Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Pendant que les Français rêvent à la semaine de 4 jours, les Coréens passent à 6 jours de travail

Pendant que les Français rêvent à la semaine de 4 jours, les Coréens passent à 6 jours de travail

par
1 080 vues

Face aux difficultés, il n’y a que deux attitudes : soit on baisse les bras, soit on se retrousse les manches. C’est la deuxième solution qu’ont choisi les Sud-Coréens.

Plus précisément, c’est le géant Samsung qui vient d’imposer à ses cadres dirigeants de travailler 6 jours par semaine… payés 5 jours bien évidemment. Le message d’un des responsables du groupe est sans ambiguïté : « Considérant que les performances de nos principales unités, dont Samsung Electronics Co., n’ont pas répondu aux attentes en 2023, nous introduisons la semaine de travail de six jours pour les dirigeants, afin d’injecter un sentiment de crise et de déployer tous les efforts pour la surmonter ». Les cadres auront tout de même le choix entre le samedi et le dimanche pour leur journée supplémentaire.

Comme Samsung donne souvent le « la » en Corée du Sud, il n’est pas exclu que d’autres entreprises l’imitent. D’ailleurs, SK, le deuxième plus grand groupe du pays, a déjà mis en place une réunion le samedi, deux fois par mois, pour tous les dirigeants de ses filiales.

Pendant ce temps-là, en France, le Premier ministre évoque la semaine en quatre jours ; des syndicats et l’organisation patronale U2P ont négocié un accord sur le compte épargne temps universel (Cetu) qui devrait être transposer dans la loi ; la SNCF a signé avec les syndicats un accord sur les fins de carrière, qui annule, en grande partie, la réforme de 2023 qui retardait l’âge de départ à la retraite des cheminots ; des collectivités locales font tout ce qu’elles peuvent pour que leurs agents ne soient pas aux 35 heures ; des sénateurs déposent une proposition de loi pour instaurer le congé menstruel ; l’absentéisme est en hausse ; les préavis de grève se multiplient ; etc.

Rappelons que la France est déjà un des pays (avec la Finlande) où la durée annuelle effective de travail des salariés à temps complet est la plus faible d’Europe : 1 668 heures, contre 1 790 en Allemagne, 1 943 en Grèce, 1 921 en Pologne, 2 043 en Roumanie. En Corée du Sud, elle est de 1 915 heures, soit 227 heures de plus qu’en France.

A votre avis, qui sortira le plus vite de la crise ?

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Dr Guy-André Pelouze 25 avril 2024 - 10:39

C’est la parodie d’Elon Musk:

If you make less stuff there is less stuff.

Répondre
breizh 26 avril 2024 - 11:06

avec moins de 1 enfant par femme, ce n’est pas un jour de travail de plus par semaine qui sauvera la Corée du sud…

Répondre
Koris 26 avril 2024 - 1:53

Je ne suis pas sûr que la productivité (l’efficacité) soit exemplaire en Corée. Sachant que la natalité est catastrophique, ils ne vont pas tenir sur le long terme à ce rythme-là.

Répondre