Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/102

Nous Soutenir

Aidez l’IREF en faisant un don

Institut privé et indépendant avec un statut d’Association Sans But Lucratif.
Nos ressources proviennent uniquement des dons privés.

Concerné par notre action ?

- Vous pouvez soutenir nos campagnes par un don :

En ligne : Par chèque :



IREF Europe
35 avenue Mac-Mahon
75017 Paris

- Ou contribuer en nous contactant :

formulaire de contact

Réduction d’impôts

Le don en argent par une personne physique donne droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable. Désormais, eu égard à l’activité reconnue de notre think tank en matière de recherche, nous vous proposons également, si vous le souhaitez, de déduire votre don de votre IFI à concurrence de 75% de son montant. Demandez nous le reçu correspondant.

Les versements opérés par une entreprise (assujettie ou non à l’impôt sur les sociétés) donnent droit à une réduction d’impôt égale à 60 % de leur montant dans la limite de 5 p. mille du chiffre d’affaires hors taxes.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Algérie : la Russie est un acteur politique et gazier à ne pas négliger

Gilets rouges et impuissance de l’Etat obèse : les hontes françaises


Pas de liberté sans la diversité des nations

Algérie : mais qu’ont-ils fait de leur indépendance ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (81)

soutien total

le 27 novembre 2014, 15:12 par COLIN

100% d'accord avec votre initiative sur les programmes d'économie !
Il est encourageant de constater que les media commencent à être sensibles aux faits, et que le discours sur le rôle omnipotent de l'état commence à moins faire recette. De même face à l'échec des gouvernements, les français commencent à considérer l'entreprise comme étant le vrai lieu de création des richesses et des emplois réels. Il faut donc poursuivre inlassablement notre action.Je suis déjà donateur et je compte donc le rester.
cordialement

- Répondre -

simple mise au point

le 27 novembre 2014, 16:21 par D PROSPER

dans votre article remettant en cause l'école française qui ne préparerait pas les jeunes à la culture économique et du libre échange, et pire, que cette même école inciterait les jeunes à se méfier de l'entreprise, je voudrais vous informer, peut être vous rappeler, que dans l'école française, il y a dans l'enseignement Professionnel et Technologique des périodes de formation en entreprise obligatoires.
Ces périodes ont pour but de préparer les jeunes à rentrer dans le monde du travail, dans l'entreprise, donc dans le monde économique. Dans tous les diplômes professionnels, TOUS, ces périodes de formation en entreprises, obligatoires, sont certifications. C'est à dire que la formation réalisée en entreprise, les compétences mobilisées dans le monde du travail et de l'économie comptent pour la délivrance du diplôme.
Alors je vous serait très reconnaissant de bien vouloir le préciser et en permettant une sorte "de droit de réponse" à vos propos qui sont pour l'occasion injustes par rapport à tous les acteurs engagés dans ce processus de formation que ce soit dans les établissements publics ou privés.
Merci à vous d'en prendre note.

- Répondre -

Parfaitement en ligne

le 27 novembre 2014, 16:50 par Grégoire

J'adhère totalement d'autant plus que je suis jeune créateur d'une entreprise dont un des socles est de faire de la pédagogie financière auprès des particuliers. Sur la finance d'entreprise. Je ne souhaite pas en parler sur un mur de blog mais serais très heureux de pouvoir vous le présenter de manière privée.
A titre d'exemple, le "scandale des autoroutes" est en partie dû au fait que les particuliers confondent Résultat Net et Retour sur Investissement. C'est un peu technique, cela nécessite de l'apprentissage et je travaille dessus.

Excellente initiative ! Mais n'est pas perdu d'avance ? Les murs à franchir me paraissent bien hauts. J'ai une solution intéressante et d'ailleurs recherche encore des appuis... Merci :)

- Répondre -

tout à revoir

le 27 novembre 2014, 18:59 par patiniere

l'ecole de nos jours ne corespond à plus rien elle n'apprend plus les fondamenteaux les prof sont mal formés nos gouvernements depuis 1981 donne de mauvaise directives et le mamoute ne se remet pas en question ils pensent à leur auguementation au vacances à leur sécurités de l'emploie certain parents d'élèves sont mal éduqués leur enfants sont des enfants ROI se ne sont pas leurs enfants qui ne cmprenne pas se sont les prof qui n'esplique pas bien

- Répondre -

et si on se prenait en charge...

le 28 novembre 2014, 10:13 par GDEON

... demander à l'enseignement quand même un "peu de gauche" d'améliorer la connaissance des entreprises aux écoliers ou étudiants, c'est comme avoir donné à Dracula la gestion des centres de transfusion sanguine et de lui demander de devenir végétarien et favoriser les légumes bio...ça peut prendre longtemps.
Il est temps de se prendre en main et cesser de demander à d'autres (l'état) d'agir à notre place. Les entreprises ont besoin de former les jeunes ...et les moins jeunes et les sortir de leur illettrisme économique. Bien ! .. avec quelques actions de choc bien médiatisées, on irait plus vite...
Par exemple : un opuscule plaisant à lire et simple (ne pas oublier que les Français ne sont pas simplement illettrés en économie) expliquant ce que les livres scolaires ne disent pas...
ou une bande dessinée signée par une belle pointure...
ou une suite de petites videos organisées comme des pub
....
On arrive bien à vendre n'importe quelle stupidité avec un marketing offensif..
Je suis presque certain que le Medef ou/et les groupements de PME peuvent financer facilement, sans compter que le retour sur investissement se traduira par une amélioration de la paix sociale et d'une communication meilleure dans l'entreprise puisque enfin, les acteurs se comprendront.
Moi qui suis retraité, je serais même prêt à participer à une souscription pour réaliser ce type d'action, c'est dire !

- Répondre -

une suggestion simple

le 28 novembre 2014, 14:31 par Biclet

Ce n'est pas l'Education Nationale qui fait les manuels scolaires (pas encore ...) mais les éditeurs et les enseignants : que des auteurs volontaires de l'entreprise contactent des éditeurs pour faire partie d'équipes d'auteurs... Armelle Biclet, professeur de Lettres classiques, auteur chez Nathan d'un manuel d'orthographe, après m'être présentée chez l'éditeur (Scodel à l'époque).

- Répondre -

Manuels scolaires anticapitalistes

le 30 novembre 2014, 15:32 par Picsou75

Monsieur,
j'approuve totalement votre point de vue. Les programmes et manuels scolaires actuels sont devenus de véritables pamphlets anti capitalistes, anti entreprise... C'est très grave pour au moins deux raisons. Pour aboutir à cela, il a fallu des années d'infiltration, de manipulation, de pressions faites par les courants gauchistes. Cela montre ainsi l'imprégnation complète de l'éducation nationale. La deuxième est une conséquence : des milliers d'élèves sont ainsi manipulés, et remplissent alors les rangs de tous les français qui détestent l'activité économique.
Il y a 2 ou 3 ans, le magazine l'Etudiant a sorti un sondage sur les souhaits des jeunes européens : 70% des jeunes français revent de devenir fonctionnaires...!
J'ai consulté le livre d'économie (matière principale) de ma fille en terminale ES : les 4 grands thèmes pour l'année sont : l'économie sociale et solidaire, le développement durable, les inégalités et le chômage. Ce n'est pas avec ça que l'on va produire des cadres capables de réussir dans le monde actuel !

- Répondre -

Les riches sont la solution

le 9 décembre 2014, 08:36 par Dprosper

Puisque vous proposez de supprimer ce que vous appelez les états providences afin de lutter contre l'immigration, puisque vous proposez la solution par les riches et non par les pauvres, alors je vous suggère d'aller collecter des dons chez les riches pour votre association.
Certe, le débat démocratique autorise et c'est très bien, le débat contradictoire. Mais il m'autorise également à vous donner mon avis, qui n'est que mon avis, sur vos propos. Les pauvres ne sont que la conséquence des riches dans le monde.
Les richesses sont nécessaires et utiles que lorsqu'elles servent aux peuples et non à une poignée de privilégiés qui ne pensent qu'à en avoir plus même si cela "écrase" des peuples.
L'économie mondiale actuelle n'a aucune morale et provoque plus de dégâts que de bienfaits. Que dire des sans domiciles qui pourtant travaillent bien dans des entreprises mais ne peuvent se payer un toit pour rien que s'abriter ?
Où est la morale ?
Pourrait on demander aux plus riches de faire un don aux sans abris ?
N'y verrait on pas un signe de prise de conscience des leaders du CAC 40 et des rois de la finance ???
J'y verrais plus de sens démocratique qui, certainement, éviterait le vote extrême droite et la poussée de toutes formes de racisme.
A moins que ce vent pousse un jour un souffle de révolution des peuples...

- Répondre -

Bravo !

le 9 décembre 2014, 12:22 par POULLAIN

J'applaudis à deux mains votre action.
Quand on pense que la Direction de l'Etat est confiée à des hauts fonctionnaires formés à l'ENA (Ecole de Nullité pour les Anes) dont aucun n'a eu au cours de sa carrière de relations suivies avec ce qu'on appelle l'Entreprise !
Ces ronds de cuir, privilégiés de l'Etat, ne se préoccupent en gros égoîstes que de leur carrière.
Pour eux l'école, c'est pousser notre jeunesse à se lancer dans des études de plus en plus longues pour éviter qu'ils s'ajoutent à la liste déjà impressionnante des demandeurs d'emploi (expression édulcorée pour désigner des chômeurs)
Pour eux l'économie se résume en deux mots : IMPOTS et TAXES. On se croirait sous le règne de Ubu roi !
Pauvre France tu es tombée bien bas ! Et personne ne se profile à l'horizon pour tenter de la relever !

13 décembre 2018, 15:11 - moumouse

Bravo !
je partage tout à fait votre point de vu sur nos énarques.
Je pense qu'après leur passage dans cette institution que l'on nomme "ENA" il serait utile qu'il fasse un stage d'un an en usine ou petite entreprise pour rembourser une partie de leurs études.
Ils comprendraient mieux la vie et les fins de mois difficiles de la classe moyenne et ouvrière.
Abolir les privilèges et les niches fiscales dans un premier temps ne semblerait utile pour remotiver et redonner de l'espoir.
Alors nous pourrons redire la main sur le coeur "Liberté, égalité, fraternité".
Je n'ai pas voté Mr Macron,je ne regrette pas d'avoir voté blanc,seul regret,la non prise en compte des bulletins blancs.

- Répondre -

concerne vos publications générale

le 16 mars 2015, 07:21 par devillers,roland

Bonjour,
une simple question s'il vous plait, il se fait que depuis plusieurs mois je suis devenu lecteur assidu de vos publications,bien merci, ma question est pourquoi dans aucun de vos commentaires vous ne cité la Belgique dans vos statistiques ou autres ???
enfin existe t-il un équivalent de vos publications ici en Belgique ???
bien merci et mes compliments
signé, devillers

# Re : concerne vos publications générale

16 mars 2015, 11:15 - Nicolas Lecaussin

Bonjour,
nous faisons pratiquement régulièrement des comparaisons internationales dans nos articles, la Belgique comprise...
Bien cordialement,
Nicolas Lecaussin
Directeur

- Répondre -

Enfin !

le 15 novembre 2015, 05:45 par Henri Stref

Je viens de decouvrir votre association, par hasard, a travers un article de M. Jean-Yves Naudet, que vous voudrez bien remercier de ma part.

Eh bien , bravo ! Vous avez réussi a me redonner un peu d'oxygène et me confirmer que l'economie est une affaire trop... Humaine (et non pas sérieuse) ...pour etre confiée a des Enarques et des politiciens...

Mon support moral est bien la et avec tous mes souhaits. Je regrette seulement que je ne sois pas reconnu en économie pour porter mes convictions. Mais j'ai été et suis toujours un acteur de l'économie, et je considère que l'individu doit se ré approprier son economie, non pas l'état. Ancien ingenieur du gaz et du pétrole, je suis révolté par l'irresponsabilité et la lâcheté intellectuelle de nos dirigeants et élites politiques. Je vis en Australie actuellement... (Devinez pourquoi, ? ) et mon ancien métier m'a emmené a voyager partout . De la, j'ai acquis des convictions sur la définition de l'économie, de l'individu, de la notion de PIB, des aspirations humaines et de la domination infructueuse de nos dirigeants et de leurs vassaux financier. Je prévois d'écrire un ouvrage sur ma vision de l'activité humaine car je crois en :

> La liberte individuelle par l'éducation a vie et la libre conccurrence réelle.
> L'artisanat éclairé du 21° Siecle par les nouvelles technologies et une education individualisée et professionnalisée a vie.
> un Etat qui aurait pour constitution de "Tout faire pour diminuer l'état" mais pas le supprimer. Quitte a durcir les pénalités pour faire respecter la libre conccurrence et abolir les situations monopolistiques, abusives, et anti concurrentielles.
> De remettre l'individu éclairé du 21° siecle au coeur de l'économie, et non pas l'individu au service des economistes...prétendus !
> De supprimer la notion de PIB en la remplacant par le taux d'autosuffisance individuel le T.A.I. Ce qui veut dire qu'un individu, une organisation,une region, pays comptabiliseraient la richesse produite par la création d'autosuffisance matérielle mais aussi morale réelles. Et non plus par de la fausse richesse, telles que les spéculations mobilières et immobilières, le blanchiment d'argent sale, les richesses naturelles, la rente...Seules les organisations créatives et créatrices et "heureuses" auraient un taux De TA ou TAI élevé, et non plus des organisations rentières... Etc...

Il y aurait beaucoup a dire... En tout cas avec tous mes meilleurs voeux.

- Répondre -

Départ de France

le 17 décembre 2015, 14:45 par FOUCHE CLAUDE

Voilà quarante ans que je lutte contre cette administration (hauts fonctionnaires 15 000 et énarques 5 000, je crois) mais la prétention de ces gens nous a conduit à 2150 milliards de dettes publiques et 72 milliards de déficit prévu en 2016 ; 5,8 millions de fonctionnaires et 116 000 élus à statuts exorbitants... Ils son devenus riches par la générosité de la loi fiscale et ils ont tué l'esprit d'initiative avec des textes administratifs incohérents... La collectivisation de notre pays est trop avancée. Je m'arrête d'ici quelques semaines et je quitte la France fiscalement, mes enfants sont partis à l'étranger, je pars aussi. Nous nous sommes connus aux travers de la quête du libéralisme, mais c'est hors du temps, c'est vraiment dommage, je pars fin juin 2016.
Bon courage à vous et qui sait, peut-être, nous nous rencontrerons là bas, de guerre lasse !

- Répondre -

l'union fait la force

le 17 décembre 2015, 17:12 par BRABANT

J'ai participé financièrement à votre action et certainement davantage à Contribuables associés.
Dans la mesure où vos objectifs se ressemblent pourquoi ne pas fusionner. Il est difficile de soutenir tout le monde même si nous partageons beaucoup vos idées. Cordialement.

# Re : l'union fait la force

17 décembre 2015, 17:16 - Nicolas Lecaussin

Sur le fond vous avez raison mais il vaut mieux attaquer à plusieurs... De plus, Contribuables Associés est une association exclusivement axée sur les impôts tandis que notre Institut est plus généraliste.
Merci de nous soutenir,
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

Soutien moral....faute de mieux

le 17 décembre 2015, 17:28 par CLERGEOT

Bonjour,
Je comprends parfaitement que l'argent soit le nerf de la guerre contre "l'inaptocratie", pour reprendre une formule chère à Monsieur Jean d'ORMESSON.
Je cotise déjà à Contribuables Associés et Sauvegarde Retraites ! Bien sûr dans la mesure de mes moyens ! Et vous savez mieux que quiconque que, retraité (bien que considéré comme "nantis" par nos gouvernants) je ne peux plus négocier mes "émoluments" comme au temps où je travaillais. (60 heures / semaine et non pas 35 !)
Par contre, je ne manque pas une occasion de transmettre vos articles et réflexions à mon entourage. C'est ma façon à moi de participer.
Bien cordialement.

# Re : Soutien moral....faute de mieux

17 décembre 2015, 17:30 - Nicolas Lecaussin

Merci à vous !
Cordialement,
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

Droit au respect dans le respect du droit

le 17 décembre 2015, 17:44 par VIGNELLO Daniel

Je suis un petit retraité qui a cotisé 33 ans à la CRAM et 10 ans à la MSA ce qui ne cumule pas comme certains mais divise, en plus handicapé depuis ma retraite donc sans droit mais j'aide l'IREF et l'ALEPS avec mes petits moyens convaincu par l'excellent ouvrage de Nicolas LECAUSSIN, c'est l'état qui tue la France après les fabricants de chômage de son maître de plus en plus d'actualité

# Re : Droit au respect dans le respect du droit

18 décembre 2015, 18:40 - Nicolas Lecaussin

Merci, cher Monsieur de votre soutien ! C’est grâce à des gens comme vous que nous pouvons continuer le combat pour réformer la France !
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

L'IREF, le réconfort du bon sens

le 17 décembre 2015, 19:10 par Acidacetix

Bien que retraité, vivant "loin du monde et du bruit", j'apprécie les études de l'IREF car j'y trouve le réconfort du bon sens et l'espoir que nous finirons par sortir du bourbier politique dans lequel nous sommes de plus en plus profondément enfoncés depuis près de quarante ans. Tout a été dit sur la clique qui s'est partagé le pouvoir pendant toutes ces années. Un grand ménage reste à faire. La confiance ne peut s'accorder à des gens qui ne la méritent plus.

# Re : L'IREF, le réconfort du bon sens

18 décembre 2015, 18:38 - Nicolas Lecaussin

Merci de votre message qui nous fait plaisir et nous encourage dans notre travail !
Cordialement,
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

Continuez dans cette voie ! Heureusement que vous existez !

le 7 janvier 2016, 12:11 par I.MASSEGLIA

Je viens de faire mon premier don car j'adhère complètement à vos idées. De formation économique, je regrette que l'économie soit mal enseignée dans l'éducation nationale (déconnectée du monde de l'entreprise) et que la part qui lui est faite dans la société soit si mince. Je me souviens d'un magazine mensuel de vulgarisation de l'économie qui existait il y a très longtemps qui s'appelait "Sciences et Vie Economie". Il faudrait aider le grand public non initié à comprendre les rouages de l'économie par ce type de média. Ainsi certains auraient une autre approche des idées libérales et de leur avantage....
Continuez à proposer vos idées brillantes à nos gouvernements qui feraient bien de s'en inspirer davantage !! Merci pour votre travail !

# Re : Continuez dans cette voie ! Heureusement que vous existez !

7 janvier 2016, 12:16 - Nicolas Lecaussin

Merci de nous soutenir !
Nicolas Lecaussin
Directeur

- Répondre -

Regroupons-nous

le 2 décembre 2016, 21:36 par Jacques ROLLAND

Acquis totalement aux buts qui sont défendus et convaincu que le Libéralisme (et non la caricature qui en est faite par les media) doit être diffusé,j'adhère déjà à l'IREF, à l'IFRAP, à Contribuables Associés, je lis et soutiens l'IFP, Contrepoints et Causeur...
Il faut rassembler hommes et moyens et devenir une voix incontournable dans le débat public

- Répondre -

Redressons l'école avec des diplômes mérités.

le 12 décembre 2016, 14:10 par Libéralisateur

Le redressement de la France passe d'abord par la réforme de l'école primaire. Où il faut apprendre l'ordre, le respect et surtout le français.
Dire aux français que la vie, sans s'appliquer au travail, ne vaut pas la peine d'être vécue.
Et libéraliser la société, c'est d'abord de l'articuler autour du seul individu et proscrire tous les collectivismes qui ne sont pas librement consentis. La défense de la propriété privée, valide le concept de capital qui seul, pérennise les patrimoines et le transgénérationnel.
Continuez votre combat pour remettre l'église au milieu du village.

- Répondre -

Toute vérité est bonne à dire

le 12 décembre 2016, 15:27 par Libérâle

Avec quelques autres vous avez remis l'Economie à la place qu'elle mérite dans notre société ouverte. C'est un bonheur de trouver une parole libre et argumentée pour tracer un avenir plus lumineux à notre pays tout en combattant les idéologues de tout poil nullement intéressés par la recherche de l'intérêt général.

- Répondre -

bravo

le 12 décembre 2016, 21:26 par rené

fillon

- Répondre -

Votre mandicité

le 14 décembre 2016, 16:56 par A DAVY

Sinistre prétentieux de droite.
Vous pronez des idées croyant que vous detenez la vérité. Et en plus vous tendez la main pour obtenir une piéce. Mais si vous éte dans le besoin ne serait-ce pas du au systeme que vous glorifiez à corps et à cris.
Alors fermez vos gueules et allez gagner votre pognon selon les regles que vous répendez.

- Répondre -

Les politiques et leurs médiocres recettes de cuisines.....

le 22 décembre 2016, 09:20 par Patricio

« Il faut, bien entendu, supprimer le statut des fonctionnaires (hors fonctions strictement régaliennes) et arrêter le financement public des syndicats ».

Ce programme de la droite "libérale" pour ne pas dire "ultra libérale" porté par les candidats de la droite aux primaires, notamment celui de monsieur Fillion, n'en demeure pas moins discutable !!
En effet son nouveau programme propose de « défonctionnaliser » la France, « hors des fonctions régaliennes ». A fortiori nos politiques au cours du quinquennat de N.Sarkozy n'ont pas ménagés leurs efforts pour démanteler la Police et l'Armée (Impulsé sous J.Chirac) dans le seul but de réduire la dette publique. Quand est-il aujourd'hui ? Des attaques répétées et aveugles dans les plus grandes puissances économiques Européennes et plus particulièrement la France, par des « fous » endoctrinés et laissés pour compte au regard de l'héritage économique et social, les choix réalisés par les politiques de retour au pouvoir et leurs médiocres recettes de cuisines. « Responsable, mais pas coupable » ? J’ai beaucoup de mal à concevoir qu’ils osent demander aux français de leur confiance à nouveau !!
Aujourd'hui ces mêmes personnes font leur mea-culpa et proposent de redresser la barre sur le plan économique et sécuritaire en prônant de nouvelles réformes et des privatisations à outrance.
J'enseigne depuis 28 ans, durant ces années, j'ai enseignés dans trois établissements de type public général et technologique. Au cours de ma carrière, les réformes engagées pour l'éducation depuis une demie-décennie déjà, ont fortement contribué à réduire et cadenasser toutes formes de pédagogie, à réduire le nombre des enseignants, surcharger les classes, et de surcroit à affaiblir le modèle français de l'éducation.
F.Fillion propose aujourd'hui de favoriser la création d'établissements privés et de supprimer le statut des fonctionnaires de l'éducation.
Dans le cadre de projets Européens "Comenius" et "Erasmus" j'ai pu observer l’enseignement diffusé en Allemagne, Espagne, les Pays-Bas, Italie, Grande Bretagne, les collègues sont unanimes et envient notre modèle d’éducation. Si nos résultats aux examens sont estimés faibles, (La France est classée 12e sur 31 pays), ils ne sont que le résultat d‘un haut niveau d’exigences et de contenus. C’est aussi une des raisons pour lesquelles nos jeunes diplômés sont recrutés dans de nombreux pays étrangers et de nombreux étudiants du monde entier viennent en France se former ! L’IREF à classé les trois pays en tête…la Belgique, les pays bas et la Suisse. Il faut préciser que ces pays sus nommés, ont une économie principalement basée sur une économie de services et d’industrie tertiaire.
Monsieur F. Fillion et Nathalie Kociusko Maurizet, sont également de purs produits des grandes écoles et universités nationales.
http://www.gala.fr/stars_et_gotha/n ....
http://www.gala.fr/stars_et_gotha/f ...
Ils ont tous deux, occupés des postes de hauts fonctionnaires rémunérés par l’état. Aujourd’hui qu’en est-il ? Ils feraient certainement d’excellents enseignants dans une grande école privée !
L’IREF composé d’un CA de professeurs de facultés ou d’universités majoritairement Européennes et Françaises et un seul chef d’entreprise, dit indépendante de tout parti ou organisation politique et se refuse le financement public, pourtant cet appel à contribution soutient fortement le programme de F.Fillion ! C’est regrettable ou peut–être que cette demande de contribution se doit d’être moins « politisée ».
A bons lecteurs bonne journée.

- Répondre -

Au-dessus des noirs nuages, il y a un ciel bleu ....

le 22 décembre 2016, 09:42 par Philippe

Annecy le Je 22 01 2016

Bonjour,

Un mot pour vous dire que si je suis d’accord pour réformer la France, surtout au niveau du nombre d’élu et de leurs des privilèges, qu’il faille réforme le monde du travail, c’est vrai aussi, mais je trouve que vous vous positionné beaucoup trop du côté « patronat », par le biais de la suppression des 35h00 ou des acquis sociaux …. La France est un pays RICHE, elle a moyen de montrer au reste du monde que l’on peut créer de la richesse tout en enrichissant son peuple, d’ailleurs n’est pas le rôle d’un père de famille de faire en sorte que ces enfants soient heureux ? Je travaille dans une société privée, qui je dois l’admettre est plutôt visionnaire dans son métier, cette société part du principe que pour prendre des parts de marché, il faut des gens sur le terrain et non pas de faire courir dans tous les sens un personnel insuffisant pour attendre ces objectif, c’est gagnant, gagnant, on développe, les actionnaires y trouve leur compte, les personnels touche ces primes, sa participations etc. …
Les 35h00 ont créé un nombre incroyable de Business, je vis à Annecy (pour info je ne suis riche, mais pas dans le besoin) et maintenant ou plutôt depuis les 35h00, on a vu monté en puissance le nombre de touristes. Avant les touristes étaient là en été, maintenant c’est toute l’année, ça a fait connaitre encore plus notre région et du coup il y a aussi de plus en plus d’étranger (toute nationalité confondu)
Ce n’est pas en faisant comme les américains qui passent leur temps à aseptiser la planète (mais la nouveauté maintenant c’est qu’ils le font avec leur peuple) que la France avancera. En France, il y a encore c’est honneur tacite qu’on a pu voir lors d’évènement comme Charlie, où le peuple s’est réuni autour de cette idée de droit, de liberté, sans revendiquer quoi que ce soit, il fallait être là et pas ailleurs ; Et cet esprit on le retrouve beaucoup chez les travailleurs, ils veulent faire leur travail, ils se foutent des toutes ces histoires médiatiques qui poussent à faire penser aux gens que la France est un pays « pourri ». Les média poussent les gens à l’abrutissement et ça dure depuis vraiment longtemps. J’ai acheté il a longtemps, « le journal de ma naissance, LE MONDE » et lors d’une conversation avec mon oncle qui tenait ce discours que j’aime tant, tout va mal, on va tous mourir et bla bla bla, j’ai donc sorti mon journal (LE MONDE) et sans montrer le journal, je lui ai lu absolument tous les GROS TITRES du journal, mon oncle a confirmé qu’on parlait tous les deux des problèmes actuels du monde, sauf que le journal date de 1962, il s’est donc écoulé 54 ans et rien n’a changé, les problèmes sont les même. Je vous conseille cette expérience avec les plus assidu des revendicateur et de préférence devant un média.
Pour ma part pour éviter tous ces problèmes, j’ai tout simplement idéalisé un monde. A 12 ans (maintenant 54) j’ai compris que j’avais problème, si je voulais quelque chose, il fallait que je fasse ce qu’il faut pour me le procurer. Le temps a passé et … je ne suis pas divorcé, mes enfants n’ont pas passé leur jeunesse devant un écran, mais a gripper aux arbres, fait du ski, allé à la plage … même s’il avait chacun un ordinateur, ils ne sont pas devenu demeuré ou des geek. Etrangement ils ont le sens de la famille et du travail, ils ne sont pas riche non plus mais pas dans le besoin, ils voyagent à l’étranger, ils partent en vacances, ils ont aussi un ordinateur, téléphone portable, vélo …et pour finir il prévoit leur retraite, ils mettent de l’argent de côté pour l’achat de leur appartement et tout ça dans un pays où tout va mal, comme quoi quand on arrête de regarder dans la mauvaise direction on peut se rendre compte qu’il y a aussi de belle chose, parfois très simple.

Ma devise : » tout est possible à n’importe quel âge »

Bonne réception

Philippe

- Répondre -

L'avenir de la pensée économique est le nôtre

le 22 décembre 2016, 10:49 par Dominique Michaut

L’enveloppe à l’adresse de l’IREF que je n’ai plus qu’à glisser dans une boîte de La Poste contient un chèque. Bien que le montant de ce dernier ne soit vraiment pas faramineux, cette fois-ci j’attends en retour de Jean-Philippe Delsol ou Nicolas Lecaussin davantage qu’un merci et un reçu fiscal daté de 2016.
Les analyses et propositions estampillées libérales qui sont économiquement arbitraires surabondent. Le libéralisme en tant que philosophie sociale suffit moins que jamais à y voir assez clair en matière de politique économique. Beaucoup de nos concitoyens ne se sentiront tout à fait à l’aise en mentalité libérale qu’à la lumière d’une économie politique de base profondément renouvelée, problématique de la fiscalité et des dépenses publiques bien entendu incluse.
Quitte à ce la réponse soit que c’est actuellement prématuré, j’attends du président et du directeur de l’IREF qu’ils examinent la piste que signale cette préface du professeur Jacques Bichot (lecodemain.net/preface.html). Sont-ils enclins à croire que l’IREF contribuerait mieux au bien commun en intégrant à sa politique l’exploration au long cours de cette piste ?

- Répondre -

Encore un

le 18 mai 2017, 21:47 par Fred

Votre intention est louable, mais il y a déjà Contribuables associés, l'Ifrap, Sauvegardes retraites,....
Unissez vous pour être plus forts, et après je donnerai.
Trop petit, pas de poids, argent perdu.
Cordialement

- Répondre -

Ce sera difficile !

le 18 mai 2017, 22:00 par Laurent 46

Majoritairement des ENARQUES et pire encore tous de formation littéraire !les représentants de la soit disant société civile ne sont que l'équivalence de hauts fonctionnaires issus de structures para-publique.
Une petite exception quand même, l'extrémiste pur et dur pour les autre car lui, il se déplace avec de gros véhicules vous avez reconnu l'écolo de service Hullot.
A ce jour je ne connais pas une structure publique ou para-publique gérée par un Enarque qui ne soit pas en déficit chronique sauf leur portefeuille qui se remplit vite en rémunération et primes diverses.
La France est un pays qu'il faut éviter quand on est jeune et vite se sauver car après la main mise de l'ENA et des hauts fonctionnaires, le pouvoir va tomber entre les mains de musulmans qui déjà très nombreux et bien organisés vont trouver les vannes Macron bien ouvertes.

- Répondre -

La Société civile doit retrouver sa place

le 18 mai 2017, 22:41 par Philippe Lassalle

La Société civile doit retrouver sa place dans l'édifice institutionnel ainsi que ses libertés. Les libertés d'entreprendre, de transmettre, d'éduquer librement les enfants mis au monde, de décider par elle-même des sujets qui la concernent directement (principe de subsidiarité), ect...
Nous ne nous laisserons pas faire par les idéologues.

- Répondre -

En accord complet avec vos propositions

le 19 mai 2017, 03:33 par Joel Bourguignon

La France est victime de l'ultrasocialisme et non du libéralisme. Félicitations pour votre action. Je viens de vous envoyer un don.

- Répondre -

etat de droit ou république et

le 21 mai 2017, 20:01 par alain le bihan

le titre de mon livre et le sous titre : le hollandisme phase finale du socialisme.
éditions l'Harmattan

- Répondre -

remarque

le 14 septembre 2017, 14:44 par couppey

une petite remarque vous prétendez être apolitique. Alors que vous êtes rèac et carrément de droite , je ne vois jamais de social dans vos articles ?
salutations

- Répondre -

sanctions

le 6 décembre 2017, 18:36 par Dupond

D'accord mais les élus ne servent pas à grand chose , pour la grande majorité étant issus de la fonction publique
Ce sont les hauts fonctionnaires ( bercy) qui gouvernent.Vous ne pourrez rien obtenir sans les neutraliser et les sanctionner.
Les dérives bureaucratiques assassinent la classe moyenne. Avec les délires écolos et l'économie collaborative tous azimut l'appauvrissement général est assuré
Je pense que la solution ne peut venir que des entrepreneurs ( pme , eti,) qui auront le courage de crier haut et fort avec leurs salariés les méfaits occasionnés par la bureaucratie issue d'une autre époque.
Bon courage à votre équipe

- Répondre -

Votre article sur la politique du Président

le 6 décembre 2017, 19:47 par Fairand P

Je suis entièrement d'accord avec votre analyse, il s'agit de réformettes sûrement insuffisantes pour l'avenir !
Il fallait il y a 6 mois soutenir le candidat Fillon qui lui avait un programme de rupture dans tous les domaines...l'avez vous fait ? moi j'ai voté pour lui...

- Répondre -

La situation

le 6 décembre 2017, 19:52 par MARC

Mesdames, Messieurs bonjour,
La conjoncture, et je m’excuse d’énumérer une suite de calamités hélas non exhaustive, du monde actuel qui est bien plus qu’un ressenti. Car, et vous devez vous-même le savoir, l’information sur l’état de notre société, ainsi que celle de notre planète, nous est fourni davantage par d’autres moyens que les médiats télévisés.
Par exemples : je reçois plus de 240 courriers d’organismes caritatifs, beaucoup sont Chrétiens (pauvreté, écoles, aides de reconstruction), d’autres pour la recherche médicale, l’éducation, les orphelinats, etc., et bien sûr politiques. Ici la difficulté est de savoir si tous sont honnêtes ou, si certains de ceux-ci ne profitent pas de situations dramatiques à des fins personnelles ? Autres moyens d’informations : la messagerie, d’anciens collègues, d’amis et de la famille.

1) IFP : parle des attentats, du laxisme des gouvernements, de la lâcheté des médias et déclare : qu’il s’agit d’une guerre. Beaucoup pensent que nous y sommes déjà. Pour ceux qui étudièrent l’histoire avec détermination, voir de façon cognitive, l’avènement d’un Adolf HITLER n’était pas le fruit du hasard, mais à toutes les orientations politico-financières faites dans les années précédentes. Nous savons que nous irritons tous de nos ancêtres, aussi bien dans notre aspect physique que dans le mental. Et bien il en est de même des peuples sur toute la planète. Alors je pose la question : comment des responsables de pays, qui sont hélas pour beaucoup d’entre eux, des synthétisés de lois que des précurseurs rédigèrent, et que-mêmes formulent d’autres lois, peuvent-ils imaginer qu’une simple carte d’identité et une constitution transforme des millions de personnes ? Nous en voyons, depuis plusieurs années, un résultat criminel. Mais il est vrai que l’éthologie ne fut pas dans leur programme scolaire. Pourtant il fut dit : " La guerre est toujours un aveu d'échec, avec toujours des conséquences désastreuses, qui peut allumer de nouveaux brasiers et renforcer le camp de la haine et de l'obscurantisme" Jacques CHIRAC.
De plus les « illuminati » ont dressé un monument incroyable : les 10 commandements du nouvel ordre mondial… ⚠️ <html>https://www.youtube.com/watch?v=w_h2dLLLIww</html>, qui désapprouva ?
2) A quoi servent les 577 députés à l’assemblée, les 348 sénateurs et les 668 commissions ministérielles ; puisque les règles internationales et européennes s’imposent à l’état français. La commissaire Européenne vice présidente Viviane REDING « Il n'y a plus de politiques intérieures nationales » le monisme est maître. ⚠️ <html>https://www.youtube.com/watch?v=yBRCZPypyyM</html>. « Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tous les faits devenus gênants puis, lorsque c'est nécessaire, les tirer de l'oubli pour seulement le laps de temps utile, nier l'existence d'une réalité objective alors qu'on tient compte de la réalité qu'on nie, tout cela est d'une indispensable nécessité ». George Orwell
3) Nous voyons actuellement en Europe des pays, ou une partie de pays, résister, souhaitant s’opposer et même sortir, de l’arnaque idéologique ; mais cette intention n’est pas acceptable par le mondialisme ! “L'indépendance est un droit que l'on acquiert difficilement.” Louis MORSSET
4) PMA pour toutes, dernière frontière avant le transhumanisme et l’ONU, impose à tous les États la légalisation de l’avortement et de l’euthanasie ! « La science et la technique ont pris le pas sur la nature, sur le pouvoir, sur la poésie, sur la philosophie et sur la religion » Jean d'ORMESSON
5) Que sont les devoirs d’un adulte vis-à-vis d’un enfant ? Aujourd’hui le régime réfléchit sur un âge relativement bas pour accepter des relations sexuelles enfants/adultes. Même l’éducation nationale, qui n’est plus un corps enseignant, doit se plier aux dogmes étatiques. Pourtant il est rapporté qu’un enfant n'est jamais consentant à une relation sexuelle !  "Plus la République est corrompue, plus les lois sont nombreuses" Florian DARRAS
6) Peut-on encore mettre un terme aux souffrances animales ? La réponse est non puisque l’on réintroduit des comportements que l’on pouvait considérer comme primitifs. « L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme, tant qu’il continuera à apprendre sur l’animal son métier de bourreau » Marguerite YOURCENAR et « tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s’entretueront car celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut récolter la joie et l’amour » PYTHAGORE.
7) Et devant les jeunes magistrats, la philosophie lors de jugements par Oswald BAUDOT : « Soyez partiaux, disait-il. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d'un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d'un côté. Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l'enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, etc.…etc. ! Avons-nous entendu un politique s’offusquer d’une telle absence de justice aboutissant à des conclusions inadmissibles. A vouloir faire marcher toute une population au « pas de lois », ils sont arrivés à promouvoir la délinquance et la criminalité. « Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice ». MONTESQIEU.
8) Et il y a encore bien d’autres dysfonctionnements graves dans notre monde : le nombre de suicides atteindrait 12000 personnes dans notre pays, et les violences, les viols, les pillages, les meurtres sont le résultat des politiques imposées. Les droits de l’homme, cette nouvelle religion et ses lois, nous mène-t-elle à notre perte ? Ne serait-elle qu’une imposture pour tout excuser. Ces personnages, recherchant le pouvoir, ne sont qu’opportunistes, capables des pires trahisons, pourvu qu'elles servent leurs carrières, ils n’ont pas évolué depuis des millénaires. Avec la postmodernité, l’individualisme se mue en égocentrisme narcissique… “L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves.” Albert EINSTEIN
9) Ce qui est le plus impardonnable est que l'argent de nos impôts serve à rétribuer une commission de fonctionnaires dont l'inutilité est encore inférieure à leur bêtise ! D’ailleurs je connais beaucoup de personnes qui s’étonnent, et moi-même, de l’aveuglement de ces nouveaux pharisiens qui manipulent les textes qui leur sont délégués, en s’abstenant d’un regard sur d’autres, pour éviter de s’embarrasser des contradictions et des conséquences que cela entraîne. « Il est toujours difficile de dire ce que l’on voit, surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. » Charles PEGUY

Voilà où nous en sommes dans cette idéologie républicaine avec sa dose de capitalisme, une autre de communiste et une troisième de nazisme. Ce régime est une des plus grandes impostures de l’histoire des hommes.

Récemment le Maire de ma commune, m’a proposé de rentrer dans le conseil municipal, pour la deuxième fois j’ai refusé. La raison en est que ma démission aurait toutes les chances d’être rapide. Il m’arrive quelques fois de me rendre en séances publiques pour m’informer ; mais que reste-t-il des décisions communales ? Le département demande de rentrer en possession de terrains autour du collège. Alors le Maire informe que : si la décision était négative, le préfet l’appellerait pour lui recommander de revoir leur position… “Peu d'être sont capables d'exprimer posément une opinion différente des préjugés de leur milieu. La plupart des êtres sont mêmes incapables d'arriver à formuler de telles opinions.” Albert EINSTEIN
Actuellement, plusieurs responsables de partis cherchent à former un nouveau groupe, c’est bien mais si ce n’est que pour évincer et prendre un titre, cela ne changera rien à l’obscure situation.
Je vais être très large, il y a dans tous les partis de : « La France insoumise au Front National » de quoi trouver au moins une bonne chose. Le problème est, qu’il reste qu’un appât et, ensuite, nous constatons que tout le négatif précédent reste et l’on rajoute une couche. Moi je rêve d’un groupe oui mais HUMAIN ; non bestial.
“Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert EINSTEIN

Il existe un livre d’une intelligence remarquable d’environ 3500 ans : la bible. Tous les avertissements s’y trouvent à commencer par cet arbre de la connaissance du bien et du mal. Mais les hommes de tout temps, n’ont jamais soit compris, soit accepté sa clairvoyance. Aujourd’hui ils rebâtissent la tour de Babel, veulent posséder et jouir de tout, sans limite. Qu’en sera-t-il demain « La possession du pouvoir corrompt le libre jugement de la raison ». Emmanuel KANT

Je me permets de vous rapporter une histoire familiale : mes deux Grands-pères ne sont pas rentrés de 14/18, mes Parents n’ont donc pas connu leurs Pères. Pendant 39/45, mon Père fut condamné par contumace car il avait rejoint celui qui ne fallait pas en Grande-Bretagne. Il rentra avec les armées alliées, fut blessé et moi je suis né en 1946 ; donc je suis l’enfant du retour… Comprenez que j’ai énormément de difficultés à accepter la situation dans laquelle le monde s’oriente.
“L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir.” Bernard WERBER

Voilà Mesdames et Messieurs, j’espère n’avoir pas trop exagéré ni trop bousculé votre confiance dans vos actions.

Vous pouvez présenter cette lettre à qui vous désirez et je vous souhaite, Mesdames et Messieurs, beaucoup de courage, de résistance, d’énergie dans votre engagement et vous prie d'agréer mes sincères salutations,

- Répondre -

Programme Fillon

le 6 décembre 2017, 20:28 par Lacoste Philippe

Avez vous soutenu F.Fillon lors de la dernière élection présidentielle ?
Quel parti pourrai porter un tel programme
Je vais vous soutenir financièrement mais j'envisage de quitter ma France que tous les presidents successifs détruisent les uns après les autres
Cordialememt
Ph.Lacoste

- Répondre -

Objectif France

le 6 décembre 2017, 21:05 par Deback Jean Luc

compte tenu de l'énorme convergence de vos analyses et de vos propositions, je me pose la question de votre relation à Objectif France.
Est ce un sujet chez vous ?
Merci et bien cordialement

# Re : Objectif France

7 décembre 2017, 11:36 - Nicolas Lecaussin

Bonjour,
Objectif France est une association politique ce qui n’est pas notre cas. On fait des propositions de réforme et Objectif France pourrait s’en inspirer.
Cordialement,
Nicolas Lecaussin

- Répondre -

reforme de la justice

le 9 décembre 2017, 18:37 par Guy CHAPLAIN

De même que pour les militaires les magistrats ne devraient pas être ni politisés ni syndiqués
Est'il démocratique qu'une institution garante de la morale républicaine puisse entretenir un MUR DES CONS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS
Qu'a fait le CSM ? ? ? ?
— 23 eme /170 niveau de corruption pour Transparency Internationale
Elle n'est pas belle la France

- Répondre -

Don-Impôts

le 20 décembre 2017, 17:19 par cassier

Don effectué récemment par voie postale.

Monsieur Jonnhy Hallyday n'avait il pas voté avec ses pieds !
Meilleures salutations

- Répondre -

SADO ou MASO

le 20 décembre 2017, 17:34 par Carole

MACRON taxe la classe moyenne, nivelle par le bas, appauvrit l'économie, fait croire à d'autres qu'il les soutien.
C'est vrai qu'il a beaucoup compatit à la mort de Jhonny, ça à fait plaisir à certains.Il remonte dans les sondages, mais il baisse mon opinion.

- Répondre -

Priorité à la baisse des dépenses publiques

le 20 décembre 2017, 17:35 par Michel Brimbal

Bonjour,
Les mesures fiscales que vous évoquez rappelle exactement celles du gouvernement précédent : on prend à Pierre ce qu'on donne à Paul, on modifie un peu tous azimuts ce qui fait que tout le monde se donne à fond sur ses calculettes et trouve que finalement les choses ne changent pas vraiment.
La mesure la plus importante comme toujours est une demi-mesure : suppression de l'ISF mais remplacement par l'IFI qui, comme on pouvait le craindre, ne taxe pas exactement les biens immobiliers comme l'ISF. Pourquoi faire simple ?
En complément de cette suppression, il serait tout à fait judicieux de mettre en place des mesures qui incitent les entrepreneurs ayant réussi et qui ont quitté la France, à revenir : ils ont des ressources et un savoir faire précieux qui permettraient surement aux jeunes entreprises de se développer plus vite et plus fort. De même, il faudrait prendre des mesures claires et tranchées pour favoriser l'investissement dans le capital des entreprises et pas seulement dans l'assurance-vie et autres obligations d'Etat. Le nombre d'actionnaires en France est misérable et source de nombreuses difficultés dont la prise de contrôle de nos entreprises par des groupes ou des investisseurs étrangers.

La seule mesure qui serait vraiment structurante et ferait réellement redémarrer l'économie n'est pas entamée : la baisse des dépenses publiques. Cette mesure si elle était vraiment lancée, entrainerait toutes les autres : concentration de l'action étatique sur les fonctions régaliennes, baisse du nombre des fonctionnaires (n'est-il pas prouvé que créer un emploi public conduit à supprimer plus de 1,5 emploi privé + la valeur ajoutée qu'il produit, l'emploi public consommant le produit des impôts et ne produisant aucune valeur ajoutée) modification de leur contrat et retraite, suppression de tous ces programmes de financement de l'innovation y compris le CIR et remplacement par des réductions de charge (ces programmes ont un impact très limité car leur mise en oeuvre est trop lente dans le monde actuel et génère une bureaucratie couteuse), suppression des interventions de l'Etat dans le monde des entreprises, y compris vente des participations, suppression de la BPI, suppression des départements et simplification réelle du millefeuille territorial, développement réel du financement de l'enseignement supérieur et de le recherche par d'autres que l'Etat etc, etc...

D'autres pays l'ont fait en peu d'années ...

- Répondre -

Jamais de rencontres ?

le 27 novembre 2018, 07:20 par Ahmed Azouz

Bonjour
Ma question (commentaire) est dans l titre. Les thématiques développées dans votre lettre que je lié assidûment mériteraient d’être développées aux cours de rencontres avec vos adhérents. Je comprends que cela puisse engager frais et logistique mais l’envisagez vous ?

# Re : Jamais de rencontres ?

27 novembre 2018, 08:00 - Nicolas Lecaussin

Bonjour, oui, on le fait assez régulièrement. Nous sommes invités pour faire des conférences. Merci de nous lire et de nous soutenir
Nicolas Lecaussin

- Répondre -

Dépenses publiques... chirurgie lourde.

le 2 décembre 2018, 19:51 par CHAPELLE Jean-Luc

Bien sûr il est grand temps de s'attaquer sérieusement à la réduction des dépenses publiques... mais se rappeler que le propre de la chirurgie est que cela va d'abord plus mal avant d'aller mieux !!!...
Choisissons le bon chirurgien, revenons au septennat et soyons courageux.

- Répondre -

Leurre prévisible ...

le 2 décembre 2018, 20:04 par laurent46

OUI c'était prévisible pour cela il n'était pas nécessaire de lire les articles de L'IREF, bien que cela pouvait aider mais simplement de réfléchir un peu et d'analyser les actes de Macron alors qu'il était Ministre et même un peu avant, depuis qu'il était dans la politique. Cela étant Macron à été aidé par tosu ses potes de l'ENA et ce quel qu'en soit leur étiquette pour ne citer que l'un d'entre eux qui s'appelle JUPE. Macron n'est rien d'autre qu'un coup d'état de l'ENA. Macron à pollué les dernières élections Présidentielles et à truqué le jeu. C'est du vol, mais ce monsieur et sa misérable bande de l'ENA ne sont pas à un quelques truanderies près.

- Répondre -

tracter ces infos aux GG

le 2 décembre 2018, 20:57 par Parmantier

Si les Gilets jaunes repartent pour un tour, il faudrait leur donner un tract avec les chiffres que vous donner dans votre lettre du 2/12. beaucoup ignorent cela.
Merci.

- Répondre -

Oubli ?

le 2 décembre 2018, 21:03 par Gariazzo michel

D’accord avec votre article mais l’honnêteté aurait du vous conduire à parler aussi de la mise en place de la flat tax et de la suppression partielle de l’ISF dont beaucoup d’entre vous avez bénéficié. Sans parler de mesures attendues depuis longtemps dans le domaine de l'éducation, du droit du travail ou de la justice.
Je vous suggère aussi d’imaginer quel sort vous réserverait « un gilet jaune »qui semble avoir votre sympathie, si il arrivait au pouvoir. Je crains un « matraquage en règle des riches » comme ils disent.
Enfin, parmi les piètres prétendants actuels à la fonction présidentielle, vous soutenez qui :
Le Pen ? Wauquiez ? Dupont- Aignan ? Je n’en vois pas d’autres...
Bon courage !

- Répondre -

Il est trop tard...

le 2 décembre 2018, 21:21 par Virginie Marquilly

Bonsoir, je viens de recevoir votre appel par mail... Je suis d'accord avec tout ce que vous proposez, et ce, depuis des années que je vous suis... Mais là il est trop tard pour tenter de réformer quoique ce soit dans ce système qui de toutes façons n'a jamais eu pour vocation de donner le pouvoir au peuple... Je pense que le temps d'une vraie démocratie doit arriver. Et avec elle une Assemblée constituante citoyenne. Avec un tirage au sort des citoyens... Mais je pense néanmoins qu'une association comme l'IREF peut avoir sa place en tant que conseil... J'aimerais bien que vous proposiez quelque chose dans ce sens.
Bien à vous.

- Répondre -

DON EN LIGNE QUAND JE LIT PAYPAL JE VOIS ROUGE !

le 2 décembre 2018, 22:02 par JAUNAY GUY

JE NE SUPPORTE PAS PAYPAL QUI ENRICHI SON FICHIER PAR LE BIAIS DES MOUVEMENTS CARITATIFS.
COMMENT VOUS FAIRE UN DON SANS PASSER PAR CES ARNAQUEURS ?
CORDIALEMENT
GUY JAUNAY

# Re : DON EN LIGNE QUAND JE LIT PAYPAL JE VOIS ROUGE !

2 décembre 2018, 22:04 - Nicolas Lecaussin

Vous pouvez nous envoyer un chèque à l’ordre de l’IREF. Merci de nous soutenir !
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

L'énorme gabegie des subventions aux énergies intermittentes

le 2 décembre 2018, 22:05 par Maggy

Merci pour votre article de ce jour.Il faut dénoncer le scandale des dépenses folles, des avantages injustifiés d'une caste qui ne comprend plus la France qui est à la peine.. J'ajouterai juste que parmi ces excès il ne faut pas oublier l'énorme gabegie des subventions aux énergies intermittentes, dénoncée et argumentée par la Cour des comptes en mars 2018 : un engagement de l'état français à hauteur de 121 milliards pour des résultats lamentables : peu de création d'emplois puisqu'aucune filière, des prix de l'électricité qui explosent, la précarité énergétique aussi, le CO2 qui augmente depuis 2015 alors que la politique énergétique devait en garantir la baisse, des coûts induits non pris en compte, une balance commerciale déficitaire (moyenne sur 8 ans : environ 1 milliard/ an)... Et on nous annonce que le coût annuel de la transition énergétique passera de 5 milliards à 8 milliards l'an prochain. L'augmentation des taxes sur les carburants contribuant à financer cette transition. Les préconisations de la Cour des comptes de réattribuer les aides vers des secteurs plus porteurs pour l'économie, mais aussi pour l'objectif écologique ne semblent pas avoir été entendues si l'on se réfère aux annonces récentes pour la PPE. Cela peut-il raisonnablement perdurer ?...

- Répondre -

Arrêter l’usine à gaz

le 2 décembre 2018, 23:24 par Piloucel

Il est temps de rompre avec le système complexe de l’usine à gaz qui permet à nos gentils énarques de mettre le pays en coupe réglée. Arrétons simplement de taxer le travail ,rétablissons une justice sociale et une récompense au mérite et non pas à la magouille.
Formons réellement notre jeunesse et armons la face à la vie au lieu de soigner les statistiques.

- Répondre -

Economie

le 3 décembre 2018, 06:08 par perin

1) réduire le personnel de l'Elysée, du Sénat, de L'assemblée nationale.
2) Réduire le nombre d"élues depuis le Sénat en passant par l'assemblée Nationale et tout le mille-feuille des assemblées régionale
3) réduire les salaire scandaleux des fonctionnaires travaillant au Sénat, à l'Assemblée Nationale.
4) Un référendum sur la destitution du Président.
5) Revoir les prélèvements bancaire qui sont scandaleux.
6) Stopper l'immigration et renvoyer dans les pays africains tous ces supposés jeunes migrants.
Bon courage pour sauvée cette France, notre France.
Cordialement
Michel Perin

- Répondre -

DON

le 3 décembre 2018, 11:43 par Obéguyx

Je ne peux pas vous faire un don car je suis interdit bancaire suite à une malversation bancaire. Je pense voir ma situation rétablie dans les prochains mois et n'hésiterai pas à vous faire un don si minime soit-il.
Merci encore pour tous vos articles bien documentés.
La France est un super pays qui est super mal géré.
Les maîtres mots à mettre en place sont : RIGUEUR & RESPECT et je suis persuadé que tout peut rentrer dans l'ordre en quelques mois sans pondre d'incessantes lois et ponctions diverses. Encore merci pour vos publications. Très cordialement. Obéguyx

- Répondre -

L’union fait la force...

le 3 décembre 2018, 11:58 par AUBERGET

Et hop ! Une officine de plus ! Après l’IFRAP de A Verdier, le rassemblement des contribuables de N. Miguet, Contribuables Associés de Dumait et je ne suis pas exhaustif ! A quand une table autour de laquelle tout le monde de réunirait pour fixer un programme commun après avoir lissé les égos ? Je cotise déjà beaucoup et depuis longtemps sans voir JAMAIS baisser les prélèvements dits obligatoires !

- Répondre -

C'est la dernière chance .....

le 3 décembre 2018, 14:30 par MORAN

Messieurs, félicitations pour votre perspicacité. Après avoir apprécié votre lettre du Dimanche 2 décembre 2018, le Ministre de l'économie et des finances, Monsieur Bruno Le Maire a très certainement pris connaissance de vos précieux conseils.

- Répondre -

Retraités

le 4 décembre 2018, 07:20 par jacquit31

bonjour,
ma femme et moi nous sommes à la retraite. Nous touchons à nous deux 1.500 euros par mois, alors qu'une majorité de retraités touchent cette sommes pour une personne.
Je vous demande si vous trouvé ceci normal ?
Le gouvernement que compte-t'il faire pour les petites retraites ?
Pouvez-vous me renseigner car à mon âge il est difficile d'assimiler certaines lois.
Je vous remercie à l'avance d'une réponse de votre part.
Cordialement.
Jacquit31

- Répondre -

Le nouveau "tiers-Etat"

le 4 décembre 2018, 17:41 par Dominique Pérignon

Ceux qui manifestent, ce ne sont pas les pauvres. Ce ne sont pas les riches.
Ce sont essentiellement, parmi les 40 % de Français qui paient l'impôt sur le revenu, ceux qui, justement, ne sont ni riches ni pauvres, car :

> s'ils sont riches, ils se fichent du prix du litre d'essence et du panier de la ménagère ;
> s'ils sont pauvres, ils ont droit à d'innombrables exonérations, subventions, qui ne les font pas sortir de leur état, mais les rendent dépendants de l'Etat-Providence ;

> mais s'ils gagnent en travaillant - parfois durement - un peu plus que les minima sociaux, alors ils perdent tout :
• les enfants paient les repas à la cantine
• ils n'ont pas droit aux HLM
• ils paient plein tarif les transports en commun et le kwh électrique
• ils n'ont pas droit aux aides ménagères ou alimentaires, et autres avantages sociaux
• et surtout : ils entrent dans la catégorie des "imposables", sur qui va peser tout le poids de la fiscalité.

Car ces fameux 40% (moins les 7% de riches = 33%), cela veut dire qu'un tiers des Français assume toute la charge du budget de l'Etat et des innombrables taxes créées pour boucher les trous.
Taillable et corvéable à merci, le tiers-état (c'est le cas de le dire !) se révolte et le dit avec colère.

Ajoutons à cela :
• un discrédit croissant de la classe politique (et des media)
• le mépris arrogant des ENArques envers les corps intermédiaires et "les territoires"
• la chape de plomb du "politiquement correct" qui interdit de nommer les choses (exemples : immigration, communautarisme, islam)
• la forte dégradation de l'image personnelle du Président, liée aussi bien à l'affaire Benalla qu'à certaines photos équivoques
• enfin un gros risque de démotivation des petits-sans-grade de la police, et autres services publics
et vous avez tous les ingrédients pour faire sauter le couvercle de la marmite.

Ce n'est donc plus en bloquant pour six mois les hausses de carburant, ni en redistribuant des aides "aux plus démunis", qu'on règlera le problème.
C'est en changeant radicalement le mode de fonctionnement du "système". Mais ce n'est pas pour demain ! Personne n'y est vraiment prêt.
Alors, après quelques soubresauts et gesticulations, la fièvre va retomber.
Mais le malade ne sera pas guéri... Son état empirera...
Jusqu'au remède de cheval ; ou à l'euthanasie ; ou au suicide.
On verra bien !

- Répondre -

Retweeter votre article

le 7 décembre 2018, 11:43 par ADAM

Je voudrais retweeter votre article sur les chiffres. Comment faire ?

# Re : Retweeter votre article

7 décembre 2018, 11:46 - Nicolas Lecaussin

Tous les chiffres sont sur notre site. il suffit de cliquer sur la petite icône tweet

- Répondre -

REFORME DES RETRAITES

le 7 décembre 2018, 13:36 par BOCQUILLET

Vous êtes aussi nuls que les politiciens, incapable de répondre à une proposition que j'ai faites.. Alors au lieu de critiquer.. proposez comme je le fais et lisez mes propositions , assurez en le relais , prenez contact avec moi si vous n'avez pas compris ! N'ayez pas honte !

7 décembre 2018, 13:52 - BOCQUILLET

Ah bon ?? Vous ne les avez pas lu alors ! Dites moi quelles sont les équivalences ?

7 décembre 2018, 13:55 - BOCQUILLET

Je viens de relire, vous critiquez beaucoup vous êtes partisans d une retraite par capitalisation, ce que les Français ne veulent pas.. Ce que je propose n' a rien a voir avec une retraite par capitalisation celà reste une retraite par répartition , ce qui ne va pas c'est le mode de cotisations , cotisez sur les salaires est aujourd'hui une absurdité

- Répondre -

etes vous un parti politique ? de droite ? ?

le 7 décembre 2018, 20:06 par odin daniel

je suis interesse j etais gauliste de droite et notre parti a explose et oui on se cherche et je suis retraite petite retraite et pas supporte les taxes a macron du tout et ferai tout pour qu il tombe et je veux un parti juste avec des dirigeants francais non issus de l immigration ni gens comme taubira

- Répondre -

reduire les dépenses publiques

le 8 décembre 2018, 23:57 par Dufournet jean-Paul

la colère des gilets jaunes nous fait réfléchir aux solutions pour redonner un peu de pouvoir d'achat aux dix millions de "pauvres" en France, même si parmi ceux-ci la forte redistribution du système français montrerait qu'ils sont moins pauvres qu'ils ne le prétendent.
Force est de constater que les marges de manoeuvre sont plus que limitées :
taxer les "riches" ils sont déjà surtaxés
taxer les "super riches" ils sont trop peu
taxer les entreprises elles ont étouffées et ce n'est pas le cice qui permet un retour aux équilibres fondamentaux nécessaires a la compétitivité des celles_ci
Alors, il devient plus que jamais évident que le budget de l'Etat qui absorbe 54% de la richesse est française et qui écrase les acteurs de l'économie doit impérativement remettre en cause son fonctionnement et ses missions.
c'est la seule issue pour sortir de cette crise.
Le fera-t-il ? on peut en douter mais cependant il y a des postes de dépenses à revoir sans remettre en cause le salaire des fonctionnaires
a titre d'exemple :
le allocations substitutifs de pensions de retraite pour les résidents étrangers de plus de 62 ans n'ayant jamais travaillé en France
l'absence total de limites et de contrôle des dépenses de santé prises en charge par la CMU 1, la CMU2 et l'AMS ? quelques milliards...
Les pensions versées sans contrôle à des étrangers de plus de 90 ans et même de plus de 100 ans ayant travaillé en France.
Tous les pays organisés exigent tous les ans des "certificats de vie" et nous ?
Enfin la contribution de l'Etat sous différentes formes assurant les pensions des retraités de la fonction publique qui avoisinent désormais les Soixante dix milliards par an !
Ce chiffre extravagant que j'ai déjà eu l'occasion de rappeler dans des précédents messages a été contesté par certains de vos lecteurs qui ont parlé de 50 milliards.
Je suis prêt à venir vous apporter les différents supports que je possède qui se recoupent en réalité sur cette estimation.
Je pense également aux différentes contributions totalement excessives de l'Etat ou des territoires en faveur des syndicats et de bien des associations qui sont souvent des financements déguisées et nous arrivons assez vite à trouver 100 milliards d'économie sans toucher ni à la réorganisation de l'Etat "le mille feuilles notamment" ni la révision des missions de ce dernier.
Oui, c'est la seule voie possible de redonner à notre économie sociale un redémarrage.
Si notre président ne fait rien dans ce sens, il laissera la France dans un état pire que celui que lui a laissé son prédécesseur

- Répondre -

Ma participation à vos activités.

le 9 décembre 2018, 22:07 par François Romano

J'apprécie la plupart de vos articles:merci

# Re : Ma participation à vos activités.

10 décembre 2018, 14:20 - Nicolas Lecaussin

Merci à vous !
Nicolas Lecaussin

- Répondre -

incompréhension !!

le 13 décembre 2018, 11:22 par Thierry BAVAY

Bonjour,
Je cherche à vous verser une obole. Comme l'an dernier je ne le peux pas sans ouvrir un compte Paypal. Or je ne veux pas ouvrir de compte chez Paypal. Dommage que vous n'acceptiez pas les simple règlement CB !!
Très cordialement.

# Re : incompréhension !!

13 décembre 2018, 11:25 - Nicolas Lecaussin

Bonjour, on est en train de voir avec la banque. Vous pouvez nous envoyer un chèque.
Cordialement,

- Répondre -

Gilets jaunes et endettement

le 13 décembre 2018, 12:35 par CHAPELLE Jean-Luc

C'est au moins une raison d'envisager positivement le mouvement des gilets jaunes que de contraindre enfin les décideurs à cesser de financer le train de vie de l'Etat par la multiplication des taxes aux fallacieux prétextes d'écologie, de sécurité, de santé publique, et autres, pour s'attaquer vraiment à la calamiteuse gestion des finances publiques.

- Répondre -

Vous oubliez l'essentiel…

le 13 décembre 2018, 19:06 par AP34

Ce qui nous pourrit la vie tout autant que les taxes et impôts, c'est l'immigration extra-européenne, principalement musulmane.
400 à 500 000 âmes et 50 à 100 milliards d'Euros par an.
Non centent de ne pas la combattre, vous n'en parlez pas !
Le politiquement correct sévit-il aussi dans vos rangs ?

- Répondre -

VOUS REJOINDRE !

le 14 décembre 2018, 08:48 par LKS

Chers Messieurs,

Depuis quelques années, je lis avec attention votre site, mais aussi celui de l'institut des libertés, de l'Aleps, du Cercle Bastiat, de l'Institut Turgot,...Les articles et les vidéos qui s'y trouvent ont radicalement changé ma manière de voir le droit et même le monde.
Hier, j'ai été impressionnée par la conférence du Professeur Markus KERBER à l'ALEPS qui en qualité d'avocat a attaqué la BCE. Le moment est venu de nous réunir !
Linda Simonet
Avocat à la Cour

Linda SIMONET
Avocat à la Cour
Palais E 803
24, rue Cambon 75001 Paris
Tél : 01.42.60.96.75 Fax : 01.42.60.62.37
linda.kebir@avocatline.com(ou .fr)

- Répondre -

Réaction à votre article

le 20 décembre 2018, 11:40 par Meyer

Bonjour,
J’appouve votre analyse, personnellement je n’ai pas voté Macron, voyant en cet homme beaucoup d’ambitions personnelles, beaucoup trop technocratique vu son passé et sa formation sans expérience politique, car jamais élu, trop loin des préoccupations populaires. J’avais raison, il a multiplié les erreurs conseillé par des énarques formés dans le même moule technocratique et avec un mode de pensée dépassé depuis longtemps. L’assemblée nationale ne représente plus le peuple,mais une association de godillots sans voix au service du monarque. Oui le peuple en a assez des privilèges de quelques uns , alors que d’autres réclament du pain, un logement, du travail afin de subvenir aux besoins de leurs proches.
Notre société capitaliste est malade nous n’avons pas besoin d’un magicien, mais d’un docteur entouré d’un service compétent auprès de la France et desFrançais.
Bien à vous
M.M.

- Répondre -

Votre contact sur Toulouse ou Midi-Pyrénées

le 20 décembre 2018, 15:21 par BALLAND

Bonjour Messieurs,
Avez vous sur Toulouse ou la Région, un ou des représentants susceptibles de promouvoir votre action ?
Cordialement votre
Gaëtan Balland

# Re : Votre contact sur Toulouse ou Midi-Pyrénées

20 décembre 2018, 15:53 - Nicolas Lecaussin

Bonjour, difficile de savoir car nous avons surtout des adresses mail dans notre base.

- Répondre -

Mes revendications

le 20 décembre 2018, 15:57 par Aussibal

Droits mais aussi devoirs de chaque individu vivant sur le territoire français.

Gratuité totale des transports en commun et mettre à proximité des toilettes gratuites à disposition. Installer portiques anti-terroristes, caméras etc…

Suppression des logements sociaux dans Paris pour garder la richesse de la ville.

Retour de la taxe d’habitation, taxe foncière, taxe sur les entreprises pétrolières… faire du ménage dans les taxes pour ne garder que les indispensables. Par contre, toute personne vivant en France devrait payer une taxe même minime.

Réformer notre structure régionale, départementale, intercommunale, cantonale et communes et même pôle métropolitain mais aussi Sénat, Assemblée Générale, Elysée etc….

Mettre fin au flux des migrants.

Lutter contre les fraudes, terrorisme, drogues, gaz hilarant, évasions fiscales, prostitution etc…

Développer l’enseignement (revenir à la discipline pour le primaire (coup de sifflet du maître en blouse grise, les enfants se rangent par deux, rentrent en classe pour réciter la morale puis dictée, calcul, sciences, géographie et histoire ainsi que l’apprentissage d’une langue supplémentaire : l’anglais)

Créer un médiateur de l’éducation nationale pour régulariser le parcours des études supérieures suivant les résultats (et non les relations). Contrôler le déroulement des études. Supprimer les fraudes…visa, carte séjours, bourses, allocations…

Développer, donner la gratuité à tout ce qui peut permettre de réduire la surpopulation (pilules, contraceptifs, jouets érotiques, sextoys, droit et faciliter l’avortement, mieux contrôler si l’enfant va naître avec un handicap et si oui aider avec psychologue à prendre la bonne décision. etc…)

Respect des métiers : médical, enseignement, police, sapeur-pompiers, armée, maires, agriculture, etc….

Reconnaissance des métiers manuels (agriculture, abattoirs, bâtiment, usines etc….) Règlementations uniques (et laïques) pour les abattoirs (interdire l’abattage halal) – transport et abattage sans souffrance - respect de l’animal dès le départ de la ferme.

Protection des animaux (oiseaux, poissons, les carnivores, herbivores, insectivores, frugivores, gramivores….), réduire l’humain sur la planète.

Protection de la nature – étudier un moyen d’exploiter les terrains en pentes, les forêts afin d’éviter les broussailles et les feux destructeurs de la flore et faune. Etudier un moyen de nettoyer les cours d’eau afin d’éviter les inondations etc…

Développer les spécialistes en France recherche, médical, culturel, : (ex : une personne se rendant aux urgences meurt après 12h sans avoir bénéficié d’une prise en charge – c’est inadmissible).

Plafonner les salaires à 15000 € mensuels (même pour les patrons).

Revoir droits de l’homme en conservant les fondamentaux : liberté, la sûreté, la propriété, la résistance à l'oppression, l’éducation, la santé, la laîcité… On vient en France on s’adapte à la culture française !

par contre contrôle : sur les associations, les religions, les fraudes :
Contrôle sur les administrations qui délivrent des retraites aux personnes domiciliées à l’étranger qui vivent jusqu’à 200 voire 300 ans !

Contrôle et revoir les retraites des personnes qui arrivent et n’ont jamais cotisés en France. Idem pour la CMU. (ne doivent pas recevoir plus qu’un français qui a travaillé toute sa vie).

Les Français d’origine doivent être aussi assistés que les étrangers venant en France (ex le livret « venir vivre en France » publié en toutes langues)

https://www.immigration.interieur.g ...

Télévision : plus éducative, plus positive, plus de musique (contrôler les paroles ex rap), plus de spectacles, plus d’amour, moins de violences, les infos : développer les idées émergentes qui mettent en valeur la France etc….

Renoncer à taxer les géants du numérique (Apple, Google, Facebook, Amazon…) car cela sera répercuté sur nous et on en a besoin.

https://lescahiersrevendicatifscito ...

https://paris-luttes.info/comment-p ...

- Répondre -

Blocage

le 20 décembre 2018, 18:19 par G Martinolle

J ai vainement essayé de faire un don par carte de crédit !
Le système m’a bloqué en prétendant que mon téléphone n était pas valable ! ( j ai essayé les deux : un fixe et un mobile ) .
C est un peu ???? décourageant !

# Re : Blocage

21 décembre 2018, 14:38 - Nicolas Lecaussin

Désolé pour cet inconvénient qui vient sûrement de la plateforme paypal. Vous pouvez aussi nous envoyer un chèque à l’ordre de l’IREF au 35 avenue Mac mahon 75017 Paris
Merci de nous soutenir
Nicolas Lecaussin

- Répondre -

Réductions des dépenses publiques : vous me décevez.

le 24 décembre 2018, 17:46 par Julouette

J'ai toujours lu avec attention vos messages et souvent partagé vos avis.
Mais quand on veut démontrer , il ne faut pas mentir, même ponctuellement, sinon on risque de décrédibiliser la totalité de son discours.
Lorsque vous parlez d'EDF, vous dites la vérité quand vous évoquez le niveau des taxes qui alourdissent la facture. Mais vous tordez la vérité quand vous suggérez par une formule ambigüe que ces taxes financent surtout les avantages des agents EDF.
Une partie du prix de l'électricité inclut effectivement le financement des avantages sociaux, dont l'assiette n'est pas comme dans les autres entreprises la masse salariale , mais le chiffre d'affaires au niveau de 1% et cette situation est regrettable , je vous l'accorde.
Cependant les taxes sont d'une autre ampleur et ont des destinations bien différentes , dont le financement de l'imposture que sont les énergies renouvelables (subvention des investissements , rachat obligatoire par EDF de l'énergie fournie par les producteurs de renouvelables à un prix supérieur au prix de revient de la production traditionnelle).
Là se cache le vrai scandale et vous n'en parlez pas. Seriez vous aussi intoxiqués par le catéchisme écologique ?
S'agissant d'EDF , vous auriez pu suggérer :
> que c'est grâce au nucléaire que l'on est parmi les meilleurs élèves du monde en termes de pollution et qu'on pourrait faire des économies en cessant de financer inutilement une transition énergétique qui, dans le concert mondial, ne nous concerne pas pas ou si peu,
> que malgré ces taxes, le prix de vente de notre électricité est bien moins élevé que celui de nos voisins européens et que cela devrait être un facteur de compétitivité,
> que , par conséquent, il est , écologiquement et économiquement , stupide de fermer , pour des raisons idéologiques ou électoralistes, des centrales nucléaires qui fonctionnent avec toute la sûreté nécessaire.
Ces remarques devraient nourrir votre discours sur la nécessité et la possibilité de faire des économies , de manière plus sérieuse que vos allusions , pas complètement fausses mais très primaires, sur le financement des activités sociales d'EDF (et des autres entreprises électriques et gazières françaises d'ailleurs).

- Répondre -

Je ne peux vous soutenir financièrement

le 24 décembre 2018, 18:18 par Roblot

Bonjour, je lis chaque fois vos argumentaires et je ne puis qu'approuver ce que vous écrivez,mais je ne puis participer par un don : je suis imposée sur le revenu à 15% et en totalité à 32% , tout augmente, mes enfants sont à 6000 kms et je gère le mieux possible mes revenus qui hélas sont bloqués depuis des années .Desolee de ne pouvoir vous aider mais continuez.. JJ

- Répondre -

Renouvellement de mon don 2017

le 26 décembre 2018, 10:53 par VITRY MICHEL

Je vous adresse un chèque de 200 EUROS.
C'est toujours avec un grand intéret que je prends connaissance des analyses de l'IREF à la lumière du
libéralisme économique.
Très cordialement et tous mes voeux de succès de votre
entreprise de salut public en 2019.

- Répondre -

Don

le 28 décembre 2018, 11:03 par Yves BREVET

Je suis lecteur depuis des années, et membre de l'IFRAP depuis 20 ans.
Votre site n'offre que Paypal pour donner en ligne.
Je refuse les sites US pour l'instant.
Les cartes bancaires ordinairesne sont pas proposées. Dès que ce sera fait, je donnerai volontiers car vos articles font la pédagogie qui manque un peu dans ceux de l'IFRAP , très fouillés eux.
Cordialement, Yves BREVET

- Répondre -

Raison OUI mais,

le 29 décembre 2018, 06:04 par Laurent46

Vous avez raison dans votre analyse sauf que les faits et gestes de Macron étaient prévisibles pour qui sait réfléchir un peu, vu ce qu'il avait déjà fait quand il était Ministre des Finances et qu'il a plombé le mandat de Hollande. Reste le mais, c'est celui des collectivités locales dont personne ne parle comme les grandes régions, les départements, agglomérations, communautés des communes, jusque dans de nombreuses villes tous aussi goinfre que l'Etat. Comme à dit le Maire d'une petite ville de la Haute Saône, "Nous on se donne les moyens, 14 -ème mois pour tous les employés de la commune avec un minimum plancher de 1200 €" ! Le risque de l'action des gilets jaunes que je soutiens c'est l'augmentation des charges comme pour la SNCF que vous avez cité en exemple qui a été la première entreprise à annoncer la prime avec l'argent qu'ils n'ont pas ! et puis vous avez certainement oublié un autre exemple qui est celui du nucléaire, entreprise d'Etat avec des privilèges et avantages bien au-delà de ceux de la SNCF, comme le déficit d'ailleurs.
Hélas, à l'écoute des commentaires de la classe Politique dans son ensemble, peu en ont tiré des leçons et peut-être qu'ils n'ont aucune envie que cela change, tous réunis quelle qu'en soit leur étiquette, Politiques, Hauts Fonctionnaires, Syndicats, associations et fondations, etc. tous restent dans l'esprit de la continuité du système et de ses avantages pour eux.

- Répondre -

Perfusion intox

le 29 décembre 2018, 13:11 par C. Hole

Bonjour,

Il y a quelque chose d'important, voire critique, que vous omettez de mentionner à savoir la retraite à 62 ans et les 35 heures, rien mentionner sur les plus de 500.000 postes à pourvoir sur les côtes d'ouest de la France révélés par Capital.

Avec une espérance de vie des hommes de presque 80 ans, les prélèvements obligatoires sont bien trop faibles, un fait qu'il faudrait peut-être expliquer à nos chers gilets jaunes qui sont dans le déni de réalité. Et quid d'avoir un calcul de l'INSEE pour montrer à quel niveau de salaire l'on commence à faire une contribution positive à l'éducation nationale, la santé, les aides de logement, la politique familiale par exemple.

- Répondre -

désinformation

le 31 décembre 2018, 11:22 par Demorgan

Votre lettre « newsletter » du samedi 29 décembre 2018 mentionne ceci : « Non, les retraités du privé ne sont pas des nantis et il vaudrait mieux rendre le système équitable en supprimant les avantages –payés par nos impôts - dont bénéficient les retraités du public. »

De quels avantages bénéficient donc ces retraités qui ont servi l’Etat ? avantages payés par les impôts précisez-vous ! cette incise, redondante, ne peut viser qu’à attiser la rancœur et la haine de certains, ajoutant ainsi l’infamie à cette entreprise de désinformation qui sévit depuis trop longtemps dans ce pays.
Redondante car vous n’ignorez pas que l’Etat n’a pas créé de caisse de retraite pour ses fonctionnaires et qu’il assure lui-même cette fonction, par le budget. Le traitement des fonctionnaires en activité est payé par l’Etat, employeur et gestionnaire de ses services publics. Et les pensions de retraite également. En interne, les cotisations au régime de retraite, part employeur et part fonctionnaire, sont intégrées au budget de l’Etat par un jeu d’écritures.

Revenons aux fameux et fumeux avantages, dont vous n’indiquez pas la nature. On suppose que vous visez le mode de calcul de la pension de retraite qui est assis non sur les dix meilleures années mais sur le dernier indice de traitement détenu au moins depuis six mois au moment du départ en retraite. Certes, le montant de la pension de retraite est déterminé par le traitement de base correspondant à cet indice. Mais le traitement de base ne constitue qu’une partie de la rémunération de bon nombre de fonctionnaires de l’Etat ! car le montant des primes n’est pas pris en compte dans le calcul de la pension. Or la rémunération de certains corps de fonctionnaires ( A+) et de magistrats, est composée, en partie importante ( 50%, 60% et davantage) de prime ( en général variable en fonction des résultats obtenus chaque année sur des objectifs fixés…y compris pour des magistrats).
De sorte que le montant de la pension de retraite d'un fonctionnaire A+, totalisant 190 trimestres ( carrière plus que complète de 47,5 années), dont 172 ( soit 43 ans) dans le public et ayant fait jouer à plein les droits à la surcote, représente 56,25% de sa dernière rémunération. Ce taux de remplacement est inférieur à celui des cadres du privé (58% en moyenne).

Quant au régime additionnel de la fonction publique ( fonds de pension pour une pension additionnelle assise sur les primes) il commence seulement à monter en puissance, mais les primes et indemnités sont plafonnées à 20% du traitement indiciaire.

De façon générale le taux de remplacement est plus élevé pour le privé que pour le public ( le taux de remplacement médian de la génération 1946 ayant effectué une carrière complète s’élève à 75,2% dans le privé contre 73,9% dans le public). source Conseil d’Orientation des Retraites – rapport annuel juin 2017.

Il est donc parfaitement inexact de prétendre que les retraités du public bénéficient, de façon générale, d’avantages par rapport aux retraités du privé. Ce que vous ne pouvez ignorer.

Quel but est donc poursuivi ? certainement pas celui d'une information experte, indépendante et authentique.

10 janvier, 17:40 - Thierry BENNE

Cher Monsieur,

Vous concluez votre note du 31 décembre dernier - que la rédaction de l'IREF m'a transmise - en mettant directement et sévèrement en cause sa dernière lettre d'information :

"Il est donc parfaitement inexact de prétendre que les retraités du public bénéficient, de façon générale, d'avantages par rapport aux retraités du privé. Ce que vous ne pouvez ignorer. Quel but est donc poursuivi ? Certainement pas celui d'une information experte, indépendante et authentique".

C'est assurément votre droit d'interpeller ainsi l'IREF, tout comme c'est le droit de l'IREF de vous répondre en démontrant point par point la pertinence de son information quant aux retraites de la fonction publique civile de l'État, à laquelle vous vous référez prioritairement.

I – QUANT AUX BASES DE LIQUIDATION

01 – D'abord contrairement à ce que vous affirmez dans vos développements, ce ne sont pas les dix meilleures années, mais les vingt-cinq meilleures années de salaires qui servent de référence au calcul de la pension de base dans le secteur privé. Et pour les retraites complémentaires, c'est bien pire encore puisque par le système des points, c'est l'ensemble de la carrière qui est retenue. L'écart est de taille en faveur du régime de la fonction publique, car toutes les années qui échappent à votre démonstration sont inévitablement moins bonnes que les précédentes et votre raisonnement comparatif est inévitablement altéré d'autant. Mais savez-vous que l'origine cette discrimination a tenu à peu de choses : à la candidature de Monsieur Balladur à l'élection présidentielle qui, par pure démagogie électoraliste, a volontairement renoncé à étendre au secteur public dont il était issu les mesures qu'il n'avait pas hésité à prendre contre le secteur privé ?

02 – Par ailleurs, le régime intégré en vigueur dans le secteur public (qui couvre à la fois la retraite de base SS avec les retraites complémentaires coexistant dans le secteur privé) retient plus favorablement le traitement indiciaire moyen des seuls six derniers mois de carrière (et donc pratiquement toujours les plus élevés et sans commune mesure avec une moyenne tirée de 25 ans ou plus de carrière) avec, en plus, la pratique bien connue du coup du chapeau qui consiste précisément dans certains cas à augmenter la rémunération ou la promotion du fonctionnaire juste avant les six derniers mois qui précèdent son départ à la retraite.

03- Au niveau des taux de liquidation et en réservant la question des primes qui sera traitée par la suite, pour la retraite de base du secteur privé, la liquidation à taux plein s'effectue à 50% du salaire moyen retenu dans la limite du plafond SS, contre 75% du dernier traitement indiciaire complet pour le secteur public. Dans le privé, l'écart à combler incombe aux retraites complémentaires qui n'y parviennent d'ailleurs pas totalement.

04 – Bien qu'un mouvement d'alignement soit engagé depuis dix ans, en 2019 le taux des cotisations salariales des fonctionnaires demeure toujours (et sans aucune raison valable) inférieur à celui des salariés du secteur privé : le fonctionnaire supporte présentement une retenue de 10,83% là où le salarié privé acquitte un prélèvement de 11,31% (Rapport sur les pensions de retraites de la fonction publique en annexe au projet de loi de finances pour 2019 – page 29) et par le passé, cet avantage indu et non négligeable était encore bien plus important (2,70% en 2010 !).

05 – En ce qui concerne les primes, leur montant moyen représente dans la fonction publique un peu plus de 20% (21,8% en 2013 selon le COR – Rapport annuel 2018 p. 31) des traitements indiciaires auxquels elles s'adossent et c'est sans doute la raison pour laquelle le régime additionnel de la fonction publique et assis sur la capitalisation a limité en 2004 à 20% du traitement indiciaire sa couverture complémentaire. Donc, jusqu'à ce plafond, c'est à dire 120% du traitement indiciaire, la fonction publique ne peut se plaindre d'un écart de couverture vis-à-vis du régime du secteur privé.

Quant à la partie des primes excédant ce plafond de 20% (vous parlez en effet de primes tout à fait considérables de 50 et 60% et davantage et la DREES en mai 2017- p.16 in "Différences de retraite entre secteur public et secteur privé" a relevé de son côté des taux proprement hallucinants allant jusqu'à 140% !), elle interpelle le contribuable qui s'étonne de voir rejeter dans les limbes la grille des rémunérations de la fonction publique, censée pourtant traduire fidèlement la hiérarchie des rémunérations en fonction des compétences et des sujétions des uns et des autres. Quoi qu'il en soit, le fait que ces surplus que vous citez de 30, 40 et plus de points de pourcentage par rapport au plafond RAFP ne soient pas couverts par un régime de retraite permet à l'État d'octroyer généreusement à ses fonctionnaires les plus favorisés (car certains n'en touchent pas) des sur-primes dont le montant se trouve inévitablement incorporer des cotisations dont employeur comme salarié font l'économie. Par rapport aux références privées, c'est donc à plus de 25% ( et si on substitue les références publiques, c'est à plus de 85% !) de cotisations vieillesse que ces sur-primes échappent, au seul bénéfice du fonctionnaire, lequel par suite se trouve vraiment mal venu à se plaindre ne de pouvoir toucher à la fois le beurre et l'argent du beurre. D'ailleurs, si ce fonctionnaire préfère privilégier ses droits futurs, rien ne l'empêche de cotiser librement à la Préfon ou à tout autre dispositif de retraite supplémentaire sur la sur-prime non couverte par le RAFP, de manière à se procurer lors de sa retraite le complément qu'il souhaite.

06 – Pour ce qui est la durée de la carrière, si désormais les durées exigées dans les deux secteurs sont alignées pour la plupart des emplois, il reste encore dans la fonction publique le privilège des services actifs qui permet à certains métiers (qui totalisent 10% quand même des effectifs de la fonction publique d'État civile) d'abréger leur carrière jusqu'à cinq ans, quand dans le secteur privé les métiers les plus pénibles ne peuvent prétendre qu'à une réduction maximale de deux ans. Par ailleurs, la fonction publique échappe à toute décote triennale sur la retraite complémentaire sanctionnant désormais les salariés du privé, qui refusent de différer d'un an leur départ en retraite, alors qu'ils bénéficient déjà de droits pleins.

07 – S'agissant des enfants, si leur mère ne bénéficie dans le public que de deux trimestres de bonification par enfant, contre huit dans le privé, le régime de la fonction publique garantit non seulement une bonification de l'intégralité de la pension de 10% à partir de trois enfants, mais l'augmente au-delà de 5 points supplémentaires par enfant. Pour le privé, cette bonification ne concerne réglementairement que la pension du régime de base et son extension contractuelle aux régimes complémentaires intervenue seulement depuis 2012 est plafonnée à 10% et à € 2 000 par an. À partir de 4 enfants, les familles nombreuses du public sont donc et dès l'origine nettement mieux traitées que celles du privé.

08 – Les pensions de réversion ne sont soumises à aucun plafond de ressources dans le secteur public, alors que cette limite est systématiquement opposée dans le secteur privé à tous les veufs ou veuves pour ceux de leurs droits dérivés qui proviennent d'une pension du régime de base et cet avantage substantiel est systématiquement négligé dans trop d'études comparatives publiques.

II – QUANT AU NIVEAU DES PENSIONS

09 – Même en recourant à des calculs extrêmement complexes et tous inspirés par la volonté de réduire substantiellement l'écart abyssal qui sépare les cotisations employeur de l'État (74%) et celles d'un employeur privé (environ 15 à 17%), le COR est bien obligé d'admettre dans son rapport annuel 2018 (p. 52) et même en se référant au coût total du poste (salaire super-brut), qu'en définitive le total dûment lissé et retraité des cotisations pour un fonctionnaire civil d'État est nettement supérieur (26,2%) à celui identiquement "ajusté" s'appliquant à un emploi privé (21,9%). L'écart résultant approche les 20% (19,63% exactement pour : 26,2/21,9) et cette sur-cotisation purgée de tous les biais démographiques et autres se répercute inévitablement sur le niveau des pensions supérieur dans le public.

10 – Quant au montant des pensions, on opérera en deux temps en comparant d'abord les salaires des deux secteurs, puis leurs pensions. Pour les salaires, la page 106 du "Rapport sur l'état de la fonction publique et les rémunérations" annexé au projet de loi de finances pour 2019 mentionne pour la période 2015/6 et toutes carrières confondues un brut mensuel de € 2 505 pour la fonction publique civile de l 'État et de € 2 250 pour le secteur des entreprises, soit un écart de 11,33% par rapport au montant le plus faible ( = 2 505/2 250 -1). La même méthode transposée aux pensions (source : "Les retraites et les retraités" DREES édition 2017 - page 54) retient en 2015 un montant mensuel de pension brute de droit direct de € 2024 pour un fonctionnaire civil d'État et de € 1 616 pour un salarié du régime général, soit un écart de 25,25% (=2 024/1 616 – 1). Le différentiel entre les deux écarts de salaires et de pensions suffit à établir l'avantage des pensions publiques puisqu'elles poussent à 25% en retraite un avantage originel de salaire de 11%. Et si l'on retient les chiffres du rapport annuel 2018 du COR incluant dans le brut les majorations pour enfants (page 94 : respectivement 2 620 et 1 800 pour une pension sur une carrière complète), l'avantage public s'accroit encore !

Par ailleurs, si l'on se réfère aux emplois supérieurs, la pension d'un cadre privé de 63 ans (COR ibidem p. 106) affiche par rapport à ses dernières rémunérations un taux de remplacement de 55,3%, contre 71,5% pour un cadre A de la fonction publique percevant 15% de primes, ce taux glissant il est vrai à 49,1% pour un autre cadre A disposant de 39% de primes, mais ce dernier a capitalisé au moins sur une partie de sa carrière et sur près de 14% de son traitement (= 139-120/139) la contre-valeur de l'exonération intégrale de cotisations tant patronales que salariales dont il a bénéficié.

Donc de quelque côté que l'on considère les chiffres, la soi-disant parité des pensions publiques et privées colportée uniquement par des sources publiques vivement intéressées ne résiste pas à l'examen et les pensions publiques sont bien en moyenne, comme le prétendent pratiquement tous les sites et tous les spécialistes indépendants, nettement supérieures aux pensions privées.

11 – Pour ce qui est de la qualification supérieure des fonctionnaires de l'État, elle se trouve déjà sur le terrain contrebalancée par la moindre émulation qu'entraînent la garantie de l'emploi et une gestion archaïque des ressources humaines. En outre, elle s'amenuise régulièrement en fonction de l'accès du plus grand nombre aux études supérieures. Par ailleurs, dans les comparaisons les plus courantes qu'offrent à la fois le secteur de l'enseignement et celui de l'hôpital – toutes fonctions universitaires et de recherche mises à part- le moins que l'on puisse dire c'est que la supériorité qualitative du secteur public est loin d'être établie, bien que son coût surpasse de beaucoup celui de ses concurrents privés. Enfin quand on considère la marche du pays depuis des décennies, notamment l'état catastrophique de ses finances publiques et l'anémie de son économie corsetée par des réglementations dont certaines frisent l'absurde, on a des raisons légitimes de douter que sa gouvernance et sa gestion erratiques par la haute fonction publique de l'État l'emportent sur celles d'entreprises privées convenablement menées avec des personnels qui seraient pourtant sensiblement moins qualifiés ! Probablement d'ailleurs que rapportée à la très large irresponsabilité dont jouit l'État dans de multiples domaines(cf. notamment le désastre d'Outreau, la longue agonie du logiciel Louvois ou encore le scandale de l'éco-taxe !), la quadruple responsabilité des entreprises envers leurs actionnaires, envers leurs personnels, envers leurs clients et envers les diverses administrations explique qu'on ne retrouve ordinairement pas dans les gestions privées la plupart des dérives et carences qui affectent aujourd'hui la conduite de l'État et mènent au dépérissement régulier de nombre de ses services.

III – GOUVERNANCE D'ENSEMBLE ET SPÉCIFICITÉS DES RÉGIMES

12 – Vous rappelez fort justement que l'État n'a pas créé de caisse de retraite pour ses fonctionnaires, mais la vérité oblige à rappeler qu'il s'est constamment opposé aux recommandations réitérées de la Cour des comptes, qui se plaint de l'opacité du compte d'affectation spéciale actuellement utilisé et qui voudrait tout à fait logiquement la création d'une caisse parfaitement autonome. Il est d'ailleurs curieux que l'État se refuse obstinément à s'appliquer à lui-même cette solution de la caisse autonome qu'il a imposée à tous les autres régimes sans exception. Mais ceux qui ont eu la curiosité de consulter le CAS concerné savent que le Trésor préfère conserver une certaine opacité à des mouvements, qui suscitent de plus en plus de curiosité critique de la part d'un nombre croissant d'associations de contribuables et de retraités ou encore de cercles de réflexions. En tout cas, c'est bien à l'abri de ce compte que l'État opère l'ajustement quasi-automatique de ses cotisations patronales (74,28% quand même pour la seule partie civile !), afin d'afficher un équilibre d'ensemble purement artificiel pour les retraites de sa fonction publique.

13 – Car sur le plan du financement des régimes de retraite, il existe entre le deux régimes privé et public une différence majeure et irréductible : les retraites du secteur privé équilibrées par obligation ne doivent rien ou presque aux impôts des fonctionnaires, alors qu'au-delà des financements d'usage en matière d'assurance-vieillesse, les retraites du secteur public financées à robinet ouvert essentiellement par sur-cotisation (fonction publique) ou par subvention (autres régimes spéciaux) reposent très largement sur les impôts du secteur privé.

14 – Malgré l'omerta de ceux tous qui ceux en profitent et de ceux dont d'opportuns abattement fiscaux favorisent la discrétion, il est absolument anormal que le régime des retraites en France soit entièrement sous la coupe du secteur public, qui ne représente au plus qu'un faible quart de la population active comme de l'ensemble des retraités. Rappelons que le COR est pour plus de la moitié de ses membres constitué de représentants du secteur public, que le Comité de Suivi des Retraites ne réunit que des fonctionnaires, que le Gouvernement qui prépare les textes est très majoritairement composé de hauts fonctionnaires et que la fonction publique est très présente au Parlement. Dernier avatar de cette mainmise abusive : le Haut-Commissariat à la Réforme des Retraites est quasi exclusivement composé de personnes issues du secteur public, comme si la question sensible des retraites devait rester une chasse gardée des hiérarques de l'État, ce qui leur permet de préserver le plus largement et le plus durablement possible les avantages que l'on vient de voir. Rappelons enfin que, puisque la fonction publique ne s'est pas interdit l'accès aux fonctions parlementaires, elle se trouve directement en conflit d'intérêts lorsqu'elle inspire, prépare et vote les textes qui affermissent ses privilèges. Dans d'autres pays en effet et qui ont une conception plus exigeante et plus transparente de la démocratie, pour être candidat à une élection parlementaire, le fonctionnaire doit d'abord et irréversiblement se démettre de ses fonctions publiques.

15 -Enfin, si - comme le suggère le COR - le régime du secteur privé peut souvent s'avérer plus avantageux que celui du secteur public, il est fort étrange que ce dernier, puissamment syndiqué, n'ait jamais revendiqué l'alignement de ses droits sur ceux du secteur privé. D'ailleurs en dehors des sources publiques, il ne se trouve aucun organisme, aucune association représentative des retraités ou encore aucun cercle de réflexion sérieux pour croire un instant à la fable de la parité. L'OCDE elle-même, qui ne peut être taxée de partialité, s'émeut dans plusieurs de ses travaux (notamment in "notes 2015 sur les politiques de retraite"– France" page 2 )sur l'ampleur des divergences anormales qui persistent entre les retraites privées et les retraites publiques.

IV - POUR CONCLURE

Bien qu'ils vous aient -semble-t-il- échappé, la fonction publique bénéficie donc pour ses propres retraites de multiples avantages, qui sont le plus souvent correctement répertoriés pour tout ce qui concerne la carrière, les cotisations et le montant des pensions. Par contre, la quasi-totalité des sources publiques, des médias et même la plupart des spécialistes reconnus oublient ou négligent trop souvent que ce sont les représentants du secteur public et eux seuls qui décident injustement et abusivement en même temps que de leur propre sort, du sort de tous les autres retraités pourtant largement majoritaires. Et c'est assurément là que réside une bonne partie des problèmes que très probablement la prochaine réforme ne va malheureusement pas résoudre, au grand dam de tous ceux à qui l'on a fait miroiter la perspective d'un régime juste, universel et commun. Et ce n'est pas avec l'imposture de l'euro cotisé promettant à tous le même droit à pension qu'on mettra fin aux iniquités présentes, puisqu'on l'a vu, sur un même salaire brut de 100, l'État cotise plus de 74 pour sa fonction publique civile là ou l'employeur privé ne verse que 15 à 17. Un dernier exemple ? Avec le quasi-assentiment du Haut-Commissaire et avant même que ses propositions définitives ne soient rendues publiques, les syndicats publics s'appuient sur un protocole PPCR de 2015 pour réclamer l'inclusion sans bourse délier de la totalité des primes dans les bases cotisables de la fonction publique. Ainsi donc et bien que la réforme ait été annoncée à coût constant, le risque est fort que l'État prenne à sa charge (ou plutôt une fois de plus, à celle du contribuable) l'ensemble des cotisations additionnelles sur les primes, qu'elles soient patronales ou salariales, ce qui augmentera inévitablement d'autant le poids des rémunérations et de la dépense publiques, en creusant une fois de plus l'écart entre retraites publiques et retraites privées.

Au terme de ce mémoire, j'espère ainsi avoir amplement répondu à vos griefs originels et vous avoir convaincu - sans regarder ni à mon temps, ni à ma peine – que, contrairement à votre impression première, l'IREF est parfaitement capable de délivrer à ses lecteurs une information pertinente, documentée, argumentée, originale, compétente et indépendante.

Bien cordialement.

10 janvier 2019 : Thierry BENNE

- Répondre -

Don

le 26 avril, 12:51 par chamaret christiane

Bonjour , faire un don , j'ai 76 ans et ma retraite à été amputée l'année dernière de 480 euros et personne ne m'a aidé à payer mes crédits et tous les mois à ma banque mon compte à été en découvert . Vous comprendrez que je ne peux faire de don , car égoistement je pense à moi en premier et quand je fais un don , c'est 5euros aux associations utiles aux animaux . Je regrettes mais je vais me desinscrire car sur internet ce n'est plus que des demandes de dons . Cordialement

- Répondre -

envahissement éolien

le 20 mai, 19:29 par schnell marc

Je vous remercie pour vos articles et analyses qui me permettent si souvent de voir la face cachée des questions que vous soulevez.

Une question me tient à coeur, qui concerne l'implantation massive d'éoliennes dans nos campagnes françaises et trop souvent sans aucun respect des sites et monuments historiques, des panoramas sensibles, et au plus près des villages au risque de voir se détourner les visiteurs alors que l'on nous dit que le tourisme devrait devenir un élément majeure de l'économie française (espérons toutefois qu'il nous restera encore quelque industrie de souche et gouvernance françaises).

Le plus inquiétant est que ces machines ont un prix très élevé, sont d'un rendement décevant (facteur de charge annoncé de 25%, mais en réalité de 18 à 20%), présentent des effets négatifs sur la santé des animaux et des humains(reconnus dans plusieurs pays qui ont fais des recherches, sauf en France qui ne veut pas, sur cette question, avancer le principe de précaution).

Le plus choquant, et c'est sur cet aspect que je souhaiterait vous lire, c'est le volet financier de cet envahissement, maîtrisé par le lobye éolien, avec la complaisance de nos dirigeants au plus haut niveau. Subventions, prêts bonifiés sans doute, adaptation de la législation, tel le tapis rouge déroulé devant ces sociétés très majoritairement étrangères.

Avec une augmentation de production de gaz à effet de serre, nécessité de construire des centrales à gaz ou fuel à mesure que la part d' électricité nucléaire sera réduite.

Et ceci dans la plus sticte OMERTA qui ne permet pas au commun des mortels (les citoyens) de connaitre les aspects financiers (notamment les sources et leur provenances) Et le coût réel pour le contribuable, et l'augmentation du déséquilibre conséquent de la balance des paiements française.

Je vous remercie par avance de pouvoir nous éclairer sur ce sujet.

Marc SCHNELL
Président de l'association ADENOS.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies