Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les réponses du gouvernement à la crise du logement ne vont pas régler la pénurie qui s’annonce

Les réponses du gouvernement à la crise du logement ne vont pas régler la pénurie qui s’annonce

par
606 vues

Devant les chiffres catastrophiques de la construction de logements neufs et un marché de la location en train de se gripper, la Première ministre, lors de la présentation de sa feuille de route des six prochains mois, a dévoilé ses pistes de solutions pour régler la crise qui se profile.

Premier problème, la hausse des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE) engendre une augmentation du taux des crédits immobiliers, rendant l’accès à ces derniers plus difficile pour les ménages et freinant l’achat de nouveaux logements. Sur ce point, la cheffe du gouvernement s’est montrée plutôt évasive, déclarant seulement qu’elle allait « solliciter » les banques et « donner de la visibilité » sur le futur des prêts à taux zéro (dont la fin est prévue en 2023).

Alors que des rumeurs sur l’encadrement des prix du foncier font actuellement florès (une solution préconisée notamment par le Conseil national de la refondation), Elisabeth Borne a également déclaré vouloir mobiliser la Caisse des dépôts et consignations pour « racheter des logements neufs qui peinent à trouver des acquéreurs et débloquer ainsi les programmes en attente ».

Un certain nombre de dispositifs en vigueur ne seront vraisemblablement pas remis en cause comme l’objectif zéro artificialisation nette, le plafonnement des hausses de loyers à 3,5 % par an ou une fiscalité galopante sur l’immobilier.

Alors que les investisseurs sont découragés par la baisse des rendements locatifs, le poids de la fiscalité immobilière en France, 4 % du PIB, nous place, en effet, en tête des pays de l’OCDE pour ce type d’imposition.

C’est donc un avenir bien sombre qui s’annonce pour le pouvoir d’achat des Français puisque le logement constitue leur premier poste de dépense.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

CLEMENT 28 avril 2023 - 10:55

Quid du poids de l’immigration dans cette course à l’échalotte ingagnable…

Répondre
maxens 30 avril 2023 - 7:38

Squatteur, mauvais payeurs inexpulsable, taxes foncières en hausses constantes pour compenser la fin de la taxe d’habitation, IFI, fiscalité des successions, normes toujours plus contraignantes pouvant rendre votre logement inlouable, taux d’intérêts en hausse……faut vraiment être très, très motivé pour investir dans l’immobilier…

Répondre