IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5891



Corse : des Marocains à la rescousse des producteurs de clémentines

Pendant que le président décrète le couvre-feu et que certains demandent le confinement par peur du virus, la filière AOP clémentines de Corse fait venir plus de 900 ouvriers marocains pour récolter des fruits. Le taux de chômage est de 7,6 % dans l’île au deuxième trimestre 2020, mais c’est la main-d’œuvre étrangère qui est privilégiée.

7 % de chômeurs, zéro saisonnier

Au mois de juin dernier, nous vous avons fait découvrir la France qui ne veut pas travailler, en évoquant la difficulté du secteur agricole, et particulièrement des viticulteurs, à trouver des saisonniers.
Cette difficulté est la même pour les arboriculteurs en Corse. Les producteurs de clémentines doivent faire appel en ce mois d’octobre à une main d’œuvre étrangère pour la récolte, et cela même en pleine phase du retour des mesures sanitaires restrictives. Le cordon sanitaire pour faire venir en France 960 ouvriers marocains est financé à hauteur de 500 000 euros par la filière, ce qui représente un coût massif pour les producteurs, en plus des salaires et du logement fourni à chaque saisonnier. Sans compter l’obligation de la semaine d’isolement à l’arrivée des travailleurs étrangers. Faire appel à des Corses sans travail actuellement serait plus rentable pour les agriculteurs, qui n’auraient pas à les loger. Cela aurait pu être une opportunité pour les 7,6 % de chômeurs de l’île et autres personnes en difficulté. Mais ce travail n’attire pas, que la COVID soit là ou non.

La France fait le choix du chômage

A l’inverse, le gouvernement qui devrait encourager et favoriser le travail fait tout pour tuer l’emploi en France, avec des mesures contre la COVID-19 liberticides, poussant bon nombre de cafetiers et d’entrepreneurs à mettre la clef sous la porte. Les mesures d’un chômage partiel financé à 100 % s’allongent, et dans le même temps, l’assistanat s’étend.

Le nombre de bénéficiaires du RSA est en nette augmentation, +10 % dans le Loiret et en Ile-de-France par exemple. Et lors de son intervention du 14 octobre, Emmanuel Macron leur a promis une aide exceptionnelle de 150 euros, plus 100 euros par enfant, pendant six semaines, soit une augmentation par foyer concerné comprise entre 100 et 450 euros. Pendant ce temps, on décide de condamner le secteur de l’hôtellerie-restauration à coup de couvre-feu et de fermetures.

Tant que le gouvernement français privilégiera la distribution d’aides à tout va en lieu et place d’une incitation à travailler, ne serait-ce que trois petites semaines, nos agriculteurs devront faire de plus en plus appel à une main d’œuvre étrangère et volontaire. Et notre pays continuera de s’enfoncer dans la pauvreté.

Sources :
https://www.corsematin.com/articles ...
https://www.francetvinfo.fr/sante/m ...

Partager cet article :

Autres lectures ...

Viticulture : plus d’innovations, moins de produits chimiques
Aymeric Belaud,

Viticulture : plus d’innovations, moins de produits chimiques

Un rapport parlementaire dénonce enfin les désillusions subventionnées de l’agriculture « bio »
Laurent Pahpy,

Un rapport parlementaire dénonce enfin les désillusions subventionnées de l’agriculture « bio »

... un an après l’IREF


De l’âge de pierre au capitalisme, une histoire de problèmes écologiques
Ferghane Azihari,

De l’âge de pierre au capitalisme, une histoire de problèmes écologiques

La charge réglementaire pour les viticulteurs cognaçais
IREF,

La charge réglementaire pour les viticulteurs cognaçais

- Témoignage -



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

argent gratuit ?

le 22 octobre, 08:20 par Laurent46

Cela montre bien le devenu de la majorité des Français devenus de gros fainéants n'attendant que l'argent public gratuit !
Mais n'est-ce pas l'exempl donné par la majorité des services publics qui ne font que 20 h par semaine avec 5 jours de RTT en plus, des journées de vacance supplémentaires et aucune retenue sur les absences de complaisance etc. comment dans ces conditions mettre les autres au boulot ?
Il suffit de regarder autour de soit pour constater le nombres de personnes glander ou faire du "vélo" à longueur de journée et les volets fermés lors de chaque période de vacance ou de pont ... La France est devenu un pays de fainéants qui ne comptent que sur l'argent facile et sur le pillage du privé.

2 novembre, 14:50 - Aymeric Belaud

Bonjour,

Je résumerai vite tout cela en une seule phrase, celle de Mme Thatcher : "Le problème avec le socialisme, c'est qu'on arrive très vite à court d'argent des autres."

- Répondre -

et leur salaire ?

le 22 octobre, 10:16 par ange et démon

vous avez oublié de nous donner le salaire horaire des ces travailleurs marocains ; eux sont logés par l'agriculteur, donc pas de loyer, souvent nourris, et emportent leurs salaires chez eux ou la vie est moins chère ; alors que les Français doivent payer tout cela et en France ; c'est bien gentil d'accuser les Français de fainéants ; je ne dis pas que tous ces allocations de chômage soient toujours justifiées ; c'est vrai qu'il y a des gens qui en profitent, mais il faut quand même voir la totalité du problème

22 octobre, 14:58 - maellys93

"chez eux où la vie est moins chère "
Cher Ange, la question à se poser, c'est pourquoi la vie est si chère en France ?
Les aides, les indemnités, les distributions de primes sociales, etc... y sont surement pour quelque chose.

27 octobre, 09:48 - ange et démon

pour le pourquoi de la vie chère vous avez raison ; mais le Français qui vit en ce moment réagit en fonction de son environnement actuel et s'adapte donc à la situation ; vous ne pouvez pas demander à l'ouvrier de corriger les erreurs de nos gouvernants à ses dépenses ;
on commence toujours de balayer un escalier par le haut ( un proverbe arabe semble-t-il )

2 novembre, 15:00 - Aymeric Belaud

Bonjour,

le salaire, non-communiqué, doit correspondre a minima au minimum légal, soit le SMIC horaire.
Dire que les saisonniers ne sont pas assez payés est une tartufferie.

Quand nous recevons des saisonniers, nous accueillons beaucoup d'étudiants qui doivent payer leur loyer, leurs études, et tous les frais annexes. Et pourtant ils viennent tous les jours (pour la plupart) et ils travaillent. Et ils sont contents de recevoir le SMIC. Ils demandent même à faire des heures supplémentaires.

De l'autre côté, nous avons des personnes au chômage qui viennent travailler un mois, afin de pouvoir continuer à toucher le chômage 6 mois de plus. Certains nous affirment travailler un mois tous les 6 mois pour cela. D'autres ne viennent pas tous les jours, prétextant des déménagements ou des enterrements de grands-mères.
Et bizarrement, ils ne demandent pas de faire des heures supplémentaires.

Il faudrait enfin comprendre que l'assistanat est l'un des pire cancers de la société française.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies