Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/2804

par ,

Un salaire minimum rime avec un chômage élevé

Toute le monde le savait, mais pas le Président Obama, qui veut augmenter de moitié le salaire minimum. En Europe, l’Allemagne et l’Autriche n’ont pas de salaire minimum, et c’est là que le taux de chômage est le plus faible.

Toujours inspiré par les échecs économiques européens, le président Obama a décidé récemment, le 14 janvier dernier, lors du discours sur l’état de la Nation, d’introduire un salaire minimum aux Etats-Unis.

Plusieurs précisions s’imposent néanmoins. Contrairement à ce qui a été dit dans plusieurs medias français, il s’agit d’un salaire minimum (de 10.10 dollars au lieu de 7.25 dollars) qui concernerait uniquement les contractuels de l’administration fédérale. Nous sommes encore très loin d’un SMIC à la française imposé à tout le monde. L’IREF l’a déjà montré à plusieurs reprises : aux Etats-Unis, il existe des dizaines de SMIC au niveau des Etats et même au niveau des comtés… Et également des Etats où il n’y a pas du tout de salaire minimum.

D’autre part, il est incontestable que le salaire minimum est d’autant plus nocif qu’il est proche du salaire médian : ce qui est le cas en France !
Le président Obama aurait pu constater les ravages occasionnés par le salaire minimum en Europe ; en prenant déjà l’exemple de la France où le taux de chômage est largement plus élevé qu’aux Etats-Unis.

Et ce n’est pas tout ! En regardant les statistiques Eurostat, les 21 pays européens qui ont un salaire minimum, ont un taux de chômage plus élevé que dans les 7 pays dépourvus de salaire minimum : 11.8 % contre 7.9 %. Parmi les pays sans salaire minimum, figurent l’Autriche et l’Allemagne dont les taux de chômage sont les moins élevés d’Europe.

Salaire minimum et taux de chômage (moyen)
Pays européens avec salaire minimumPays européens sans salaire minimum
Taux de chômage 11.8 % 7.9 %
Eurostat, 2012

Ces chiffres ont été repris par le Cato Institute (think tank de Washington DC) dans un article récent, envoyé aux membres du Congrès, afin de les dissuader d’adopter la proposition d’Obama !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Emploi à temps partiel imposé en France :
4 fois plus important qu’en Allemagne

15 dollars de l’heure : quand le plein emploi fait doubler le salaire minimum


Et si l’on réformait vraiment le SMIC ?

Faciliter le licenciement ou l’occasion manquée de la ministre du Travail



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Le fameux modèle allemand

le 22 février 2014, 13:16 par Quatsch

Oui, c'est vrai en Allemagne on a remplacé les chômeurs par des travailleurs pauvres (Working poor) à 300-400 euros/mois (Distribution, restauration, bâtiment....), ce qui permet d'enrichir certains patrons verreux. Ceux qui idéalisent l’Allemagne n'y ont pour la plupart jamais mis les pieds...

- Répondre -

usa

le 22 février 2014, 16:40 par jacques

OBAMA oublie aux U S A c'est n'importe quoi un server de restaurant qui travaille au SMIG doit déclarer aux impots 8% de ces ventes comme pourboire( tip) même si le client ne lui donne pas de pourboire .Quand a l'allemagne on embauches des salariés des pays de l'est a des salaires de misére en critiquant la France ce n'est pas les salaires c'est qu'on donne trop de social donc les grosses Co délocalise ou il ya des salaires de misére ( les pays de l'est )

- Répondre -

Salaire minimum ou maximum ?

le 24 février 2014, 17:03 par Philippe

Ce n'est pas de mettre un seuil minimum sur les salaires qui pose problème mais plutôt le fait qu'il n'existe pas de seuil maximum pour les salaires.
Aucun travail humain, aucun effort, aucune peine ne peut justifier qu'un homme puisse être rémunéré par exemple de 3 millions de Dollars par jour ...chaque jour calendaire de l'année !
C'est proprement indécent.

Oui à l'esprit d'entreprise, oui à la richesse des hommes en récompense de leur labeur mais non à la cupidité. Les richesses monétaires sur terre ne sont pas indéfiniment extensibles : Si un seul homme prend tout pour lui, c'est forcément au détriment de plusieurs milliers, voire millions d'hommes. C'est là que ça ne va plus.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies