Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Si l’Europe veut réduire ses émissions carbone, elle doit se concentrer sur le (...)

Si l’Europe veut réduire ses émissions carbone, elle doit se concentrer sur le nucléaire

mercredi 4 novembre 2020, par Alexandre Massaux

La Commission européenne, sous la présidence Von Der Leyen, s’est donné pour mission de mettre en place un « Green New Deal » européen, dont l’un des objectifs est d’atteindre une neutralité carbone d’ici 2050, à savoir un bilan carbone net de zéro. En matière de climat, les émissions de gaz à effet de serre devraient baisser d’au moins 55 % d’ici à 2030. Mais dans le même temps, bon nombre de partisans de ce Green New Deal souhaitent réduire la part du nucléaire dans la production d’énergie. L’Allemagne et l’Autriche notamment se montrent réticentes à l’utiliser dans la phase de transition énergétique. Pourtant, un certain nombre d’éléments montrent qu’une réduction des émissions carbone efficace doit passer par l’énergie nucléaire qui, en outre, est un atout pour la France.

Une énergie qui a fait ses preuves

La start-up Electricity Map Tomorrow project fournit un outil permettant de visualiser les émissions de CO2 liées à l’énergie. Selon cette source, la France dégage 52g de CO2 par kilowatt-heure (KWh) et l’Allemagne, 375g. La production de la France comporte 60% de nucléaire, 32% d’énergies renouvelables et 6% de gaz naturel. Celle de l’Allemagne, 12% de nucléaire, 38% d’énergies renouvelables, 34% de charbon et 11% de gaz. Ainsi, avec un pourcentage d’énergies renouvelables plus faible que celui de l’Allemagne, la France émet beaucoup moins de carbone. C’est même la production énergétique la moins polluante d’Europe après celles de la Suède et de la Norvège qui reposent sur l’hydroéléctricité (très efficace mais liée au relief du pays, elle ne peut pas être utilisée partout). Même l’Autriche et le Danemark, dont la production repose pour la plus grande partie sur les énergies renouvelables (respectivement, 79% et 82%) n’atteignent pas un taux aussi bas : 138g par KWh pour l’Autriche et 164g par KWh pour le Danemark. Le nucléaire est donc bien un facteur déterminant pour réduire les émissions de carbone.
Est-il dangereux ? Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima pourraient le laisser croire et les medias appuient cette thèse. Mais s’il a causé 4900 décès dans le monde entre 1971 et 2009, il en aurait évité, pour cette même période, 1,84 million, selon une étude publiée dans la revue Environmental Science & Technology . Précisément en remplaçant ces énergies fossiles responsables d’une pollution atmosphérique absolument certaine (terrible dans l’URSS communiste, entre autres grands coupables) alors que le risque d’incidents nucléaires reste limité. Aussi bien en Allemagne qu’en France, le choix de fermer des réacteurs nucléaires s’accompagne à chaque fois de réouverture de centrales à charbon ou au gaz . Une posture illogique et contreproductive, compte tenu des objectifs.

Le risque de laisser passer une opportunité pour la France

En outre, le nucléaire français est la troisième filière industrielle du pays après l’automobile et l’aéronautique. La France est un des seuls pays, avec la Russie et la Chine, à pouvoir en couvrir tous les aspects, y compris l’entretien des réacteurs. Un avantage que notre politique environnementale risque de lui faire perdre. Dans les discussions européennes, la France s’est alliée avec la Hongrie et la République tchèque pour défendre le nucléaire, mais ces deux pays se tournent vers la Russie pour la gestion de leur parc. Rosatom, l’entreprise d’Etat russe pour le nucléaire, a commencé la construction de deux nouveaux réacteurs en Hongrie, qui s’ajouteront aux quatre unités de l’unique centrale du pays, à Paks. Elle compte bien aussi décrocher le contrat pour la construction d’un nouveau réacteur à la centrale tchèque Dukovany. La Russie a toutes ses chances dans ces régions qu’elle contrôlait à l’époque où les réacteurs existants ont été construits. Le discours français prônant la sortie du nucléaire n’aide pas à contrer la concurrence de Moscou.
Il serait paradoxal que la position ambiguë de la France ramène l’Europe centrale dans la sphère d’influence énergétique russe alors que la présidence française défend une souveraineté européenne. Un problème qui doit être d’autant plus pris au sérieux que la Russie et la Chine sont en train de re-développer cette industrie.

Sans politique nucléaire ferme, la France et l’UE pourraient se trouver dépassées dans les enjeux énergétiques mais aussi écologistes et géopolitiques que les Etats-Unis, eux, ont bien compris : comme le fait remarquer une étude de l’IFRI (septembre 2020), l’administration Trump, avec un soutien bipartisan, cherche à offrir un cadre favorable au redéveloppement de la filière nucléaire américaine.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Si-l-Europe-veut-reduire-ses-emissions-carbone-elle-doit-se-concentrer-sur-le-nucleaire

Vos commentaires

  • Le 5 novembre 2020 à 07:25, par Laurent46 En réponse à : dissolution de l'Europe

    En tant que frontalier j'ai toujours été un fidèle de l'Europe mais aujourd'hui cela suffit il faut dissoudre ce vilain monstre de fonctionnaires et d'irresponsables grassement payés et qui ne payent pas d'impôts ...
    C'est un organismes monstrueux d'irresponsables qui dépasse le monstre administratif Français et ce n'est pas peu dire.

  • Le 12 novembre 2020 à 20:26, par Jacques MARLOT En réponse à : Décès imputables au nucléaire

    Il N'est PAS correct d'écrire que le nucléaire a causé 4900 décès dans le monde entre 1971 et 2009.
    Ce nombre de 4900 est un nombre calculé sans aucune valeur statistique, comme on l'explique bien dans les trois paragraphes suivants, recopiés dans l'étude citée, toujours en ligne sur https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es3051197?source=cen

    a) Our estimated human deaths caused by nuclear power from 1971 to 2009 are far lower than the avoided deaths. Globally, we calculate 4900 such deaths, or about 370 times lower than our result for avoided deaths. Regionally, we calculate approximately 1800 deaths in OECD Europe, 1500 in the United States, 540 in Japan, 460 in Russia (includes all 15 former Soviet Union countries), 40 in China, and 20 in India.

    b) However, empirical evidence indicates that the April 1986 Chernobyl accident was the world’s only source of fatalities from nuclear power plant radiation fallout. According to the latest assessment by the United Nations Scientific Committee
    on the Effects of Atomic Radiation (UNSCEAR), 43 deaths are conclusively attributable to radiation from Chernobyl as of 2006 (28 were plant staff/first responders and 15 were from the 6000 diagnosed cases of thyroid cancer).

    c) In any case, our calculated value for global
    deaths caused by historical nuclear power (4900) could be a major overestimate relative to the empirical value (by 2 orders of magnitude). The absence of evidence of large mortality from past nuclear accidents is consistent with recent findings that
    the “linear no-threshold” model used to derive the nuclear mortality factor in Table 1 (see ref 22) might not be valid for the relatively low radiation doses that the public was exposed to from nuclear power plant accidents.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière