Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5370

par ,

Le livre noir des gaspillages
Contribuables Associés (Jean-Baptiste Leon)

2 400 Mds d’euros de dette publique, soit 34 000 euros par Français. L’Etat ne cesse de dépenser et de s’endetter. Où va l’argent ? Nos amis et souvent partenaires de l’association Contribuables Associés ont eu l’excellente idée de publier un petit livre avec une centaine d’exemples de gaspillages publics. Notre argent part en fumée, on le sait, malheureusement.

Commander en ligne : contribuables.org/boutique/

Certains gaspillages pourraient être évités si nos politiques avaient un peu de bon sens. Mais comme ce n’est pas eux qui payent… A l’heure des révélations sur les dépenses de François de Rugy (on le trouve dans cette brochure à propos de ses déplacements en hélico et en avion entre Pau et… Bordeaux), ces exemples apportent une preuve supplémentaire que les dépenses de l’Etat et des collectivités locales auraient besoin d’un grand ménage.

Par où commencer ? Déjà, au niveau des collectivités, entre l’absentéisme et les palais somptueux, on n’a que l’embarras du choix. A cela s’ajoutent les effectifs pléthoriques dans certaines baronnies locales où les élus font – presque – tout ce qu’ils veulent. Entre 2002 et 2013, les troupes territoriales ont augmenté de 405 000 agents. Début 2019, il y avait 2 millions d’agents au total contre 1.2 million en 1985. L’intercommunalité n’a rien résolu et n’a pas entraîné d’économies. Dans les Hauts-de-France par exemple, le nouveau logo sur les TER aura coûté au moins 10 millions d’euros. Le conseil général de l’Oise a offert pendant des années plus de 100 000 ordinateurs et tablettes aux collégiens du département sans aucun suivi de leur utilisation. Les ronds-points (50 000 – record mondial), tous plus laids les uns que les autres, ont fait aussi exploser les dépenses locales. Certains ont vu très, très grand : la commune d’Amnéville (10 500 habitants) n’a rien à envier aux grandes métropoles avec sa piste de ski intérieure et sa patinoire olympique. Les bizarreries et les idées farfelues de certains maires coûtent aussi très cher : pour la soucoupe volante d’Alain Juppé, les contribuables bordelais ont déboursé 750 000 euros. Pour la piste cyclable ratée de Rennes, 750 000 euros !

L’Etat dépense beaucoup pour ses anciens dirigeants. Edith Cresson bénéficie toujours d’une collaboratrice payée par l’administration. De nombreux postes où sont recasés les « anciens » leur permettent de toucher des rémunérations très élevées. Sans compter le cumul pratiqué par certains. L’administration, les organismes publics et parapublics, sont de véritables planques pour de nombreux personnages d’Etat qui grattent de l’argent – le nôtre – partout où ils le peuvent.

Trains et trams vides, constructions inutiles, fraudes, absentéisme des fonctionnaires… des gaspillages et encore des gaspillages. Il est très difficile, pratiquement impossible, d’obtenir le montant exact de tout cet argent public jeté par les fenêtres. Ce Livre noir a le mérite de donner des exemples précis et d’alerter l’opinion, pardon, les contribuables. Il est urgent de contrôler et de baisser drastiquement les dépenses publiques !

Partager cet article :

Autres lectures ...

L’indice du mépris des retraités
33,33 : 0,3 = 111

Les (très) inquiétants démocrates américains


Le poison des dépenses publiques

Un Grand Débat et un petit replâtrage



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

On continue à dissimuler le plus gros "gaspillage"

le 23 juillet, 10:54 par NewTonE

Les salaires et retraites des fonctionnaires constituent le poste le plus important des "dépenses publiques". Il n'en est pourtant jamais question dans les "gaspillages...
Combien coûtent chaque année :
1_ Le million de postes de fonctionnaires en trop, créé depuis 1980 ? (Si le % de fonctionnaires dans la population était resté au niveau de 1980, il y en aurait 1 million de moins en "activité")
2 _ Les "retraites chapeaux" de tous les fonctionnaires retraités ? ( Ce qu'ils touchent EN PLUS de ce qu'ils toucheraient s'ils "bénéficiaient" du même régime de retraite que les salariés du privé)
Ces 2 "gaspillages" ne se chiffrent pas en Millions mais en Milliards..
Pourquoi personne n'en parle ? Même pas Contribuables Associés.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies