Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Contrôleurs aériens : 60 jours de grève au 1er semestre 2023 (12 fois plus qu’en 2022 !)

Contrôleurs aériens : 60 jours de grève au 1er semestre 2023 (12 fois plus qu’en 2022 !)

par
673 vues

La Coupe du monde de rugby en France commence avec quelques (très) mauvaises nouvelles. Fidèles à leur tradition, les syndicats FO et CGT de la RATP ont menacé de se mettre en grève durant le tournoi. Plusieurs matchs ont lieu au Stade France desservi par les transports publics parisiens. De plus, les contrôleurs aériens ont, eux aussi, déposé un préavis pour la journée du 15 septembre, en pleine compétition. Le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien réclame, lui, le rattrapage de l’inflation sur les salaires alors que, comme nous l’avons montré, ces agents publics bénéficient de salaires, de primes et de plein d’autres avantages exorbitants et payés par les contribuables.

Au cours du premier semestre 2023, il y a  déjà eu 60 jours de grèves des contrôleurs aériens français (12 fois plus qu’en 2022), provoquant l’annulation de milliers de survols de l’UE depuis l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Irlande.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Roven 10 septembre 2023 - 6:36

Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?
Nos dirigeants sont trop veules pour mettre un terme aux prises d’otages d’usagers à répétition par de pseudo-syndicats arqueboutés sur l’accroissement de leurs privilèges. Ils se sentent sûrs d’eux car ils obtiennent satisfaction : jusqu’où ?
Et l’on se demande pourquoi les électeurs se détournent de leurs représentants politiques ?
Qui mettra fin à ce chantage qui va bien entendu se répéter avec les JO à Paris, à moins qu’une fois de plus la solution soit de leur donner des chèques, c’est la seule politique de ce gouvernement…

Répondre
Delouis 10 septembre 2023 - 7:07

N’est-ce pas Reagan qui avait mis fin à ce genre de chantage ? A quand un président en France qui a des couilles !

Répondre
AlainD 10 septembre 2023 - 1:36

Il va falloir un jour ou l’autre un gouvernement avec assez de poigne pour mettre ces gens là dans les clous. Bien sûr Clément Beaune est plutôt porté vers la Sncf (enfant il devait aimer jouer au train électrique !) ce qui n’empêche d’ailleurs pas les mêmes syndicats de revendiquer toujours plus d’avantages. Tous ces fonctionnaires et employés des entreprises plus ou moins nationalisées sont les premiers à se plaindre et ont un tel pouvoir de nuisance (blocage du pays) qu’ils exigent et obtiennent ce qu’ils veulent. Peu leur importe les dégâts causés aux clients (qu’ils qualifient volontiers « d’usagers ») quand je pense qu’ils ont le toupet de nous rebattre les oreilles avec le « service public » dont ils n’ont ‘une notion que très approximative !

Répondre
Gilbert Lebreton 10 septembre 2023 - 3:23

Ces gents sont trop bien payer ça leurs permet de faire grève sen compromettre leurs bien êtres .
Les smig cars eu eu font grève afin de pouvoir manger.
Chercher l’erreure

Répondre
Carinato 10 septembre 2023 - 8:46

Ceci est un scandale permanent depuis au moins 4 décennies.
Si les français connaissaient les rémunérations, le temps travaillés, les évolutions de carrière et leur retraite entre autres, ils seraient totalement abasourdis.
Tous les français voient bien qu’ils font grève régulièrement et aux pires moments, mais n’ont aucune notion des incroyables privilèges de cette caste d’agents de la Fonction Publique. On ne leur laisse entendre que leurs revendications, pourtant inaudibles quand on est correctement informés.
Parmi tous les salariés de la FP, ils sont certainement les plus détestables dans la pratique du racket, celle du chantage et l’abus scandaleux de leur statut.
Cette situation de faiblesse de nos gouvernants est une des première causes du mauvais (exécrable) esprit général qui prévaut entre une caste d’hyper privilégiés et le monde du privé qui subit tous les risques, toutes les précarités et toutes les dévalorisations de leurs compétences.

Répondre