Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Loi Rist : le gouvernement organise une pénurie de médecins intérimaires

Loi Rist : le gouvernement organise une pénurie de médecins intérimaires

par
959 vues

Du fait des difficultés de recrutement, l’hôpital public a recours à des intérimaires dont la rémunération peut atteindre 4 000 euros pour une garde de 24h. Un surcoût qui s’évalue à 1,5 milliard d’euros par an selon Cécile Chevance, responsable du pôle finances de la Fédération hospitalière de France (FHF), et qui s’est attirée les foudres de technocrates dont on peut douter de la réelle compétence en économie. Vraisemblablement incapables de comprendre le mécanisme des prix et de la rareté dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, François Braun, ministre de la Santé, évoque un “intérim cannibale” tandis qu’Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, parle de “dérives”.

Pendant ce temps, la véritable dérive n’est nullement remise en cause : la perte d’attractivité d’un hôpital public gangrené par la bureaucratie, et qui souffre d’autres maux maintes fois pointés du doigt par l’IREF. Au lieu d’engager les bonnes réformes, l’exécutif a choisi d’imposer un plafonnement de la rémunération des médecins intérimaires à 1170€. Censée améliorer le système de santé, la loi Rist suscite la crainte des soignants et des syndicats. En plafonnant leur rémunération, le gouvernement risque d’organiser une pénurie d’intérimaires dans les services en tension (urgences et anesthésies). Après l’entrée en vigueur de cette loi le 3 avril, les praticiens n’auront d’autre choix que d’annuler leurs congés, leurs formations, et d’augmenter leur cadence de travail à près de 50h par semaine, charge supplémentaire qui ne sera pourtant payée que sur une base de 39h.

Pour le Syndicat national des médecins remplaçants hospitaliers (SNMRH), « le gouvernement fait un pari sur la vie des gens ». La mesure serait d’autant plus absurde qu’elle prétend s’attaquer à un phénomène qui ne concerne qu’une minorité de cas, quand l’écrasante majorité des intérimaires ne gagnent qu’autour de 1200€.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

nanard 17 mars 2023 - 7:34

Soyons réaliste, le gouvernement organise toutes les pénuries avec son totalitarisme administratif !

Répondre
Picot 17 mars 2023 - 4:46

@Nanard
Tout à fait, et sur des motivations soit disant vertueuses (ces médecins gagnent trop d’argent) La casse de l’hôpital continue. Sans intérimaires certains services risquent de fermer. C’est l’État qui a organisé depuis des années la pénurie de soignants, et avec cette réglementation il continue allègrement. La conclusion est claire; nos « élites » ne se soucient nullement de la santé de la population, c’est le cadet de leurs soucis.

Répondre