Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Lutte contre la fraude fiscale : traquer les riches, c’est appauvrir le pays

Lutte contre la fraude fiscale : traquer les riches, c’est appauvrir le pays

par
681 vues

Le gouvernement vient d’annoncer une série de mesures pour lutter contre les fraudes aux finances publiques. Selon Gabriel Attal, ministre délégué aux Comptes publics, l’objectif principal est de faire « payer ce qu’ils doivent aux ultra-riches et aux multinationales ». Les cent plus grandes capitalisations boursières feront désormais l’objet d’un contrôle fiscal tous les deux ans. Près de 1 500 agents supplémentaires seront ainsi déployés (une augmentation de 15 % des effectifs). Ils disposeront d’outils s’appuyant sur l’intelligence artificielle, et pourront appliquer des sanctions telles que la suspension des réductions et des crédits d’impôt, ou la suspension des droits civiques tels que le droit de vote.

De deux choses l’une. Premièrement, ce grand plan est le meilleur moyen de faire fuir les grandes entreprises et les gros patrimoines à l’étranger, dans des pays plus respectueux de la propriété privée (Etats-Unis, Allemagne, Royaume-Uni). Rappelons qu’en 40 ans, l’emploi industriel a été divisé par deux, au point que la France est aujourd’hui considérée comme l’une des économies les plus désindustrialisées du G7. En 2021, la part de son industrie dans le PIB s’élevait à 16,8 % contre 26,6 % en Allemagne, 22,6 % en Italie ou 20,5 % en Espagne.

Deuxièmement, l’enjeu ne devrait pas être de s’attaquer aux grandes fortunes pour hypothétiquement alléger la pression fiscale sur les classes moyennes, les petits patrons et les patrons de PME, mais plutôt d’alléger la fiscalité pour l’ensemble de la population dans un pays où elle est la plus élevée au monde. Cela impliquerait évidemment des efforts pour maîtriser la dépense publique (58,1 % du PIB en 2022, contre 50,8 % du PIB en moyenne dans la zone euro). Le gouvernement a choisi la voie de la facilité : le réflexe populiste qui surfe sur la démagogie anti-riches et désigne la majorité des Français comme étant « victimes de ces fraudes », alors que le coupable ressemble davantage à l’Etat français.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

Almaviva 11 mai 2023 - 9:20

Toujours les mêmes recettes avec le socialisme ! S’attaquer aux riches fait plaisir au « bas peuple «  et c’est plus facile que de prendre de réelles mesures de saine gestion !

Répondre
Astérix 11 mai 2023 - 12:48

Tout à fait ALMAVIVA et en plus de nombreux riches quitteront la France. Ainsi, nous nous retrouverons encore plus vite au niveau de l’Argentine !
Les pauvres seront encore plus pauvres.
C’est de la connerie, une fois de plus !

Répondre
Picot 11 mai 2023 - 3:55

La plupart de ces « nouvelles mesures » existent déjà. Tous les 3 ans les « riches » subissent un contrôle fiscal sur papier. C’est un ridicule effet d’annonce et une occasion supplémentaire de taper sur les gens fortunés qui, soit disant, appauvrissent le pays alors que c’est le contraire en réalité.

Répondre
Astérix 15 mai 2023 - 4:37

Ce sont les politiques qui devraient être traqués !
Théorie de Cicéron. La pensée du jour :
« Les finances publiques doivent être saines, Le budget doit être équilibré, La dette publique doit être réduite, L’arrogance de l’administration doit être combattue et contrôlée, et l’aide aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l’aide publique. »
Cicéron – 55 Avant Jésus Christ
MORALITE : La crise dure depuis 2065 ans ! C’est rassurant !c
En cette période, il est bon de rappeler la théorie politique de Cicéron
(106 Av JC – 43 Av JC)

Répondre