Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5673

par ,

De Platon à Aristote, pour sortir de la caverne où nous sommes confinés

Dans le mythe de la caverne de Platon, les hommes sont prisonniers et enchaînés au fond d’une caverne, face contre le mur. Ils ne voient du monde que les ombres projetées sur le mur depuis l’ouverture de la caverne. Seuls quelques prisonniers parviennent, par l’éducation reçue de la Cité et leur intelligence, à se libérer des fers et rejoindre le vrai monde à la lumière du soleil. Ces philosophes ne veulent plus retourner dans la caverne, mais la République de Platon veut qu’ils soient convaincus de le faire, à tour de rôle du moins, pour rejoindre les prisonniers et les diriger. Ainsi, dit-il, l’Etat sera bien gouverné parce qu’il le sera par des gens vertueux et sages.

Les prétentions de l’ENA ne sont donc pas d’aujourd’hui. Les étudiants y sont payés pour servir et dominer. Ils ne sont donc pas vraiment libres, mais en service commandé comme les philosophes de Platon. « Dans les autres États, leur dirons-nous, les hommes comme vous sont plus excusables de se dispenser des travaux de la vie publique, car ils se sont formés eux-mêmes, malgré le gouvernement ; or, quand on ne doit qu’à soi seul sa naissance et son accroissement, il est juste qu’on ne soit tenu à la reconnaissance envers personne. Mais vous, nous vous avons formés dans l’intérêt de l’État comme dans le vôtre, pour être ce que sont dans les ruches les mères abeilles et les reines : dans ce dessein, nous vous avons donné une éducation plus parfaite qui vous rendît plus capables que tous les autres hommes d’allier l’étude de la sagesse au maniement des affaires. Consentez donc à descendre chacun autant qu’il est nécessaire dans la demeure commune ; accoutumez vos yeux aux ténèbres qui y règnent » (La République, VII, 520 b et c).

Ainsi, ils savent pour nous. Ils savent nous confiner parce qu’ils n’avaient pas de masques, de tests et de lits de réanimation, ils savent nous déconfiner en multipliant les réglementations stupides comme celle qui impose aux joggeurs parisiens de courir tous aux mêmes heures, très limitées, pour mieux se cracher dessus les uns les autres. Ils savent qu’il est plus important d’aller verbaliser pour réunion interdite les trois prêtres qui enregistrent une messe dans une église avec leurs trois chantres plutôt que d’aller patrouiller en banlieue. Ils savent que la Suède, la Corée du Sud et d’autres pays ont fait mieux sans confinement généralisé, mais ils savent que les Français n’en auraient pas été capables. A dire vrai, ils n’en sont pas sûrs, mais ils ont trouvé la parade : ils ont suspendu aussi les recours devant le Conseil constitutionnel sur leurs mesures privatives de liberté (jusqu’au 30 juin) et leurs magistrats ont déserté leurs palais (de justice) dès le 16 mars comme la fuite d’une armée en débâcle. Et de toute façon, en haut de la hiérarchie, ce sont des énarques aussi qui veillent sur l’application de la loi édictée par d’autres énarques pour s’assurer que dans la caverne les prisonniers obéissent.

Pour sortir du confinement de la pensée et de la caverne où nous a enfermé l’Etat qui sait tout pour nous, c’est à nous de nous libérer de nos chaînes, d’ester en justice dès que possible contre toutes les atteintes à nos libertés, d’écrire, de convaincre, d’agir en sachant que « L’homme est principe de ses actions » comme l’ observe Aristote (Ethique à Nicomaque, III, 5, 1112b 34). Il délibère sur les fins qu’il veut atteindre et il choisit les moyens qu’il croit appropriés à ses fins. Il a donc pleinement son libre arbitre pour décider sur les choses qui dépendent de lui, et choisir le vice ou la vertu, car « là où il dépend de nous d’agir, il dépend aussi de nous de ne pas agir, et là où il dépend de nous de dire non, il dépend aussi de nous de dire oui » ( idem, p. 140, II, 7, 1113b 7).

C’est d’abord la liberté de l’éducation qu’il faut obtenir pour éviter ce monopole dont jouit et joue l’Etat pour lui-même, selon la recommandation de Platon. Mais bien sûr, c’est plus généralement dans tous les domaines que l’Etat doit nous laisser vivre car ce que n’avait pas compris Platon, c’est que c’est la Cité, l’Etat d’aujourd’hui, qui a mis les chaînes aux prisonniers de la caverne avant de venir prétendre les gouverner dans leurs fers.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Un potentiel vaccin contre le coronavirus trouvé par un Français… aux Etats-Unis

Pendant la crise du Covid-19, les Français fument davantage !


Les vieux face au Covid-19 : un rappel énergique du secrétaire général de l’ONU

Non content de nous confiner, le gouvernement veut aussi “trier” les informations !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

il est temps de sortir

le 28 avril, 11:57 par madalena

Certes la caverne avait un coté positif pour certaines et certains qui ont pu se recentrer et profiter du temps comme moi . Mais que se passait il dehors ?
famine dans le monde , démunis autour de nous ,encore plus démunis et oubliés , morts sans leurs proches pour ce passage existentiel. Je souhaite autre chose que la peur et le stress collectif qui immobilise l 'énergie de chacune et chacun , énergie qui nous humanise et nous immunise et nous propulse .

- Répondre -

vous avez dit "confinement ?"

le 29 avril, 12:10 par Sonja

– « Les exigences d’un grand peuple sont à l’échelle de ses malheurs. » Gl DE GAULLE.
Comme vous le savez, sciences PO, l'ENA sont des écoles à formater. Ainsi, les élèves en sortent élites ; tous en conformité à l'idéologie dominante. Heureusement, tous les professeurs qui y enseignent ne le font pas selon un moule pré déterminé, certains enseignent avec sens, responsabilité, talent et honneur. J'ai connu la désapprobation pour avoir cité certains auteurs bannis de ces lieux : économistes, politiques et auteurs doivent être dûment agrées, sinon en versus démonstration d'antithèse. Ces institutions censurent des universitaires de renom et se conduisent en kapo de la décadence. Cela donne une idée de l'abîme où est tombée cette profession jadis prestigieuse.
Aujourd'hui, le bac n'a aucune valeur. Les juges, professeurs, médecins, sont acceptés avec ce torchon pour entrer en facultés (plus tard, du clientélisme agira pour distribuer des postes). Par conséquent, une majorité d'individus restent dans la caverne sans avoir conscience qu'ils y sont, prisonniers d'un assistanat perpétuel orchestré par les élites énoncées. Ils sont grégaires, portés par la facilité de l'avoir ; somme d'incultes en déshérence : du crétin et de l’analphabète dans la componction calculée d’une société qui refuse maintenant la réalité avec obstination ?

30 avril, 12:13 - Pierre-Jean

Effectivement quand on sait que Macron et beaucoup de sa clique sont sortis de Sciences Po Paris, on peut se demander quel est le niveau réel de cette école, en particulier depuis le passage désastreux à sa direction du funeste Richard Descoings. Je peux en parler un peu, ayant été moi-même étudiant dans cet établissement : j'ai donc vu de près comment ça se passe.

- Répondre -

Caverne ou pyramide sociale ?

le 30 avril, 18:59 par Claude Courty

Ce ne sont pas les États qui nous confinent, et ce n'est pas dans une caverne. Nous sommes tous enfermés dans une société de structure incontournablement pyramidale, par les hasards de notre naissance, pour y occuper la place que nous assigne notre hérédité autant sociale que génétique, quels que soient les aléas de notre existence par la suite. Et c'est l'ignorance, voir le refus, de cette réalité fondamentale, qui nous enchaîne.
Invitation à lire à ce sujet :
https://docs.google.com/document/d/ ...
et
https://docs.google.com/document/d/ ...

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies