IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5914



Quel avenir pour le libre-échange ?

Les États-Unis n’ont jamais vraiment aimé les accords de libre-échange. Depuis 1984, ils n’en ont signé qu’avec seulement 20 pays, le plus important étant l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA), récemment remplacé par l’accord États-Unis-Mexique-Canada (USMCA). En comparaison, l’Union européenne dispose du plus grand réseau d’accords commerciaux préférentiels au monde, ayant conclu des pactes de ce type avec 77 pays.

Cependant, les États-Unis sont depuis des décennies l’une des économies les plus ouvertes en termes d’échanges commerciaux, appliquant des droits de douane à l’importation parmi les plus bas du monde. Selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la moyenne ceux qu’ils ont appliqués en 2019 était de 3,3 %, contre 5,1 % pour l’UE et 7,6 % pour la Chine. Même en tenant compte de la récente vague de protectionnisme commercial, avec l’imposition de droits de douane plus élevés sur les biens importés de leurs principaux partenaires commerciaux, le tarif d’importation moyen des États-Unis reste faible.

La politique américaine de réduction tarifaire unilatérale dans le cadre de son système de préférences généralisées (SPG) est une des principales raisons de l’ouverture économique du pays. Aujourd’hui, le SPG accorde des préférences commerciales à 119 pays émergents et moins développés. Les économies émergentes comme le Brésil, l’Indonésie, l’Argentine et l’Afrique du Sud comptent parmi les bénéficiaires actuels du programme. L’Inde et la Turquie ont été retirées de la liste l’année dernière.

L’administration de Donald Trump a donné la priorité au nationalisme économique et a vivement critiqué les accords commerciaux négociés par les gouvernements précédents. Le président a considéré qu’il fallait renégocier les accords de l’ALENA qu’il considérait comme injustes. Même si les États-Unis ont officiellement lancé des négociations avec l’UE l’année dernière, la probabilité que ces pourparlers aboutissent à un accord de libre-échange global est faible. Les deux autres négociations en cours - avec le Royaume-Uni et le Kenya - ont de meilleures chances d’aboutir, mais il est douteux que des progrès considérables soient réalisés à court terme. Les États-Unis continueront probablement à négliger les accords de libre-échange bilatéraux dans leur future politique commerciale.
Lire la suite sur le site du GIS
Pour une connexion gratuite :
Link : https://www.gisreportsonline.com/cl ... ...
Code : GIS_IREF

Partager cet article :

Autres lectures ...

Une philosophie pour vivre sur la Terre
Jean-Philippe Delsol,

Une philosophie pour vivre sur la Terre

Ayn Rand, les belles lettres, 2020

Le cognac : 60 000 emplois et 98 % de la production pour l’exportation
Aymeric Belaud,

Le cognac : 60 000 emplois et 98 % de la production pour l’exportation

Gare aux mesures protectionniste !


Va-t-on regretter l’Organisation mondiale du commerce ?
Ferghane Azihari,

Va-t-on regretter l’Organisation mondiale du commerce ?

Les discussions sur l’accord avec le MERCOSUR, révèlent des divisions européennes sur le libre échange
Alexandre Massaux,

Les discussions sur l’accord avec le MERCOSUR, révèlent des divisions européennes sur le libre échange



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies