Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Maintenant, on peut porter plainte contre les arbres !

Maintenant, on peut porter plainte contre les arbres !

lundi 8 avril 2019, par Nicolas Lecaussin

Le 5 avril dernier a été proclamée, lors d’un Colloque à l’Assemblée nationale, une Déclaration des droits de l’arbre dont l’objectif principal est « l’adoption d’une loi reconnaissant l’arbre comme être sensible ». L’article premier de cette Déclaration précise que « L’arbre est un être vivant fixe qui, dans des proportions comparables, occupe deux milieux distincts, l’atmosphère et le sol ». La terreur écologiste prend des proportions de plus en plus dangereuses. En invoquant la défense de la planète, elle menace en réalité l’être humain. Après le « droit des animaux », voici celui des arbres. Le simple bon sens dirait que le droit ne peut s’appliquer qu’à des personnes. Il est évident que si c’est un devoir de protèger les animaux et la nature, on ne peut leur accorder des « droits » comme on le fait pour les êtres humains !

Quel serait ce « droit » ? Qui s’en occupera et comment pourra-t-il être appliqué ? Les écologistes et leurs soutiens ne réalisent pas la portée de leurs actes. Un arbre n’est pas un enfant ! Par ailleurs, ne va-ton pas assister à la dénaturation du droit des hommes et à des scénarios cocasses et grotesques à la fois ? Pourrai-je dorénavant porter plainte contre un arbre si l’une de ses branches tombe sur ma tête ? Et si cette branche, voire l’arbre entier, tombe sur l’arbre voisin le détruit ? Sera-t-il arrêté ou coupé ? Comment mettra-t-on un chêne en garde à vue ?

Pour le droit des animaux, les mêmes questions se posent. Si un chien me mord, c’est lui qui sera responsable, pas son maître. Mais si un chat tue une souris ou un oiseau, comment faire ? Ne faudra-t-il pas l’arrêter au nom du droit des souris et des oiseaux ? Et qui se soucie des droits des poissons, que l’on éventre sans états d’âme parce qu’ils ne crient pas ? De celui des huîtres, avalées vivantes ? Ou même de celui des poireaux et des carottes, que l’on arrache sans vergogne à leur terre nourricière ?

D’ailleurs, on pourrait discuter à l’infini de cet encouragement que l’on observe parfois à fabriquer des enfants à la commande, qui se soucie plus du désir obsessionnel des parents que des droits des enfants à naître. Un sujet que les khmers verts et les « progressistes » trouveraient probablement incongru ...

L’écologisme devient de plus en plus totalitaire et met en réalité l’homme en danger. A force de culpabiliser l’humanité, de mépriser l’individu et ses capacités d’innovation, les écologistes nous ramènent aux plus sombres périodes de l’Histoire. Ils semblent vouloir mettre en pratique l’un des célèbres aphorismes de Cioran selon lequel « Après tant de conquêtes et de performances de toute sorte, l’homme commence à se démoder » (Ecartèlement)

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Maintenant-on-peut-porter-plainte-contre-les-arbres

Vos commentaires

  • Le 9 avril 2019 à 14:12, par Bousgontier En réponse à : Arbres, animaux, nature, environnement, etc

    Vous écrivez sur certains sujets des choses parfois intéressantes mais dans nombre de domaines, vous dites surtout des conneries que je qualifierais de dangereuses. En fait, vous êtes comme tous ces gens du type Alain Minck (je ne sais même plus comment ça s’écrit), vous êtes tellement infatués de vous mêmes et tellement accrocs au fric que vous n’êtes plus capables de réfléchir posément. Oui, la France est mal en point avec tous ces zigotos que vous êtes. De toute façon, ce que je vous écris n’a aucune importance puisque vous ne publiez jamais les avis des lecteurs ! Ben voyons... manquerait plus que ça !

  • Le 4 février 2020 à 11:28, par Boisgontier En réponse à : les arbres et la justice des hommes

    Il y a longtemps que nous avons compris que l'IREP était anti-écologiste... En ce qui me concerne, je suis pour un comportement humain respectueux de la nature (j'ai passé toute ma jeunesse à la campagne). Or depuis la seconde guerre mondiale, la destruction de l'environnement s'est emballée, et depuis que Sarkhozy a incité à faire de l'argent avec les forêts françaises, ces dernières sont tellement surexploitées qu'elles sont en grand danger, danger nié évidemment par les marchands de bois ! Mais, partout, les forêts sont décimés de leurs arbres exploitables pour ne laisser que des arbrisseaux. Protéger les forêts est malheureusement devenu une nécessité. Et l'affirmation selon laquelle la surface des forêts aurait largement augmenté rejoint le raisonnement des pétroliers US qui voulaient faire croire que le réchauffement climatique était dû en réalité aux pets des bovins !
    Alors, messieurs, un peu de clairvoyance et un peu moins de suffisance "humanoïde " par rapport à la nature et aux arbres serait de mise !
    Boisontier
    PS : je signale que plusieurs membres de ma famille ont eu de très importantes responsabilités dans la gestion de forêts nationales.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière