Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Grève des éboueurs : libérer la collecte des déchets

Dans le sillage des cheminots, la corporation des éboueurs publics s’est elle aussi mise en grève contre la loi El Khomri qui pourtant ne concerne pas directement les agents communaux. En conséquence, Paris et d’autres villes étouffent sous les ordures malodorantes. Évidemment, avec l’Euro 2016 accueilli par la France, pour les étrangers c’est l’incompréhension, surtout après les crues de la Seine de la semaine dernière. Difficile pour de nombreux Français de ne pas voir là une stratégie de prise en otage. Petit retour en arrière sur une profession dont la capacité de nuisance avec des grèves, au surplus récurrentes, est assez spectaculaire.

Un absentéisme souvent pointé du doigt

En 2011 c’est la chambre régionale des comptes d’Île de France qui remettait un rapport à la Mairie de Paris, recelant des informations assez intéressantes. En premier lieu, elle pointait du doigt un taux d’absences compressibles à la Direction de la Propreté et de l’Eau (DPE) le plus élevé de l’administration de la ville et en augmentation. Le rapport social 2012 regrettait pour sa part un absentéisme de 16%.

Autre « spécialité », la politique de la ville en matière de promotions chez les éboueurs : « la multiplication des grades et échelons hiérarchiques » se traduisait par une proportion des agents d’encadrement du nettoiement (AEN) atteignant près le la moitié du corps des chefs d’équipe quand elle aurait dû plafonner à 20%...

L’efficacité contestable des éboueurs publics…

Voilà sans doute un état de fait qui pouvait expliquer la moindre efficacité de la collecte des déchets par les services communaux par comparaison aux prestataires privés : la Cour des Comptes régionales notait en effet qu’en 2007 la collecte moyenne annuelle par agent se montait à 284 tonnes, contre 570 tonnes chez les prestataires privés. Cette différence très appréciable trouve sans nul doute son explication dans les incitations différentielles fournies par le monopole et la concurrence.

Il semble donc que Jaques Chirac fut plutôt bien inspiré : alors maire de Paris, il privatisa en 1983, après une grève difficile, la collecte dans la moitié des arrondissements de la capitale, afin de casser le pouvoir de monopole des éboueurs municipaux,. Aujourd’hui la moitié de Paris est confiée à Veolia (11° et 19°), Pizzorno (10°, 15°, 18°), Derichebourg (1er, 3°, 4°, 7°) et Urbaser (13°). Grâce à cette politique de privatisation, la moitié de Paris n’a donc pas à subir les encombrements et odeurs pestilentielles de montagnes d’ordures.

Marseille, comme une odeur de sardine

A Marseille aussi la profession a fait parler d’elle. Notamment parce que jusqu’en 2014, les éboueurs de Marseille pouvaient profiter du système « fini-parti » qui avait été instauré dans les années 70 sous le « règne » de Gaston Deferre. Résultat : des journées de 3 heures de travail… et de travail mal fait ! Avec des marseillais excédés par la saleté de leurs rues. Mais pour les éboueurs, voilà qui constituait une « bonne planque » comme on dit dans la région. Évidemment les salaires ne sont pas faramineux, mais le temps libre dégagé permettait de faire des « gâches » à côté (du travail au noir), sans compter les multiples avantages d’employé de la ville.

En janvier 2015 les éboueurs marseillais avaient quelque peu lassé la population. Leurs revendications concernaient des créations de postes mais aussi, et sans doute surtout, une réaction face à l’usage des GPS sur les camions par la ville : car ce système permet de contrôler indirectement les temps de pause. Et la pause c’est sacré à Marseille ! Mais sans doute un peu trop : en cinq mois le système avait permis 300 rappels à l’ordre...

Aujourd’hui ce ne sont pas les éboueurs, encartés chez Force Ouvrière, qui bloquent la ville phocéenne, mais leurs petits camarades de la CGT sur les sites de la métropole marseillaise de l’incinérateur de Fos-sur-Mer et de tri des Pennes-Mirabeau. Objectif : Loi Travail encore…

Privatiser la collecte des déchets

Le métier d’éboueur est éminemment respectable, parce qu’il est très pénible, et pas qu’à cause des odeurs, mais aussi parce qu’il est particulièrement accidentogène. Le manque de reconnaissance auprès du public dû au caractère peu ragoutant du métier, mais aussi dans les régies du fait d’une difficile évaluation peuvent miner la motivation des agents. Pour autant, les grèves récurrentes des agents communaux pour des raisons variables donnent toujours plus de crédit à l’intérêt de la privatisation complète de ce genre de services – une thèse défendue par l’IREF et sans doute par de plus en plus de parisiens ces temps-ci…

Partager cet article :

Autres lectures ...

- 30 % : baisse du nombre de personnes sous-alimentées dans le monde

OGM : 15 millions de producteurs en Asie


Immigration et lutte contre le terrorisme : faire appel au privé pour plus d’efficacité

Sauver l'Assurance chômage grâce à la concurrence
Il faut casser le monopole de l'UNEDIC



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

mourir d'un cancer avant l'age ... et surtout, d'un cancer hautement prévisible ...

le 15 juin, 10:37 par wpjo

Avant de prendre position sur le conflit qui oppose les éboueurs, il serait intéressant de connaître leur espérance de vie. En effet, en discutant avec eux, il paraît qu'il y a bon nombre parmi eux qui meurent d'un cancer avant l'age de 60 ans ...

Simplement (?), il faut reformer les retraites pour qu'on puisse arriver a un système où la totalité des cotisations égale le total des retraites versées et ceci pour chaque branche professionnelle. C'est à dire, faire justement ce que l'unanimité des négociateurs (syndicats, MEDEF et gouvernement) ne veulent surtout pas faire.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications