Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Climat et châtiment : pays pauvres et contribuables des pays riches

Climat et châtiment : pays pauvres et contribuables des pays riches

par
1 166 vues

Un rapport du G20 prévoit des dépenses supplémentaires de quelque 3 000 milliards de dollars par an d’ici 2030, dont 1 800 milliards pour des investissements dans l’action climatique, principalement dans les infrastructures durables. La somme est énorme et, très probablement, impossible à atteindre. A moins de saigner les contribuables des pays riches, dont la France, avec les conséquences que l’on peut imaginer : augmentation des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques, ralentissement de l’économie, faillites d’entreprises, hausse du chômage… Mais le problème – très grave et très inquiétant – est que l’alarmisme climatique a pris le dessus sur le raisonnement économique. Les militants du climat martèlent que la pauvreté et le changement climatique sont inextricablement liés. Or cela ne correspond pas à  la réalité. Les recherches montrent que des dépenses en faveur du développement apportent une aide beaucoup plus importante et beaucoup plus rapidement efficace que des fonds consacrés au climat. Byorn Lomborg et William Nordhaus (ce dernier étant le seul économiste du climat à avoir reçu le prix Nobel) l’ont écrit et démontré plusieurs fois. Lomborg l’a rappelé dans un article récent. Selon lui, de véritables investissements dans le développement économique des pays pauvres pourraient y améliorer radicalement la vie et les rendre plus résilients face aux problèmes liés au climat, tels que les maladies et les catastrophes naturelles. En revanche, même des réductions drastiques des émissions ne produiront pas de résultats significativement sensibles avant une génération ou plus.

Toujours selon Lomborg, « les efforts visant à détourner l’aide au développement vers la politique climatique relèvent également de l’hypocrisie ». Les pays riches qui refusent de financer à l’étranger des projets impliquant l’utilisation de combustibles fossiles – que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’institutions financières internationales – tirent encore près de 80 % de leur énergie de ces mêmes combustibles. Les pays pauvres ont besoin d’énergies fossiles pour se développer. Ce n’est donc pas étonnant que les sondages de la Banque mondiale montrent que le climat figure loin en bas de la liste des priorités de leurs  populations. Au lieu de punir, d’un côté, les pays en voie de développement en leur imposant des énergies renouvelables et, de l’autre, les contribuables des pays riches qui seraient obligés d’en assurer le financement, encourageons le développement de ces pays pour que leur population ait une vie meilleure et qu’ils puissent eux-mêmes investir dans la recherche et l’innovation.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Almaviva 16 octobre 2023 - 9:21

tous c es écolos dogmatiques sont dangereux pour tous les habitants de la planète ! Qui aura le courage de les arrêter !!

Répondre
JR 17 octobre 2023 - 3:02

Bonjour, nous les électeurs ! Merci

Répondre
JR 17 octobre 2023 - 3:03

Bonjour, tout ça pour cela, c’est à dire du vide, il s’agit de la plus grande escroquerie du siècle : https://climatetverite.net/2023/10/14/un-doublement-de-concentration-du-co2-ne-peut-pas-entrainer-une-augmentation-de-temperature-de-plus-de-1-4-c/ Merci

Répondre