Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Accord de Paris : pragmatisme de Trump vs utopie écologiste
M. Macron, montrez vos muscles face aux syndicats aussi !

Indignation générale lors de l’annonce faite par Trump à propos du retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris. Condamnation unanime, aucune voix discordante dans les grands médias et même sur les réseaux sociaux (sauf certains milieux libéraux). Ce qui démontre déjà que, malgré la « toile », de nombreux sujets sont de véritables tabous. De toute façon, Trump est, depuis, son élection, et quelles que soient ses décisions, la cible prioritaire des bien-pensants et autres fidèles du politiquement correct. Pourtant, une simple et rapide analyse des faits montre que Trump a des raisons d’abandonner ces accords, raisons qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main médiatique.

L’Amérique est le pays qui a le plus baissé les émissions de CO2

Tout d’abord, comme le feu Accord de Kyoto, celui-ci est une sorte de banquet écolo-étatique auquel s’inscrivent pratiquement tous les chefs d’Etat pour des raisons électoralistes ou idéologiques. Dans une Etude que l’IREF vient de publier, le chercheur Francesco Ramella fait le point sur les recherches consacrées au changement climatique. Il et démontre que les scientifiques ont des conclusions nuancées sur le sujet, et qu’elles ne sont pas toutes catastrophistes et que, de plus en plus, les conséquences négatives du changement climatique paraissent devoir être tempérées. Ce qui pose la question des sommes faramineuses qu’il serait nécessaire d’investir pour une baisse des températures aléatoire et peut-être ridicule. L’Accord de Paris représente plusieurs milliers de milliards de dollars d’ici à 2100 pour un objectif de baisse des températures estimée à 0.5°C.

Qui plus est, l’effort le plus important devrait être assuré surtout par les Etats-Unis car les grands pays avec les plus fortes émissions de CO2 que sont la Chine et l’Inde voient même leur consommation de charbon augmenter tous les ans. Sur 195 pays signataires, la Chine, l’Inde et les pays industrialisés rejettent tous les ans 63 % du total des émissions de CO2. Et, le comble, le pays qui a le plus baissé les émissions de CO2 depuis les années 1990 est… l’Amérique grâce à l’innovation et à l’extraction de pétrole et gaz de schiste : une baisse de 5 700 millions de tonnes en 2003 à 5 200 en 2014. Sur la même période, les émissions de CO2 de la Chine sont passées de 5 900 à 10 300 millions de tonnes !

Les Européens ont la mémoire courte lorsqu’ils s’en prennent au Satan américain et donnent des leçons de morale au monde entier. Ce sont bien les constructeurs d’automobiles européens (allemands et français) qui ont truqué les tests de pollution et ce sont des organismes américains qui ont révélé la fraude !

L’Allemagne consomme aujourd’hui trois fois plus de charbon qu’en 2000 !

Cette mascarade écologiste est aussi grotesque qu’inutile. La transition écologique forcée est un désastre en Allemagne. Entre 2000 et 2015, le coût de cette transition est évalué à 150 Milliards d’euros (selon les estimations de l’Institut de l’économie de la concurrence rattaché à l’université de Düsseldorf) et coûtera environ 370 Milliards d’euros entre 2015 et 2025 ! De façon imagée, cet effort représentera pour une famille composée de 4 membres une somme totale de 25 000 euros sur dix ans. Nous sommes donc bien loin de ce qu’avait dit Jürgen Trittin (ancien ministre fédéral de l’environnement sous le chancelier Shröder, attaché à mettre en œuvre la sortie du nucléaire civil), à savoir que le développement des énergies renouvelables ne coûterait à une famille, pas plus qu’ « une boule de glace ». Trump a donc raison de dire que le contribuable sera la grande victime de l’écologisme.

Parallèlement, la facture énergétique a augmenté aussi. Un KWH coûte 35 centimes d’euros en Allemagne, 26 en Europe (en moyenne) et seulement 12 aux Etats-Unis. Comme l’énergie renouvelable ne couvre qu’une partie des besoins énergétiques du pays (environ 29 %), l’Allemagne a été obligée d’augmenter sa consommation de charbon : les importations de sont passées d’environ 35.000 KT en 2009 à 50.587 KT en 2013. Le charbon représente aujourd’hui 17 % dans la production d’énergie (et la lignite 23 %) contre 6 % au début des années 2000. Or chacun sait que le charbon est la source principale de pollution !

La réaction d’Emmanuel Macron à la décision du président Trump montre bien qu’il n’est pas très éloigné de son prédécesseur, M. Hollande, le metteur en scène des Accords de Paris. La France a d’autres problèmes plus urgents et plus importants à régler : réformer l’Etat et l’économie. On aimerait que M. Macron montre ses muscles face aux syndicats comme il l’a fait face à Trump.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Gaz de schiste : 1.5 million d’emplois créés aux Etats-Unis

Deux fois moins d’ouragans qu’il y a un siècle


214 %. C’est la hausse des importations de charbon en France au premier trimestre 2017 !

Pollution automobile : des CRIT’Air(s) trompeurs



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

La mascarade du "réchauffement climatique"

le 7 juin, 07:04 par BAYLE

Tout à fait d'accord avec votre article : M. TRUMP a doublement raison, la première en raison de ce que vous argumentez, la deuxième, en raison du peu de foi à accorder au fameux "spécialistes" de l'ONU.
Il est regrettable de constater qu'aucun des médias télévisés par exemple, ne donnent la parole à ceux que l'on surnomme les "climatosceptiques", parole qui permettrait d'entendre un autre son de cloche que celle du politiquement correct ou de la gauche bien pensante !

7 juin, 09:20 - laurent46

Vous touchez là la manipulation médiatique permanente !
et ce dans tous les domaines de la vie courante.

- Répondre -

La croisade anti-CO2 cheval de Troie du mondialisme

le 7 juin, 11:57 par Dominogris

La religion climatique devient une dictature climatique : propagande médiatique, réduction au silence des opposants, manipulation de la science à des fins politiques, endoctrinement de la jeunesse, taxes diverses (pour certains) et profits juteux (pour les autres)...
Dans quel but ? Il suffit de lire l'étude sur la nature des mouvelents écologistes (E. Grenier) pour réaliser que cette affaire n'est qu'un élément du mondialisme. En ne confondant pas ce projet politique avec la mondialisation des échanges.

- Répondre -

Mascarade , mascarade c'est le carnaval des nanards !!!

le 7 juin, 16:23 par iamatoxico

Alors les amerloques ont peut être bien baissé leurs émissions de CO2 mais faut pas oublier qu'ils sont les plus gros pollueurs de la planète même s'ils n'occupent plus la 1ére place ,ils n'en restent pas moins un des acteurs majeurs de la pollution planétaire . Et dire que le réchauffement planétaire est une mascarade est une mascarade est tout simplement grotesque et stupide et le fait que 2 ou 3 péquins se disant scientifiques nient des faits ou il n'y a pas besoin de l'être pour en voir les effets à moins d'être aveugle et totalement obtus , et même si notre planète est dans une période de réchauffement qui lui est normal . Mascarade médiatique , mascarade du réchauffement climatique , tout est une mascarade dans ce cas , l'animal humain est une aberration de la nature et là il le prouve . Attentats de Londres , Bruxelles , Manchester mascarade occidental !!!

- Répondre -

Jeux d'enfance ou jeux d'adulte ? Accord de paris

le 7 juin, 19:44 par Jeanne

M. Macron se vante de l'action de communication théâtrale d'une poignée de main
Mais ne réussit pas à convaincre m. Trump (dans les negiociatons concernant le climat ) de modifier sa position alors que contrairement à Mme Merkel m. Macron croyait avoir gagne .des points.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire