Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Fonctionnaires : une baisse de 0.7 % sur 5 ans !

Fonctionnaires : une baisse de 0.7 % sur 5 ans !

Le gouvernement se fiche des résultats du Grand Débat

lundi 26 août 2019, par Nicolas Lecaussin

Organisé en grande pompe et soutenu par la plupart des médias, le Grand Débat national n’aura servi probablement à rien. Une preuve en a été donnée fin juillet par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui a abandonné l’objectif de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires, dont 50 000 au sein de l’Etat, sur la durée du quinquennat. Déjà, 50 000, c’est très peu : tout juste 2,09 % de l’ensemble des effectifs de la fonction publique d’État (2,393 millions d’agents exactement). Maintenant, le ministre annonce seulement…15 000 suppressions, donc environ 0.7 % du total des fonctionnaires d’Etat.

M. Darmanin a-t-il lu les résultats du Grand Débat concernant « La fiscalité et les dépenses publiques [1] » ? Les réponses apportées par les Français sont claires : « Pour réduire le déficit public, les répondants estiment qu’il faut en priorité réduire la dépense publique (75%), et en premier lieu les dépenses de l’Etat (56%). » Or, sans une réduction du nombre de fonctionnaires, il est impossible de réduire les dépenses de l’Etat. La fonction publique d’État représente à elle seule (retraites comprises) quelque 40% du budget national et les dépenses publiques grimpent à plus de 56% du PIB, record mondial. En 2018, le total des dépenses nettes de l’Etat français a dépassé le montant de 386 Mds d’euros, plus qu’en 2017 (385 Mds).

En avril dernier, un rapport de Bercy pointait le temps de travail des fonctionnaires et révélait qu’au moins 310 000 fonctionnaires d’Etat travaillaient moins que les 1607 heures légales par an. Cela signifie que leur coût est encore plus élevé et qu’il faudrait au moins exiger que les fonctionnaires respectent le temps de travail légal. Cette situation accentue encore les disparités avec l’Allemagne. En France, les fonctionnaires représentent 20 % de la population active contre 10.6 % en Allemagne où ils travaillent en moyenne 41 heures/semaine.

Comme l’IREF l’a déjà écrit, tous les pays riches et démocratiques ont baissé les dépenses d’Etat et le nombre de fonctionnaires. En France, le pouvoir méprise autant les dizaines de rapports de la Cour des comptes que la volonté du peuple. Pourquoi avoir fait une telle publicité à cette consultation nationale pour se moquer ensuite aussi délibérément des participants ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Fonctionnaires-une-baisse-de-0-7-sur-5-ans

Vos commentaires

  • Le 27 août 2019 à 09:08, par carotte47 En réponse à : Paroles..paroles !!!!

    Pourquoi avoir fait une telle publicité à cette consultation nationale pour se moquer ensuite aussi délibérément des participants ?Parceque tous les politiciens mentent....Macron encore plus que les autres...Arrêtez de leur faire confiance et arrêtez de voter et de participer à cette mascarade !!!

  • Le 27 août 2019 à 09:31, par Ducal En réponse à : Demander aux autres pays d être exemplaire .....et ne pas l appliquer à son pays

    Les dépenses de l état devraient en premier être sous tutelle ...les rapports de la cour des comptes respectés et pris en compte pour traiter les erreurs commises
    L état n a pas su gerer depuis 70 ans le papy boom et de façon malhonnêteté accuse les « vieux » de « couter »
    Les Vieux « ne travaillaient pas 35 h et moins étaient économes etc
    La réforme des retraites n est qu un prétexte pour l état pour voler Voler les réserves de caisses vertueuses qui ont anticipé le papy boom
    L état n a jamais fait de caisse pour ses fonctionnaires, n a jamais eu un compte exact
    Certains n ont plus de postes mais sont payés....etc
    Comment l état peut il prétendre à gérer toutes les retraités alors qu il n a pas su gérer ses fonctionnaires et donner l exemplarité en matière de salaires ou de retraite
    L énormité c est que Delevoye pour les retraite prévoit un CA qui aura toute autorité
    C est comme donner ses économies à un joueur compulsif qui va aller au casino ......
    Il faut bien sûr réduire les fonctionnaires qu ils fassent leurs heures et qu ils soient compétents dans Leur domaine
    Et régler en premier les privileges des assemblées avec leurs dépenses fastueuses avant que l état s attaque à autre chose notamment aux caisses qui marchent bien
    Mettre de l ordre aussi dans l empilage des régions départements etc
    non à une gestion étatisée qui n’a fait preuve que d inefficacité ( traitement de la dette de la dépendance etc. Avec les impôts prévus pour cela
    Tous une fois au gouvernement ne veulent que profiter
    Cherchons à ressembler aux allemands ,suédois plutôt que de donner des conseils
    NOUS QUI AVONS UNE DETTE ++ une compétitivité réduite ( 1 ou 2 dossiers traités par jour par un fonctionnaire ( pause pop cigarette repas téléphone etc..parlote .) et surtout de ne pas en faire trop ....pour montrer le retard dans le traitement des dossiers ( il faut donner un temps pour un dossier modulable bien sûr )
    Bref l état doit se reformer avant de mettre la pagaille ailleurs
    Pour les retraite il est indispensable que le RU SE LIMITE AU RÉGIME DE BASE
    ON VERRA APRÈS

  • Le 27 août 2019 à 11:38, par Keirn En réponse à : Les dépenses publiques alimentent le privé

    Comme toujours, on oublie de prendre en compte le fait que les dépenses publiques sont en partie reversées au privé, via tous achats nécessaires, toutes les fournitures. Seuls les salaires de la fonction publique relèvent vraiment de la dépense publique.

  • Le 27 août 2019 à 12:38, par Yves81

    Parfait, je suggère dans ce cas de faire passer le nombre de fonctionnaires en France à 12 millions.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière