Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Chroniques de livres > Félix Torrès, Que peut l’entreprise ?

Félix Torrès, Que peut l’entreprise ?

Michel Hau et Félix Torrès, Le virage manqué, 1974-1984, ces dix années où la France a décroché

vendredi 12 mars 2021, par Jean-Philippe Delsol

Le petit livre de Félix Torrès, Que peut l’entreprise ?, publié à l’initiative et dans le cadre de l’Institut pour l’innovation économique et sociale, est courageux. Universitaire, Félix Torrès connaît néanmoins bien l’entreprise.

Il dénonce avec force et finesse ces nouveaux concepts qui voudraient faire de l’entreprise un instrument des politiques publiques au service exclusif d’un pseudo intérêt général : RSE (responsabilité sociale et environnementale), raison d’être, entreprise à mission… confinant parfois à une forme d’évangélisme laïc alors qu’en réalité ils ne sont que des outils managériaux. Le premier risque est « de dissoudre, du moins d’effriter la fonction première de l’entreprise, à savoir réaliser une production économique assortie au premier chef d’un bénéfice ». Un autre risque d’obliger l’entreprise à accomplir une mission sociétale est d’accompagner ainsi une « défausse de l’État » sur les entreprises chargées « de pallier telle ou telle défaillance de la puissance publique ». Plus généralement, ces nouvelles notions sont susceptibles de dénaturer la gouvernance des entreprises et de les conduire à faire de la morale plutôt que de remplir leur rôle économique.

Certes l’entreprise contribue à l’intérêt général écrit-il, mais « elle ne saurait s’y substituer, déterminer le bien et le mal » (p.105). La finalité de l’entreprise reste de « produire de la valeur et du profit à partir des différentes ressources mobilisées » (p. 101). Il ne minimise pas pour autant l’importance de prendre en compte les externalités, ni le souci que les entreprises doivent avoir de leur environnement et des parties prenantes. Mais le marché y pourvoit mieux que les réglementations que certains voudraient multiplier à cet effet au nom d’un moralisme susceptible d’être dangereux économiquement et politiquement. Le moteur de l’entrepreneur et de l’entreprise reste et doit rester leur intérêt particulier (p. 80).

Les entreprises qui ont une gouvernance solide et qui partagent avec leurs employés les décisions qui les concernent et s’attachent à comprendre leurs clients et fournisseurs n’ont pas besoin de gloser pour faire advenir un mouvement de socialisation de l’entreprise dangereux à bien des égards. Elles le font parce que c’est aussi leur intérêt : généralement, elles sont de ce fait plus profitables que les autres.

Par ailleurs, Félix Torrès vient de publier avec Michel Hau une étude historique approfondie sur les années 1974-1984 au cours desquelles la France a décroché au plan économique. Notre pays n’a pas su s’adapter à la nouvelle donne internationale. Face à la crise de 1974, plutôt que de hâter sa transformation pour se « rapprocher des modes de fonctionnement des autres économies occidentales et de s’adapter au monde du libre-échange et de concurrence en train de voir le jour », la France s’est repliée sur elle-même. Pire, elle a aggravé ses handicaps en socialisant son économie à l’ombre du nationalisme protectionniste de médiocres élites. L’analyse est acerbe, mais elle est réaliste et pertinente. Puissions-nous en profiter pour modifier notre modèle.

Félix Torrès, Que peut l’entreprise ?, Humensis 2021

Michel Hau et Félix Torrès, Le virage manqué, 1974-1984, ces dix années où la France a décroché, Manitoba, 2020

https://fr.irefeurope.org/Publications/Chroniques-de-livres/article/Felix-Torres-Que-peut-l-entreprise

Messages

  • Vous citez : "Un autre risque d’obliger l’entreprise à accomplir une mission sociétale est d’accompagner ainsi une « défausse de l’État » sur les entreprises chargées « de pallier telle ou telle défaillance de la puissance publique ». Plus généralement, ces nouvelles notions sont susceptibles de dénaturer la gouvernance des entreprises et de les conduire à faire de la morale plutôt que de remplir leur rôle économique".
    Quel charabia idéologique ! Comme si la vertu n’était qu’à sens unique. Comment les entreprises pourraient-elles fonctionner sans une bonne structure administrative : services publics, fiscalité, enseignement, formation, infrastructures routières et autres, sécurité, secours, santé et commandes de biens et de services divers...Et qu’entendez-vous par "rôle économique" ? Si le libéralisme avait dû correctement remplir sa mission, il y a bien longtemps qu’il n’y aurait plus de pauvres aux Etats-Unis ! La preuve que c’est un critère d’appréciation d’une réussite socio-économique puisque 3 candidats à la présidentielle, en France, nous ont promis qu’il n’y aurait plus un SDF avant la fin de leur mandat !! L’avenir heureux passe nécessairement par une juste répartition des fruits du travail de tous et une juste contribution aux finances publiques en fonction des besoins réels de chacun.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière