Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Malgré les réformes de Macron, la France a le marché du travail le plus rigide (...)

Malgré les réformes de Macron, la France a le marché du travail le plus rigide des pays développés

lundi 18 février 2019, par Ferghane Azihari

La crise des gilets jaunes a évincé la lutte contre le chômage de l’agenda politique français. Le chômage demeure pourtant un fléau pour l’hexagone. Un fléau d’autant plus insupportable que la France fait de plus en plus figure d’exception. La plupart des grandes économies de l’OCDE ont éradiqué le chômage du vocabulaire politique.

FIGURE 1 : taux de chômage dans les pays de l’OCDE (Q3/Q4 2018)

La réforme promise par le candidat Emmanuel Macron devait simplifier la réglementation du marché du travail. Ce dernier avait particulièrement insisté sur la décentralisation du système de négociation collective et la nécessité de rendre les procédures de licenciement sensiblement moins coûteuses.

Nous avions déjà relevé, dans un rapport et des articles, le manque d’ambition de ces réformes en soulevant le fait qu’elles ne résoudraient pas le problème de la rigidité des rapports salariaux de manière substantielle.

Un récent classement effectué par le Lithuanian Free Market Institute (LFMI) confirme ces craintes. La dernière édition de son indice de flexibilité du marché du travail place la France en dernière position sur la quarantaine de pays de l’OCDE et de l’UE évalués. Pour établir ce classement, le LFMI prend en compte plusieurs critères : les restrictions sur les contrats à durée déterminée ; l’existence et le niveau du salaire minimum ; la durée maximale de la période d’essai ; les restrictions sur le temps de travail ; les restrictions sur le nombre de jours de travail dans la semaine ainsi que sur le travail de nuit ; les restrictions en matière de congés payés ; la lourdeur des processus de licenciement ; les motifs qui légitiment le licenciement…

FIGURE 2 : Indice de flexibilité du marché du travail

Les principaux facteurs de rigidité selon l’étude du LFMI

+a) Le salaire minimum+

Sans surprise, les facteurs de rigidité restent les mêmes au fil des années. Le salaire minimum est l’un d’entre eux. En 2016, la France était l’un des pays de l’OCDE où le ratio entre le salaire minimum légal et le salaire médian était le plus élevé. Or une littérature abondante établit un lien de causalité entre l’existence d’un salaire minimum trop élevé et le chômage des travailleurs peu qualifiés, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas la productivité suffisante pour prétendre au moins au prix-plancher fixé par l’administration.

+b) Les restrictions qui pèsent sur les CDD+

En France, les CDD ne peuvent être utilisées pour des tâches permanentes. Le recours à ces contrats ne peut être qu’exceptionnel. Conséquence : les employeurs sont presque tous sommés de recourir au CDI, lequel est plus difficile à rompre. Cela peut générer des réticences à embaucher, en particulier les profils les plus incertains. Aussi, la durée maximale d’un CDD est plus courte qu’ailleurs.

+c) Durée maximale de la période d’essai+

La période d’essai permet à l’employeur de s’assurer que le salarié nouvellement embauché est qualifié pour le poste. Il peut la rompre pour un coût quasi-nul. La France est cependant l’un des pays qui limitent le plus cette période d’essai dans la durée

+d) Les procédures de licenciement+

Enfin la note du LFMI s’attache à étudier les grands principes directeurs qui encadrent le droit du licenciement. Les obligations qui pèsent sur les employeurs en la matière (licenciement ou reclassement) augmentent le risque lié à la conduite des activités entrepreneuriales et découragent donc celles-ci. Or la France fait là encore partie des pays où les lourdeurs procédurales en cas de rupture des contrats de travail sont le plus importantes.

Conclusion : les enjeux d’un marché du travail plus flexible

Le rapport du Lithuanian Free Market Institute confirme l’insuffisance des ajustements effectués par Emmanuel Macron au début de son mandat pour résorber le chômage. Il y a un an, presque jour pour jour, l’IREF publiait un rapport qui montrait la nécessité de réduire - voire d’abolir - le salaire minimum pour tous les travailleurs peu qualifiés ; d’assouplir les modalités de licenciement afin de réduire les incertitudes propres aux activités entrepreneuriales ; de décentraliser le système de négociation collective. Ces propositions sont plus que jamais d’actualité.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Malgre-les-reformes-de-Macron-la-France-a-le-marche-du-travail-le-plus-rigide-des-pays-developpes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière