IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5808



Au lieu d’embaucher à Pôle Emploi, il faut privatiser et ouvrir à la concurrence !

On ne manque pas d’imagination en France. Le plan de relance du gouvernement, dont la présentation a été reportée d’une semaine, devrait prévoir l’embauche de 3000 à 5000 personnes en CDD à Pôle Emploi en 2020 et 2021 !

« Je plaide pour un renforcement des effectifs de Pôle emploi dans le cadre du plan de relance si on veut avoir un accompagnement de qualité des demandeurs d’emploi”, disait déjà la ministre du Travail Élisabeth Borne aux Échos fin juillet. Pôle emploi “aura un rôle important (...) dans les secteurs en tension sur l’emploi : rénovation thermique des bâtiments, transport ferroviaire”. Pourquoi le transport ferroviaire où la SNCF est largement en sur-effectifs et reçoit environ 13 Mds d’euros/an de subventions publiques ?
Mais c’est Pôle emploi qui attire le plus notre attention maintenant. Il s’agit de 915 agences qui emploient 54 500 personnes. Le budget est assuré à 64% par l’Unedic, le reste étant à la charge de l’Etat au titre de « subvention pour charges de service public », soit plus de 5 Mds euros. L’embauche de nouveaux agents va forcément augmenter le budget de cette administration va forcément augmenter... sans forcément la rendre plus efficace et alors que, selon les études de marché, plus de 88 % des demandeurs d’emploi utilisent internet pour trouver du travail. Moins de 13 % des chômeurs affirment trouver un emploi grâce à Pôle Emploi (sondage avant la crise du Covid). Rappelons que l’inscription à Pôle Emploi est obligatoire pour pouvoir toucher les indemnités.
En augmentant le personnel de Pôle Emploi, la ministre étatise encore plus un système qui ne fonctionne pas, crise du Covid ou non. Pourquoi ne pas essayer de tirer parti de cette situation inédite pour le réformer entièrement ? La partie recherche d’emploi peut être totalement déléguée aux structures privées (Pôle Emploi serait privatisée aussi) déjà existantes et prépondérantes (comme les agences d’intérim). Pour le volet assurance, la privatisation peut aussi être envisagée. L’IREF propose une assurance chômage privée, comportant a minima, comme au Royaume-Uni, une allocation forfaitaire de base pour tous. Ensuite, il y aurait des assurances individuelles, en fonction des revenus et des cotisations. L’assurance chômage n’est pas une aide sociale, c’est une...assurance. A chacun d’être responsable.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Trouver des saisonniers : découverte de cette France qui ne veut pas travailler
Aymeric Belaud,

Trouver des saisonniers : découverte de cette France qui ne veut pas travailler

2.5 millions de créations d’emplois aux Etats-Unis : le marché plus fort que les experts et les politiques
Nicolas Lecaussin,

2.5 millions de créations d’emplois aux Etats-Unis : le marché plus fort que les experts et les politiques


Les Français veulent-ils encore travailler ?
Jean-Philippe Delsol,

Les Français veulent-ils encore travailler ?

Emploi, pauvreté, progrès humains : ceux qui veulent « changer de modèle » devraient se rappeler les bons scores d’avant le coronavirus
Nicolas Lecaussin,

Emploi, pauvreté, progrès humains : ceux qui veulent « changer de modèle » devraient se rappeler les bons scores d’avant le coronavirus



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

La croissance de Pôle Emploi crée du chomâge.

le 2 septembre, 09:51 par François Martin

La croissance de Pôle Emploi, qui va alourdir la tutelle administrative sur l'économie, va créer encore un peu plus de chômage. Le pire est que la plupart de nos gouvernants en sont tout à fait conscients.

Deux exemples au hasard :

La complexité administrative, fiscale, a un coût, l’OCDE a calculé que cela représentait en France 60 à 80 milliards d’euros… 2.000 lois en France, 26.000 décrets et 16.000 pages de circulaires sont produits par an. Il est impératif d’obtenir une réduction du débit du flux et peut être même du stock… Les mêmes renseignements peuvent être demandés 15 fois par des administrations différentes. (François Hollande, Président de la République, extraits du discours du 9 janvier 2014).

Un petit entrepreneur passe en moyenne 50 jours ouvrés à faire de la paperasse et remplit en moyenne 70 déclarations. (Frédéric Lefebvre, Secrétaire d’État au Commerce et à l’Artisanat de 2010 à 2012).

Comme diraient les shadocks : plus ça rate...

2 septembre, 10:18 - Vieuxcoyote

Ce pays est d'idéologie et d'obédience socialiste à l'instar de son président Macron. Il n'y a pas d'exemple au monde où une telle pensée ne mène à la catastrophe économique et il en sera de même pour la France. A l'heure où le chômage explose la France continue d'accorder plus de 350 000 titres de séjour à une population en très grande majorité sans aucune compétence et appartenant à une civilisation génératrice de problèmes. Une vrai folie et tout ça par pure idéologie. Nos dirigeants ne sont non seulement incompétents mais au regard des Français des fous

- Répondre -

Ouvrir les yeux !

le 5 septembre, 11:37 par Astérix

En parfait accord avec les commentaires de François Martin et Vieuxcoyote. Nous sommes cernés par l'incommensurable incompétence de nos dirigeants.
La France est cuite !!

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies