Accueil » Programme agricole d’Éric Zemmour : entre innovation, bio, protectionnisme et subventions

Programme agricole d’Éric Zemmour : entre innovation, bio, protectionnisme et subventions

par Aymeric Belaud

Le parti Reconquête a mis en ligne le programme d’Éric Zemmour en matière d’agriculture. S’il comporte de bonnes propositions attendues par les agriculteurs, comme la fin de la sur-transposition dans le droit français des normes européennes ou la simplification des procédures d’installation et d’achat de foncier, ce programme est marqué par des biais très étatistes.

Par exemple, si Éric Zemmour semble juger que l’avenir de l’agriculture passe par l’innovation (ce qui est surprenant pour quelqu’un souvent qualifié de réactionnaire), il propose que cette dernière soit financée par l’Etat. Même chose en ce qui concerne le renouvellement des exploitations pour lequel l’une des solutions du candidat est l’augmentation de la dotation jeunes agriculteurs. Zemmour ne propose pas, par exemple, la suppression des SAFER (sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) ni la fin de l’interdiction de certains produits phytosanitaires nécessaires, comme le glyphosate. Au contraire, il souhaite non seulement réduire leur usage mais également encourager (avec l’argent public) l’installation de nouveaux producteurs… dans la culture bio ! Celle-là même qui n’a aucune justification sanitaire, environnementale et nutritionnelle par rapport au conventionnel, et qui produit moins tout étant ultra-subventionnée.

Enfin, son programme comporte une proposition contre le libre-échange agricole, ce qui pourrait notamment pénaliser le secteur des vins et spiritueux, deuxième poste d’excédent de la balance commerciale française. Le Cognac, par exemple, exporte 98 % de sa production.

Un programme très moyen donc qui ne va pas libérer l’agriculture. Pour avoir un programme plus abouti en la matière, il faudrait plutôt se tourner vers celui du parti Objectif France.

You may also like

1 commenter

en fait 14 janvier 2022 - 11:03

Oui, il faut rendre les agricultures aux agriculteurs, tout le reste est manipulation ou sottises, il est possible aussi de se renseigner sur les beaux succès de la Nouvelle Zelande. Il faut arrêter d’emmerder ceux qui savent, tout en mettant des moyens dans la recherche, pour des innovations. Le terrain est supérieur au technocrate, car la vie professionnelle de l’agriculteur est en jeu, souvent 60 h semaine 52 semaines par an et pour 1/3 moins que le RSA.
tout va bien, un grand merci.

Répondre

Laissez un commentaire