Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Pays-Bas : un vote pour la « désislamisation » et contre l’écologie punitive

Pays-Bas : un vote pour la « désislamisation » et contre l’écologie punitive

par
1 320 vues

Le Parti pour la liberté (PVV) dirigé par Geert Wilders a remporté les élections législatives aux Pays-Bas. Selon les derniers résultats, il obtient 37 sièges sur 150. Il disposait jusqu’à présent de 16 sièges. Il est suivi par l’alliance de Frans Timmermans (gauche-écologistes) avec 25 sièges qui est aussi en progression (+8) et par le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD), formation de centre-droit au pouvoir qui obtient 24 sièges (-10). Le jeune parti (créé il y a tout juste trois mois !) Nouveau Contrat social de Pieter Omtzigt, issu du mouvement chrétien-démocrate, obtient 20 sièges. Bien qu’il arrive en tête, le PVV devra former une coalition pour gouverner car il faut 76 sièges sur les 150 que compte la chambre basse du Parlement néerlandais. Ce ne sera pas du tout facile pour Geert Wilders, d’autant plus qu’il lui faudra intégrer dans son programme de gouvernement des propositions venant de ses futurs alliés. D’ailleurs, les autres partis pourraient former une coalition et un gouvernement sans le PVV.

Lorsqu’il a présenté son programme électoral, le 16 septembre, Geert Wilders l’a décrit comme « social et de droite » : « dur sur l’immigration et l’ordre public mais social sur le pouvoir d’achat et les soins de santé ». Néanmoins, l’islam, le droit d’asile et les immigrés ont bien été les principaux thèmes de sa campagne. Le PVV a appelé à la « désislamisation » des Pays-Bas, affirmant sa ferme intention de faire du Coran un livre interdit comme l’est Mein Kampf, de fermer les mosquées, de fermer les frontières aux migrants en provenance de pays islamiques. L’année dernière, l’immigration nette vers les Pays-Bas a plus que doublé pour atteindre plus de 220 000 personnes. Son discours a aussi porté sur les réglementations européennes et les dépenses consacrées aux mesures climatiques qu’il veut stopper. Il a également mené bataille contre l’agenda écologiste du Premier ministre Mark Rutte, en particulier contre un projet de loi qui visait, entre autres, à réduire arbitrairement la taille des cheptels de 30%, ce qui menaçait un tiers des exploitations agricoles. Contrairement à ce que certains médias font croire, Wilders a dès le début condamné l’invasion de l’Ukraine et a même voté en faveur de l’accueil des réfugiés ukrainiens. De plus, le PVV demande à ce que les coupables – des Russes – qui ont abattu en 2014 l’avion civil MH 17, dont les deux tiers des passagers étaient néerlandais, soient jugés aux Pays-Bas. Il s’est néanmoins opposé à l’aide à l’Ukraine.

Les progressistes (et pas seulement) ont rapidement réagi à cette élection. Ils ont dénoncé la menace extrémiste en Europe. Il serait temps pour beaucoup de politiques et de médias de comprendre que le vote contre l’immigration n’est pas forcément extrémiste. Les problèmes d’insécurité, les problèmes identitaires et religieux, touchent une grande majorité d’électeurs. C’est leur droit fondamental de ne pas les accepter.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

Farondan 24 novembre 2023 - 10:41

Si cela pouvait ouvrir les yeux des récalcitrants de gauche, en France….

Répondre
GNA46 24 novembre 2023 - 11:50

Il va être interessant de suivre ce changement politique. S’il se réalise dans les termes énoncés, ce sera une voie à emprunter rapidement pour stopper ce qui se produit chez nous du délitement total de notre culture et de nos racines identitaires. Il est urgent de mettre fin à ces excés d’apports migratoirs incontrôlés sous le falacieux prétexte d’un manque de main-d’oeuvre. Il suffirait de remettre au boulot tous ces feignants professionnels dans la tranche des 25/45 ans, en leur coupant toutes ces « aides » qui nous coûtent très chères, et d’en faire autant pour les nouveaux arrivants qui sont aspirés par ces mêmes aides. Vous la voulez la solution ?…

Répondre
Arberet 24 novembre 2023 - 12:31

Si le ciel pouvait nous aider à ouvrir les yeux des bobos pour qu’un homme comme ce néerlandais soit élu en France et remette tout en ordre.

Répondre
Bruno GERMAIN 24 novembre 2023 - 2:01

Parti exprimant le désarroi des hollandais confrontés à la réalité. Hélas ! la même qu’en France et en Europe.
Nous devrions nous inspirer de ces dispositions.
Mais hier, j’ai pu entendre évidemment les gentils « médias français » de gauche, bien-sûr, face à la victoire relative de cet élu hollandais et lui tomber dessus en l’assimilant à un nazi !!! IDIOT et SECTAIRE comme d’habitude ! L’islamisme et l’envahissement des musulmans incapables de créer chez eux la démocratie, n’est donc qu’une irréalité ?
C’est tout même face à nos lâchetés et veuleries politiques actuelles que l’EUROPE ou l’OCCIDENT, risque de sombrer si l’on se couche et ne réagissons pas.
Tant et tant à dire au-delà ! L’actualité nous le montre tous les jours.
POUTINE, le chinois Xi Jinping, potentats Iraniens et de tous les continents ! ça suffit ! Levons le glaive et défendons notre civilisation, peut-être imparfaite, mais plus lumineuse, créative, respectable et tolérante (souvent un peu trop, d’ailleurs.) A ne rien voir, l’on commence à voir les révoltes et l’extrémisme partout, où nos politiques aveugles et suffisants nous conduisent !

Répondre
Mathieu Réau 25 novembre 2023 - 6:48

« Il serait temps pour beaucoup de politiques et de médias de comprendre que le vote contre l’immigration n’est pas forcément extrémiste. »
Il serait surtout temps que ces gens-là admettent qu’en démocratie, c’est le peuple qui décide. Quel que soit son choix, le peuple a toujours raison. Même s’il vote pour Casimir ou la Fée Carabosse, c’est à lui d’être le seul juge de la pertinence de son choix, et pas à des professeurs d’opinion qui n’ont même pas la décence de reconnaître qu’ils ne parlent que pour eux-mêmes.
Le vrai problème, ce n’est pas l’existence réelle ou supposée de l’extrémisme ici comme ailleurs, et ce n’est donc pas de savoir si le choix d’une partie du peuple est extrémiste ou non, monsieur Lecaussin : c’est le déni de démocratie qui est opéré par certains dès qu’on choix pourtant parfaitement démocratique ne leur convient pas.

Répondre
maxens 26 novembre 2023 - 12:44

oui le peuple est souverain, mais quand moitié du peuple ne paie pas d’impôts directs, celui qui fait mal, ou qu’au contraire une bonne partie de ce peuple bénéficie de généreuse aides sociales, sans trop faire d’efforts, ou attends tout ou presque de l’Etat, peut on espérer de ce peuple une décision électorale sage et motivée…Au vu des 3000 milliards d’euros de dettes, et de la réélection de celui qui sous son mandat à le plus endetté le pays, permettez moi d’être sceptique

Répondre
maxens 26 novembre 2023 - 12:59

Certains commentaires sont je trouve assez brillant, documenter, et sans rien à ajouter. Si vous pouviez mettre un moyen de « liker » ces commentaires, cela permettrait de voir si ils sont partager.

Répondre