Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5435

par ,

Etats-Unis : le plus bas taux de chômage depuis 50 ans et classes moyennes qui s’enrichissent

Alors que les Démocrates attaquent le président Trump sur un supposé conflit d’intérêts, l’économie américaine a créé 136 000 nouveaux emplois au cours du mois de septembre, auxquels s’ajoutent 45 000 autres pris en compte lors de révisions à la hausse pour juillet et août. Le taux de chômage est même tombé à 3,5%, soit 2.5 fois moins élevé qu’en France, le plus bas niveau depuis un demi-siècle ! Le nombre d’Américains employés a bondi de 391 000, ce qui a fait grimper le taux d’emploi global à 61%, son plus haut niveau depuis décembre 2008.

Le taux de chômage des personnes sans diplôme d’études secondaires a diminué de 0,6 point de pourcentage pour s’établir à 4,8%, soit le taux le plus bas enregistré par le Bureau of Labor Statistics en 1992. Le taux de chômage des Américains d’origine hispanique a diminué de 0,3 point de pourcentage pour s’établir à 3,9% et celui des Noirs est tombé à 5.5 %, des records historiques. Les hausses salariales ont été en moyenne de 2.9 %.

Mais au-delà de ces records, ces sont les données concernant les classes moyennes qui attirent l’attention. Ces classes considérées comme les grandes perdantes de l’économie depuis des années. Une nouvelle étude[1] indique que le revenu médian a augmenté beaucoup plus rapidement que sous Bush ou Obama. Utilisant les dernières données des enquêtes mensuelles du Census Bureau, on découvre que le revenu médian réel des ménages - le montant des revenus des personnes situées (très) au centre de l’échelle des revenus - a atteint 65 084 dollars pour les 12 derniers mois (jusqu’en en juillet dernier). C’est le plus haut niveau de tous les temps et un gain de 4 144 dollars, ou 6,8%, depuis l’entrée en fonction de M. Trump. À titre de comparaison, pendant sept années et demie sous le président Obama - à compter de la fin de la récession de juin 2009 à janvier 2017 - le revenu médian des ménages n’a augmenté que d’environ 1 000 dollars.

Les données sur le revenu dans cette étude remontent à 2000 et montrent clairement (voir le graphique joint) que la récession de 2008-09 a fait baisser les revenus de la classe moyenne de manière si dramatique que le revenu médian lorsque M. Obama a quitté ses fonctions n’était pas plus élevé que lorsque George W. Bush est arrivé. Le problème c’est que le revenu médian a continué à baisser pendant la quasi-totalité du premier mandat d’Obama et n’a augmenté que lentement au cours de son second mandat. L’Amérique a eu droit à la plus faible reprise économique après une récession depuis les années 1930. C’est ce qui prouve clairement que ce sont bien les réformes de 2017 qui ont revigoré l’économie.

Maintenant, il existe toujours des risques de récession. La guerre commerciale, le ralentissement mondial, les oppositions de la Chambre à d’autres réformes, les attaques des Démocrates contre la présidence peuvent très bien mettre un coup de frein à cette expansion économique. Mais si Trump trouve rapidement des accords commerciaux avec ses partenaires, l’économie continuera probablement à afficher une belle santé.

Partager cet article :

Autres lectures ...

La politique économique de Trump profite beaucoup plus aux travailleurs que celle d’Obama !
Déréglementations, libéralisation, baisse des impôts : le cocktail économique qui marche

Croissance économique américaine : 3.2 % (premier trimestre)


Amérique : 190 000 emplois créés et toujours pas de récession

C’est bien l’Etat providence, l’ennemi des immigrés. L’emploi est leur ami.



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Analyse économique ou Politique ?

le 8 octobre, 18:31 par GGL

Il faut arrêter de faire croire qu'un Président est responsable de la croissance ou de la décroissance de l'économie. L'effondrement de l'économie en 2008 n'est pas la faute directe de Bush. L'économie d'un pays répond a l'économie mondiale, au taux de change de sa devise, à la fiscalité, aux dépenses publiques, aux réglementations, aux innovations, a la démographie,....etc. Faire une analyse qui commence a la prise de fonction est absurde. Le premier budget du gouvernement Trump a commencé en Octobre 2017. Les premières lois fiscales en Janvier 2018...La croissance sous les deux mandats de Obama ont sorti le pays de la crise et cree 2 millions d'emplois par an en moyenne depuis 2009, elle a continué au meme rythme en 2017 sans que Trump n'ait encore rien fait. La dette américaine continue d'exploser et les intérêts sur la dette sont en 2019 les plus élevés de toute l'histoire des USA avec toujours un deficit du budget record. L'immobilier a fini de croitre depuis 1 an et l'industrie est en recession depuis 6 mois. Les chiffres de l'emploi sont bons tant mieux et pourvu que ca dure, mais l'effet de la guerre des Tarifs avec la Chine n'est pas encore passé dans les prix et l'ensemble des grandes chaines de Retail s'apprêtent a fermer plusieurs centaines de stores..

# Re : Analyse économique ou Politique ?

9 octobre, 07:42 - Nicolas Lecaussin

Bonjour, merci de nous ire mais je ne suis que très partiellement d’accord avec vous. Les actins de certains présidents peuvent avoir des impacts considérables sur l’économie et l’emploi comme ce fut le cas avec, bien entendu, Reagan et aussi Clinton. L’économie sous Obama ralentissait dès la fin de 2014 et les records d’aujourd’hui sont bien dus aux mesures fiscales et surtout de déréglementations faites par Trump. D’ailleurs il a supprimé de nombreuses mesures prises par Obama... D’accord avec concernant les déficit et les dépenses publiques même si le Congrès y est pour beaucoup... Cordialement, Nicolas Lecaussin

9 octobre, 16:31 - GGL

Les actions de Trump au plan fiscal n'ont pris effet qu'en Janvier 2018 et en terme de deregulations saupoudrées jusqu'a maintenant. Si vous gardez la meme grille de lecture (le taux de chômage) la période Obama qui a pris ses fonctions au creux de la crise en Janvier 2009 : https://data.bls.gov/timeseries/LNS ...
Vous pourrez constater que ce taux n'a fait que se réduire sans discontinuer depuis cette période. Les critiques économiques contre Obama sont en fait Politiques et pas techniques, car quel pays s'est mieux sorti de la crise que les USA ? Trump ne peut pas s'approprier 2017, cela ne repose pas sur une analyse technique. Comme indiqué précédemment le Président des USA ne determine pas l'économie du Pays, il peut la favoriser ou pas. Le deficit, la dette et la relance de l'économie sont actées par le Congrès. Par exemple le Congrès a rejeté le financement du "Mur". L'impact de la fiscalité US s'est ressentie très fortement au niveau de la dette dans un contexte de hausse des taux d'intérêts. Taux d'intérêts, qui ne sont pas pilotés par le Président. La période d'observation économique "attribuable" au Gouvernement Trump ne repose actuellement que sur 1.5 à 2 ans selon les indicateurs.
Or dans les discours il s'attribue toute la croissance. Le record d'aujourd'hui a été atteint à plus de 80% grace au redressement de l'économie sous Obama. Le GOP qui était si critique de la dette sous Obama, fait encore pire sur ce plan dans la loi fiscale 2018 mais l'effet est le meme, une baisse du taux de chômage.
Les dérégulations du Gouvernement Trump pour re-ouvrir les mines de charbon d'un autre siècle et lever les contraintes écologiques permettant une plus grande pollution ne font pas l'unanimité.
Il est impossible d'avoir une analyse économique sérieuse dans les media, elles sont toujours biaisées d'un coté ou de l'autre et souvent incompétentes. Il faut directement analyser les données officielles.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies