Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Mais où est vraiment le scandale des « Paradise Papers » ?

Les « Paradise Papers » s’apparentent plus à une optimisation fiscale qu’à une fraude qui est moins du côté des entreprises concernées que des journaux qui dénoncent ce soi-disant scandale.

Des journaux français, associés au Consortium international des journalistes d’investigation et à 95 médias partenaires, font état d’un nouveau scandale en révélant 13,5 millions de documents, dont une bonne part issue de cabinets d’avocats étrangers spécialisés dans la finance offshore et des registres des greffes de tribunaux de commerce situés dans des paradis fiscaux.

Mais où est le scandale ? Sont livrés des millions de documents obtenus par des moyens frauduleux puisqu’ils étaient couverts par le secret professionnel ou bancaire. Mais, note Le Monde, « Contrairement aux « Panama Papers », cette nouvelle enquête concerne moins le blanchiment d’argent sale, issu de la fraude fiscale et d’autres activités illicites (trafics d’armes, de drogue…), que des schémas légaux montés par des bataillons d’experts en optimisation fiscale. » En clair : « Aucun de ces montages ne peut à ce jour, écrit-il encore, être qualifié de frauduleux » !!! La fraude est donc moins du côté des entreprises concernées que des journaux qui dénoncent ce soi-disant scandale.

L’optimisation fiscale n’est pas critiquable. La plupart des Français qui payent l’impôt sur le revenu en font lorsqu’ils se posent la question lors de leur déclaration de revenus de savoir comment réduire leur impôt en utilisant l’une des très nombreuses niches fiscales qui leur sont offertes. Ça n’est ni plus ni moins que de l’optimisation fiscale. Et par exemple, quand ils gagnent 300€ d’impôt par ce moyen sur les 2 000€ d’impôt qu’ils payent, c’est équivalent aux 300 millions d’euros qu’économisent les multinationales en faisant de la planification fiscale légale par rapport aux 2 milliards d’euros d’impôt qu’elles payent.

Certes, on peut trouver désagréable que les sociétés les plus prospères cherchent en sus à éviter l’impôt. Mais si elles le font de manière légale, il faut plutôt se demander pourquoi la loi fiscale est si mal rédigée qu’elle les laisse faire.
Le problème est que la loi fiscale de tous les pays développés, et en particulier de la France, est devenue un maquis. Et on se cache plus facilement dans le maquis que dans le désert. La fiscalité est également devenue, particulièrement en France, abusive et spoliatrice. Le remède n’est donc pas dans la chasse aux sorcières, mais dans une refonte de la loi fiscale pour la simplifier, la clarifier et rendre les taux d’imposition plus raisonnables.

A force de vouloir tuer les riches, on risque surtout d’appauvrir encore les pauvres. Depuis 40 ans, les plus riches se sont enrichis plus que la moyenne. C’est surtout dû, depuis vingt ans, à la réussite de très belles entreprises dans les métiers de la nouvelle économie et à l’ouverture des échanges au niveau mondial. Mais dans le même temps la pauvreté, qui concerne ceux qui vivent désormais avec moins de 1,90$ par jour, a reculé de près de 80%. L’effet de ruissèlement, qui veut que la création de richesse profite à tous, plus ou moins, a été efficace. Comme le dirait M. Macron, nous avons besoin de chefs ce cordée pour que toute la cordée soit tirée. La question est donc bien de savoir s’il vaut mieux lutter contre les riches ou contre la pauvreté. Tout système a ses défauts, mais à tout prendre je préfère vivre en Occident qu’en Corée du Nord ou au Venezuela. D’ailleurs ces derniers pays démontrent qu’à vouloir l’égalité à tout prix, on propage la misère et on favorise la corruption comme source d’inégalités plus graves encore parce qu’elles sont fondées sur la fraude et l’excès de pouvoir permanent.

Enfin, et plus fondamentalement, il faut se méfier de cette nouvelle doxa qui veut la transparence totale de tous devant tous les autres. Nous nous retrouverons bientôt nus et privés de notre intimité qui fonde notre humanité. L’essayiste allemand Byung-Chall Han le dit très bien en soulignant que dans ses excès « La transparence est une contre figure de la transcendance ».

Jean-Philippe Delsol

Partager cet article :

Autres lectures ...

Ces paradis fiscaux qui cachent les enfers fiscaux
Et si on éradiquait les enfers fiscaux plutôt que les paradis fiscaux ?

Philosophie de l’impôt
Philippe Nemo, PUF 2017


Vers une nouvelle surtaxation des entreprises ?

Une spécialité bien française : le faux en budget public !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (8)

Quel scandale !

le 7 novembre, 01:58 par DP

Comment pouvez-vous défendre et justifier que ces personnes les plus riches placent leur argent dans des paradis fiscaux pour échapper à l'impôt ????
Que serait il fait au moindre salarié contribuable s'il ne payait pas ses impôts ? Il devrait payer le plus rapidement possible sous peine d'être poursuivi en justice.
Comment ne pas avoir honte d'écrire de tels propos ????

7 novembre, 10:51 - orldiabolo

Allons, DP, chacun fait sa petite cuisine à son niveau... Ce salarié que vous parez de toutes les vertus, il ne gonfle jamais sa note de frais ? Il ne se fait jamais faire un petit arrêt de travail de complaisance ? Il n'oublie jamais de déclarer l'augmentation de revenu qui lui ferait perdre telle ou telle aide sociale ? Il ne garde pas son logement social même devenu ministre ?

7 novembre, 11:27 - Jean-François Granger

S'ils le font par des moyens légaux, où est le mal ? Vous ne chercheriez pas à optimiser vos revenus en payant le moins possible d'impôts, vous ?

- Répondre -

réponse d'un néophyte

le 7 novembre, 08:07 par CADOT

Idées claires et pensées profondes sur la nécessité d'un impôt mais pas suffisant pour conduire une justice sociale démocratique

- Répondre -

Oui mais

le 7 novembre, 11:09 par PMJLL

Excellent document. Un seul petit point à reprendre : les exemples du Venezuela et de la Corée du Nord. On sait assez mal ce qui s'y passe au point de vue fortune des 'privilégiés'. Il semble quand même qu'il y ait vraiment peu de flamboyants fraudeurs dans ces 2 pays.

- Répondre -

pas d'accord

le 7 novembre, 11:42 par noel

quand on en est à la recherche de paradis fiscaux,c'est que vos revenus sont importants et permettent ce genre de manoeuvre . Votre soutien à la fuite devant l'impôt en france se comprend mais reste l'affaire des puissants et ne concerne pas les autres qui rament .Vous feriez mieux de chercher des solutions legales et universelles.

# Re : pas d'accord

7 novembre, 11:56 - Nicolas Lecaussin

Mais c’est tout à fait légal !

- Répondre -

Paradise Papers

le 7 novembre, 13:26 par laumel

Purée ; quelle réponse peu élogieuse de N.L. à 11H56 le 07 novembre. Cette réponse n'est pas de nature à réhausser sa crédibilité.

7 novembre, 14:47 - Dogera

Qui en France , employant du personnel à domicile , ne l'enlève pas de ses impôts dans les limites légales ? La France est elle donc un paradis fiscal ? ( surtout pour les 52% de ménages qui ne paient pas l'impôt.... )
Bravo NL de dénoncer cette recherche de soi disant scandales par une presse qui se noie !!!et profite bien des subsides ( impôts payé par les autres)

7 novembre, 19:08 - Made in France

Donc une réponse à vous entendre, se doit d'être élogieuse au lieu d'être factuelle ? La crédibilité réside pourtant dans le caractère factuel.
Pourquoi pas des réponses obséquieuses tant qu'on y est ?!

- Répondre -

Généralisation des paradis fiscaux

le 7 novembre, 13:31 par PMJLL

Heureusement, il y a de plus en plus de prise de conscience de la part des gens lucides que le problème n'est pas du tout les Paradis Fiscaux mais bien les Enfers Fiscaux. La généralisation partout des Paradis est la seule réponse valable à la spoliation fiscale qui alimente tant de gabegies, de corruption, de surcoûts inadmissibles et de détournements. Quand l'argent est public, il n'a plus la même valeur et est beaucoup moins susceptible d'être dépensé à bon escient.

- Répondre -

Réponse de l’auteur

le 7 novembre, 18:20 par Jean-Philippe Delsol

Je ne trouve pas plus souhaitable que nombre d’entre vous que les entreprises transfèrent leur profits légalement dans des paradis fiscaux. Mon propos est de dire, comme certains des intervenants le disent très bien, que chacun, ou presque, agit de même dans le cadre de la loi et parfois hors la loi ! Je partage pour ma part l’idée qu’il serait préférable que nous soyons tous traités de la même manière sur le plan fiscal. Pour ce faire, il faut simplifier la loi et les modalités d’imposition en même temps que réduire la charge d’une fiscalité trop souvent spoliatrice. Plus les impôts sont élevés, plus le législateur crée de niches fiscales pour atténuer l’impot de ceux qui crient le plus fort, et plus la fiscalité est complexe, plus elle permet de la contourner. Mettons en place des taux uniques et bas en matière d’impôt sur le revenu comme en matière d’impot sur les sociétés et supprimons les innombrables droits et taxes qui empoisonnent la vie des particuliers et des entreprises ainsi que toutes les niches fiscales, instituons en même temps une imposition mondiale pour les individus et les sociétés ou groupe de sociétés, sous réserve de déduction des impôts payés à l’étranger, et vous constaterez que les pratiques dénoncées par les Paradise Papers disparaîtront sans que le produit des impôts ne baisse.
Je crois également qu’il faut dénoncer avec force le fait que les journalistes puissent obtenir illégalement des informations ou données pour dénoncer des agissements qu’ils Jugent immoraux. C’est une remise en cause de l’état de droit dont on ne sait jamais comment il peut finir

- Répondre -

Merci

le 7 novembre, 19:59 par Damien

Merci de rappeler que l’optimisation fiscale est tout à fait légale. C’est un droit pour chaque contribuable. Face à des états voraces, dépensant plus de 50% du PIB, il est logique de souhaiter se défendre, tout en respectant les prescrits légaux. Par ailleurs, le respect de la sphère privée est de toute évidence sans cesse bafoué par nos chers politiques et journalistes... Triste...

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire