Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté (...)

Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

dimanche 10 octobre 2021, par Aliénor Barrière

Emmanuel Macron a mis en place une (nouvelle) commission sobrement intitulée « Les Lumières à l’ère du numérique ». Dirigée par le sociologue médiatique Gérald Bronner, elle a pour but de lutter contre le complotisme et la désinformation sur internet au nom de la raison.

La commission a un délai très serré puisque d’ici la mi-décembre, elle « devra dévoiler une série de propositions concrètes dans les champs de l’éducation, de la régulation, de la lutte contre les diffuseurs de haine et de la désinformation ». Il s’agira alors de préciser ce qui sera régulé : l’information ? l’opinion ? Education, prévention, régulation… Autant de domaines qui touchent à la liberté de conscience des individus. Une ingérence du pouvoir public sur ces sujets risque fort d’avoir des conséquences liberticides. C’est le risque porté par un autre objectif de la commission Bronner, « définir un consensus scientifique » : une fois fait, cela signifie-t-il l’interdiction de toute réflexion sur le sujet ? Assistera-t-on à la création de lois mémorielles scientifiques ?

Cette commission est donc dirigée par celui auquel elle doit son nom, Gérald Bronner, homme brillant et diversifié, professeur de sociologie à l’Université de Paris, mais également membre de l’académie de médecine et de l’académie des technologies.

Le complotisme comme seule alternative à la pensée d’Etat

Puisque cette commission a pour but de traquer le complotisme, voyons un peu comment M. Bronner définit cette notion. Dans le numéro 449 de la revue Pour la science en 2015, il osait ces mots liberticides :« Par théorie du complot, il faut entendre simplement une interprétation des faits qui conteste la version officielle ». Un périmètre assez vaste donc, puisqu’il inclut tout ce qui n’est pas parole des pouvoirs publics, elle-même, bien sûr, toujours fiable, cohérente et mesurée.

Dans une interview accordée à l’Express, Gérald Bronner pointe du doigt ceux qu’il qualifie déjà de complotistes, et il y en a un certain nombre : « Dans chacune de ces controverses, que ce soit avec les gilets jaunes, l’hydroxychloroquine ou les vaccins, on voit réapparaitre cette cartographie qui a des relents de complotisme, c’est-à-dire une vision paranoïde du monde ». « Paranoïde » étant défini comme ce « qui évoque la paranoïa mais s’en distingue par certains caractères de type franchement schizophrénique et par une évolution vers la désagrégation mentale, la démence ». Une analyse de la valeur des gens qui rejoint sa déclaration sur les chômeurs et les gilets jaunes : « La variable prédisant le mieux le fait d’être complotiste était l’identification au mouvement des gilets jaunes, plus encore que le chômage ou d’autres facteur ».

Personne ne serait donc à l’abri du complotisme : Gérald Bronner nous explique que même les adeptes des remèdes de grand-mères « peuvent entrer dans le complotisme par la petite porte des médecines parallèles ou de l’homéopathie par exemple. (…) Les médecines parallèles sont une étape possible vers le complotisme, jusqu’à en arriver pour certains à des thèses délirantes sur le 5G ou autre ».

Hors de la Macronie point de raison

La commission Bronner est symptomatique d’une captation de la raison par le pouvoir étatique. Elle se fait ainsi l’écho d’une dialectique porteuse d’une autorité morale. Le pouvoir politique se teinte d’une forme de religiosité gardienne du culte de la Raison, de la Vérité, des Lumières. La commission sera alors la sainte inquisition de Ceux qui Savent : les Sachant contre les opinions « porteuses d’une face sombre ».

L’analyste politique Mathieu Slama, qui enseigne au Celsa, explique que « on assiste à une grande manipulation autour du mot « raison ». Le pouvoir en fait une arme politique pour disqualifier tous ceux qui contestent sa vision du monde ». Et de dénoncer les mots de Stanislas Guerini, à la tête du parti En Marche, qui veut que son parti soit « la voix de la raison et de l’intérêt général ». Le Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Clément Beaune, a également déclaré : « Il nous faut incarner le camp de la république, de la raison et de l’équilibre qui tient une société. (…) En 2022, la présidentielle et les législatives vont se jouer sur un clivage entre ceux qui assument la complexité, la raison, la science, une forme de modération verbale et politique, et ceux qui jouent des effets de polémique et de division ».

Les déclarations de Gérard Bronner s’inscrivent dans la même veine : « Le récit politique aurait pu mieux défendre la rationalité ». Mais la rationalité a tout de même ses limites, selon le sujet sur lequel elle porte. Certes il faut la rechercher à tout prix, mais lorsqu’il s’agit d’inciter les foules à se faire vacciner, la meilleure façon serait simplement de vanter la rareté des vaccins : pour le président de la commission, il est « évident que la rareté des doses [va] créer le désir ».

Lors de la remise du rapport sur le complotisme, il y a fort à parier que la quantité de papier nécessaire soit une catastrophe écologique.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Commission-Bronner-vers-un-affrontement-entre-la-raison-et-la-liberte

Vos commentaires

  • Le 11 octobre à 06:50, par Philippe En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Voici la porte ouverte à un futur ministère de la raison (d’état) et de la bien-pensance...
    M. Bronner doit en rêver...

  • Le 11 octobre à 06:55, par JL Cech En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Dans son ouvrage, la Démocratie des Crédules, Mr Bronner pose les bases d’une réflexion sur le complotisme, en fait il décrit les armes contre le panurgisme populiste, maladie qui atteint les US de façon endémique. Les complotismes sont liberticides, si la censure n’est pas la solution, la rationalité l’est. Encore faut-il que les politiques montrent le chemin, cessent de mentir, de refuser la réalité, pas comme les suiveurs de l’ex Pinocchio de la Maison Blanche.

  • Le 11 octobre à 08:09, par PICOT En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Nous y voilà : le ministère de la Vérité, avec un grand V, se met en place. Nous serons priés de penser correctement, sous peine de sanctions, peut être même de traitements psychiatriques comme ce fut fait dans la défunte URRS.
    On peut aussi analyser les choses d’une autre façon en disant que lorsqu’on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage. Tous ceux qui contestent le pouvoir risquent d’être traités ainsi. En fait, rien de bien nouveau, l’histoire se répète.

  • Le 11 octobre à 08:21, par Michel En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Rien de nouveau : il-y-a un certain temps, la lutte contre les déviants s’appelait l’inquisition.
    Plus récemment, il était interdit d’écouter les fake-news diffusées par radio Londres et plus précisément l’émission "les français parlent aux français".
    Bienvenue dans le meilleur des mondes...
    Bienvenue en macronie...

  • Le 11 octobre à 08:24, par Michel En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Petite remarque concernant le titre :
    " Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?"

    Pourquoi pas :
    " Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison d’État et la liberté ?"

  • Le 11 octobre à 08:25, par MIDLER En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    L’inquiétude que peut engendrer la création par le pouvoir d’une telle « commission » est très compréhensible ; elle pourrait en effet ouvrir la voie à des dérives inquiétantes. Mais la personnalité, et surtout la compétence, la mesure et la finesse d’analyse de Gérald Bronner laisse toutefois espérer que ses conclusions ne permettront pas la mise en œuvre de décisions liberticides au nom d’une soi-disant vérité officielle.

  • Le 11 octobre à 08:39, par HANLET En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Merci de nous avoir éclairés sur sur les personnalités de nouveau comité Théodule. En matière "d’heures les plus sombres", on n’a pas encore tout vu...

  • Le 11 octobre à 09:31, par Valbon En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Bienvenue en URSS,
    La parole du gouvernement étant parole d’évangile, tout le reste devient donc du complotisme. Sous couvert de Commissions bidon, choisies par Macron, on arrive à faire dire ce qu’on veut. Il suffit de bien choisir les membres.
    Une dictature camouflée, avec un Mélanchon tirant les ficelles.

    uvernement

    étant naturellement la Vérité.

  • Le 11 octobre à 09:32, par Obeguyx En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    La raison, la liberté... encore une commission. De commissions en commissions, le pays se paralyse de plus en plus et ça me déclenche l’envie d’aller faire la "grosse commission". Au moins celle-là servira tout mon appareil digestif et ne coûtera rien aux contribuables !

  • Le 11 octobre à 09:41, par Michel En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Gros problème de suivi des infos en vue : les dates de la vérité officielle.
    Date 1 :
    Vérité : les masques ne servent à rien.
    Fake new : les masques sont utiles.
    Date 2 :
    Vérité : Les masques sont obligatoires.
    Fake new : Les masques ne servent à rien.
    Date 3 :
    Vérité : la vaccination contre le covid ne sera jamais obligatoire.
    Fake new : il est à craindre que la vaccination devienne obligatoire.
    Date 4 :
    Vérité : la vaccination contre le covid est obligatoire.
    Fake new : le Président n’a pas respecté sa parole.
    Et chacun doit avoir ses propres exemples…
    Attention danger démocratique (pour ce qu’il en reste) en vue !

  • Le 11 octobre à 10:51, par VINCENS En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Par avance, je revendique l’honneur de contester à mon gré la "vérité officielle" imposée ou le "consensus scientifique" décrété. Je prendrai ainsi 30 ans d’avance puisqu’en une génération l’histoire et la science relativisent beaucoup les "certitudes" de la génération antérieure. Vive la liberté.

  • Le 11 octobre à 14:31, par thiers jean marie En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    L’important est que ce projet suscite la peur ou la méfiance, à partir de citations de tel ou tel des participants. Le danger de la contrainte de la parole est bien réel, déjà en place pour ce qu’on considère des excès, mais ce n’est pas nouveau. Certains des contrôles ont été des progrès, l’inquisition par exemple est le premier modèle de la procédure contradictoire, même si ça n’apparaît pas au premier abord. Il serait souhaitable, mais c’est un voeu pieux, que les travaux de séance de cette commission soient publiés sur un site internet, accessible à la critique. Complexe, certes, mais utile à la bonne conscience de la population.
    La question est, dans le doute de l’honnêteté de toute politique, de savoir s’il s’agit d’un matériau d domination ou de régénération de la conscience politique. Il faut être kantien, ou mieux, relire Alain dans sa naïveté politique, dangereuse pour les escrocs de la pensée.

  • Le 11 octobre à 16:11, par Occidentale En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Un régime corrompu qui régit dans le mensonge et l’arbitraire ne pouvait que faire une telle trouvaille pour parfaire sa gouvernance entre guignolerie et tyrannie.
    Un contre-pouvoir que nous attendions, dans la Sagesse radicale d’une grande Réflexion de politique Nationale, se lève. L’intelligence en mouvement.

    https://www.youtube.com/watch?v=cbQfgPBcF_E

  • Le 11 octobre à 20:16, par AlainD En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Bronner, il se prend pour qui celui-là ? Il me semble tout droit sorti de "1984" ce pamphlet de George Orwell, mais il n’est visiblement pas du côté des "surveillés"
    Nous ne voulons pas de Big Brother ! C’est compris E. Macron ? Et puis cessez donc d’inventer une commission à chaque fois qu’un problème se présente, c’est bien un truc d’énarque ça.

  • Le 12 octobre à 07:47, par Philippe Le Claire En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Ceci s’ajoute à la tendance mollement imposée des gardiens autoproclamés de la vérité qui interviennent en surimpression de vos lectures pour distribuer des avertissements quant à d’éventuelles "informations" avariées, mauvais genre ou mensongères… Noble mission, certes, mais qui contrôle les censeurs ou moralistes de l’info, focalisés sur le concept de fake news quand on sait depuis des lustres qu’il convient de distinguer vérité de vraisemblance, et de recouper tant que faire se peut ce qui est avancé brut de décoffrage sur le net… Les Lumières sont porteuses de contradiction, d’esprit critique et du fait même de ce que porte la philosophie éponyme n’ont nul besoin de gendarmes de la pensée ou de nouveaux inquisiteurs. La liberté d’expression va de pair avec la manifestation de l’esprit critique et je prise peu ces nouveaux Savonarole passés par Le Monde, l’AFP voire la boutique de Plénel, qui prétendent imposer un politiquement correct dont ils se dispensent. Le net est anarchique, mais l’anarchie en matière d’idées en circulation est une bonne chose. D’autant qu’en sus de la catharsis planétaire que représentent les commentaires et libres publications sur le net, nous pouvons accéder librement ou presque à la réalisation de l’idéal encyclopédique. Et si les Gafa nous pistent pour mieux nous vendre ou nous traire, nous pouvons ou pourrons utiliser à leur endroit les mêmes outils qui leur donnent l’impression d’être des dieux.

  • Le 14 octobre à 15:37, par MICHEL D En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    c’est le pétainisme version2022 :
    « la voix de la raison et de l’intérêt général ».
    " Il nous faut incarner le camp de la république, de la raison et de l’équilibre qui tient une société."
    " un clivage entre ceux qui assument la complexité, la raison, la science, une forme de modération verbale et politique, et ceux qui jouent des effets de polémique et de division ".

    Question : que fait-on des autres ? des camps de rééducation peut-être.

  • Le 15 octobre à 08:22, par Astérix En réponse à : Commission Bronner : vers un affrontement entre la raison et la liberté ?

    Encore des hauts comités à la réflexion intensive ou comment rémunérer des incapables avec les impôts des français !! il va falloir inventer le ministère de la haute connerie qui seul aurait sa place en France !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière