Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4771

par ,

La Fontaine, poète pédagogue et libéral

La Fontaine (1621-1695) est un poète classique de la littérature française dont le succès ne s’est jamais démenti depuis le XVIIe siècle. Dans les années 1960, les écoliers apprenaient tous La Cigale et la Fourmi, Le Loup et l’Agneau, et d’autres fables remarquables par la poésie qui s’en dégage, la rigueur de la grammaire et la légèreté du style. Ils apprenaient aussi la morale de ces fables, qui donnait lieu à des commentaires de celui qu’on appelait jadis le « maître d’école ». Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui – mais je suis inquiet.

L’intérêt pédagogique des fables est d’abord dû à la qualité de la langue. À l’époque où les élèves - et même les adultes - écrivent surtout des SMS, disposent d’un vocabulaire limité, ont de grosses difficultés avec l’orthographe et la grammaire, elles montrent une imagination créatrice et un respect rigoureux des règles classiques de la grammaire française.

Que trouve-t-on par exemple dans La Cigale et la Fourmi ?

La Cigale ayant chanté
Tout l’été
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue

Ayant chanté : gérondif passé.
Se trouva : indicatif, forme pronominale, passé simple.
Dépourvue : participe passé accordé au féminin.
Fut venue : passé antérieur de l’indicatif, accordé au féminin.

Dans Le Loup et le Chien ?

Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l’eût fait volontiers ;

S’était fourvoyé : forme pronominale, plus-que-parfait.
L’eût fait : conditionnel passé.

Dans Le Savetier et le Financier ?

Et le Financier se plaignait
Que les soins de la Providence
N’eussent pas au marché fait vendre le dormir,

N’eussent pas fait : plus-que-parfait du subjonctif !

Ces trois fables, très connues, offrent donc la possibilité d’analyser l’ordre d’apparition des événements et leur nature certaine, incertaine ou supposée, c’est-à-dire d’expliquer la concordance des temps et la différence entre indicatif, subjonctif et conditionnel. Quel niveau, alors que, dans les nouvelles éditions des romans destinés aux enfants comme ceux du Club des Cinq, on supprime le passé simple en mettant tous les verbes au présent pour faciliter la lecture ! Ces temps et ces modes, rarement utilisés à notre époque, paraissent tout à fait naturels au sein des fables une fois qu’ils ont été expliqués et compris : le lecteur connaît exactement les personnages et le rôle de chacun, les événements et l’ordre dans lequel ils se sont produits.

La connaissance des mots et de la grammaire donne à l’auteur la capacité de décrire des situations diverses et d’exprimer des idées précises. Réciproquement, elle est nécessaire au lecteur pour bien comprendre les textes et les analyser de façon critique. C’est suffisamment difficile pour que l’on n’y ajoute pas l’écriture inclusive, qui est un détournement idéologique de la langue et crée une difficulté supplémentaire de lecture et de compréhension.

La Fontaine ne se limite pas au langage : ses fables, par le biais des animaux qu’il fait parler, décrivent des comportements humains typiques, abordent des problèmes de société, et font réfléchir sur des valeurs morales intemporelles. Elles contiennent souvent une réflexion de bon sens parfois très actuelle : sur l’euthanasie (La Mort et le Bûcheron, La Mort et le Mourant), l’avarice (Le Savetier et le Financier, la flatterie (Le Corbeau et le Renard), la justice (Les Animaux malades de la peste), le travail (Le Laboureur et ses Enfants)…

La Cigale et la Fourmi est une réflexion sur l’épargne (« Intérêt et principal »), sur la redistribution des richesses, la responsabilité individuelle, la fraternité, l’assistance humanitaire, valeurs indissociables de l’humanisme libéral :

Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’août, foi d’animal,
Intérêt et principal. »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? J’en suis fort aise :
Eh bien ! Dansez maintenant. »

L’analyse critique de cette fable consiste à poser des questions : la Fourmi doit-elle accepter d’aider la Cigale, ou, au contraire la laisser subir les conséquences de son comportement ? C’est tout le problème de l’assistance humanitaire, et il n’y a pas de bonne réponse, parce que la liberté n’existe qu’accompagnée de la responsabilité, et que la fraternité commande d’aider son voisin.
La Fontaine explique, dans Le Loup et le Chien, le prix de la liberté, et oppose le Loup qui préfère le dénuement dans la liberté, au Chien qui se soumet en échange du confort.

Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
« Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? Rien ?– Peu de chose.
– Mais encor ? – Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
– Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?
– Il importe si bien que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. »
Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

C’est évidemment le Chien qui est le modèle de notre société occidentale : notre collier est la sécurité sociale, notre cou pelé par les cotisations sociales, et notre maître l’État-providence. On peut rapprocher cette fable de la précédente : le Loup refuse ici de perdre sa liberté quelles que soient les conséquences, et en assume la responsabilité.

La fable Le chien qui porte à son cou le dîner de son maître montre la corruption des élus et des puissants :

Je crois voir en ceci l’image d’une ville
Où l’on met les deniers à la merci des gens.
Echevins, prévôt des marchands,
Tout fait sa main ; le plus habile
Donne aux autres l’exemple, et c’est un passe-temps
De leur voir nettoyer un monceau de pistoles.
Si quelque scrupuleux, pour des raisons frivoles,
Veut défendre l’argent et dit le moindre mot,
On lui fait voir qu’il est un sot.
Il n’a pas de peine à se rendre :
C’est bientôt le premier à prendre.

C’est un comportement classique : tout le monde le fait, pourquoi pas moi ? On l’observe dans la classe politique et les syndicats toutes tendances confondues, empêtrés régulièrement dans des scandales financiers (financement des campagnes présidentielles, trafic d’influence, attribution de logements sociaux, comité d’entreprise d’EDF, financement de la rénovation des lycées d’Île-de-France, …). Ne nous leurrons pas : la tentation est dans la nature humaine.

La Poule aux œufs d’or met en garde ceux qui détruisent la source de la richesse dont ils veulent s’emparer :

L’Avarice perd tout en voulant tout gagner.
Je ne veux pour le témoigner
Que celui dont la Poule, à ce que dit la fable,
Pondait tous les jours un œuf d’or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor.
Il la tua, l’ouvrit, et la trouva semblable
À celles dont les œufs ne lui rapportaient rien,
S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
Belle leçon pour les gens chiches :
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches ?

La Poule, c’est l’entreprise, et les œufs d’or les richesses qu’elle produit. Cette fable est inspirée de celles d’Ésope La Femme et la Poule et l’Oie aux œufs d’or. La première est l’histoire d’une femme qui augmente la ration de grain de la Poule au point de l’empêcher de pondre. La seconde est celle d’un homme qui éventre son oie pour en récupérer les entrailles qu’il croit en or. De même, les subventions étouffent les entreprises, et les prélèvements (charges, impôts et taxes) les ruinent.

La Fontaine est une source inépuisable pour l’enseignement du français, la réflexion sur l’humanité et l’acquisition de l’esprit critique et de la rationalité. Il transmet le langage, dans sa plus grande richesse, et aborde les problèmes des hommes et de la société avec tendresse et bon sens. En faisant parler les animaux, il évitait la censure de son époque. Maintenant, il évite la censure de la nôtre : on ne peut réécrire la Cigale et la Fourmi en écriture inclusive ! Cet amoureux de la langue française est fondamentalement libéral, conscient à la fois de la faiblesse et de la force de la nature humaine, et des contradictions inévitables des valeurs morales.

Partager cet article :

Autres lectures ...

« La liberté ne se discute pas »
C.I.E.L. Un combat intellectuel antitotalitaire (1978-1986)

8 mars 2018 : colloque de l'IREF à Vienne


Transformer la France.
En finir avec mille ans de mal français

Le Chili tourne la page du socialisme



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Bravo ! et hélas...

le 15 février, 09:03 par Blondin

Bravo pour cet éloge de La Fontaine.

Malheureusement, ces fables sont de moins en moins enseignées aux enfants à qui, en lieu et place, beaucoup d'instituteurs (pas tous heureusement) font apprendre des poésies qu'on pourrait au mieux qualifier de niaises.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies