments historiques de France.
Cette époque fût une fourmilière de la pensée libérale avec Tocqueville et tant d’économistes comme Bastiat, Jean baptiste Say, Adolphe Blanqui… Il y eut aussi bien sûr des militants de gauche comme Auguste Blanqui, le frère du précédent, et beaucoup de réfugiés de Marx à Engels qui cherchèrent à tirer parti des révoltes des Canuts de 1831 et 1834 pour aboutir à la révolution de 48 et au renversement du roi libéral. Il y avait Proudhon aussi, mais son amitié toute provisoire avec Marx ne saurait l’assimiler à celui-ci et il faut regretter que Jean-Baptiste Noé n’en retienne que sa formule assassine de 1840, « la liberté c’est le vol », qui relève plus d’un péché de jeunesse de la part de celui qui fut plus tard un ardent défenseur d’une propriété méritée contre la puissance de l’Etat. Il avait d’ailleurs été préservé de poursuites pénales lors de son premier essai sur la propriété par l’intervention d’Adolphe Blanqui, le libéral.
Louis-Philippe était sans doute profondément libéral, dans l’esprit anglais qu’il avait longtemps côtoyé et adopté « par principe, par opinions et par toutes mes habitudes » disait-il. Il voulait d’ailleurs inculquer à ses enfants « those libéral principles and institutions wich may have so much distinguished this country » aurait-il dit dans la langue de Shakespeare. Jean-Baptiste Noé qui est lui-même authentiquement libéral épouse volontiers ce régime qui croyait aux sciences, à la technique et à la promotion sociale par le travail, l’effort et le profit plutôt que de s’adonner à « la redistribution sociale…inefficace…, injuste puisqu’elle se fonde sur la spoliation des biens légitimement acquis et gagnés par ceux qui travaillent et investissent » note-t-il.
Louis- Philippe était naturellement partisan d’une société ouverte fondée sur l’ordre spontané et la liberté des personnes. Mais ne s’est-il pas perdu dans ses certitudes et un défaut d’engagement confinant au marais à force de vouloir se « tenir… également éloigné des excès du pouvoir populaire et des abus du pouvoir royal » ainsi qu’il l’écrivait en réponse à une adresse de la ville de Gaillac, le 29 janvier 1831. Comme l’évoque discrètement Jean-Baptiste Noé, il y a peut-être un rapprochement avec M. Macron que sa politique du « en même temps » pourrait perdre par défaut de saveur et excès d’étatisme. Par petites touches et avec beaucoup d’élégance, cet ouvrage retrace une époque trop souvent ignorée.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Classement du « bonheur » par pays :
la France est seulement 23ème !

Pour la liberté d’entreprendre, même dans la presse !


La Fontaine, poète pédagogue et libéral

8 mars 2018 : colloque de l'IREF à Vienne



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

petite erreur dans l'article

le 11 avril, 13:20 par Vouialex

L'auteur écrit par erreur :« la liberté c’est le vol », mais cette erreur est féconde car la propriété suppose la liberté.
Certains pointent l'absurdité de cette sentence de Proudhon, car il ne peut y avoir vol que s'il y a propriété.
Ainsi le propriétaire vole le bien d'un autre propriétaire donc lui aussi un voleur.

- Répondre -

la propriété c'est le vol !

le 11 avril, 17:19 par TRUDELLE

il me semble que apostrophe de PROUD'HON ne vise pas la liberté mais "la propriété... c'est le vol !"

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies