Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Contre la crise du logement, David Lisnard se fait le premier défenseur du droit de propriété

Contre la crise du logement, David Lisnard se fait le premier défenseur du droit de propriété

par
1 688 vues

David Lisnard vient de recevoir le 6 février les Trophées Logement et Territoires 2024 du fait de son engagement en faveur du logement. A l’occasion de la remise de son prix, il a lié de manière indissoluble liberté et propriété, celle-ci permettant de « se constituer une sphère privée et d’être ainsi digne ». Liberté, propriété, dignité, le triptyque est remarquable.

Invité à la matinale de LCI, le maire de Cannes et président de l’Association des maires de France a constaté que les propriétaires étaient systématiquement attaqués et que cela expliquait la crise du logement : impôts et taxes, impôt sur la fortune concentré sur l’immobilier, DPE absurde. Il n’a pas hésité à mettre en cause un « collectivisme » qui, dans ce domaine pas plus que dans les autres, ne fonctionnait. Il a également souligné que le marché devait être la règle en la matière et que c’était la quantité de l’offre qui permettait d’avoir des prix corrects. Autrement dit, il a rejeté plusieurs décennies de politiques de droite, de gauche comme du centre aussi interventionnistes qu’inefficaces.

Une nouvelle fois, David Lisnard fait souffler un vent de fraîcheur sur la politique française. Isolée, sa défense du droit de propriété n’en apparaît que plus exceptionnelle. A l’encontre de ses homologues de gauche, il s’en fait le premier défenseur. A l’encontre de la plupart de ses collègues de droite et du centre, il n’hésite pas à s’y référer explicitement et courageusement.

Il faut ajouter que le maire de Cannes a confirmé qu’il avait en ligne de mire 2027 avec pour objectif ambitieux « d’imposer un projet de rupture avec la dépense publique ». Et c’est à juste titre qu’il s’est lamenté que les débats se concentrent plus sur les personnes que sur les programmes. Une véritable rupture effectivement avec les candidatures habituelles telle celle toute récente de Xavier Bertrand que nous avons récemment dénoncée du fait du vide sidéral de son programme.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

guillot 8 février 2024 - 10:25

Faites comme je dis pas comme je fais en tant que maire dont le PLU ne cesse d’être modifié pour que certains ne puissent pas construire, alors la parole du politique ne peut plus être crédible même si sur le fond je ne peux que partager l’analyse de Monsieur Isnard qui, néanmoins, est un maire qui connait parfaitement sa commune.

Répondre
Mireille Sertout 8 février 2024 - 10:56

J’ai eu l’occasion d’écouter Monsieur Lisnard lors de l’AG des maires des stations de montagne. Sa déclaration ci-dessus confirme mon opinon que je ne manquerai pas de partager :David Lisnad se distingue par une analyse claire approfondie et courageuse de la situation des français. J’ai particulièrement apprécié lorsqu’il a dit qu’il fallait revoir la fiscalité locale qui était « au bout du bout ». La surtaxe de la THRS est une profonde injustice dont les conséquences n’ont pas été mesurées.

Répondre
t our 8 février 2024 - 11:54

Devenir propriétaire de son logement afin d’assurer ses vieux jours est le voeux le plus cher de bon nombre de Français. Très souvent, c’est l’unique bien qu’un ménage a réussi à acquérir en économisant durant toute une vie. La voracité de l’état coupable d’un véritable racket sur les citoyens Français doit cesser. D’accord avec David Lisnard pour mettre un coup d’arrêt à la dépense publique et aux gaspillages.

Répondre
Koerckel 8 février 2024 - 1:35

D. Lienard a une vraie vision pour arriver à une gestion libérale du pays. La France et ses partis politiques sont de vraies organisations de type dirigiste voire collectivités. Il n’a malheureusement aucune chance d’arriver sur la ligne de départ de la course à la présidence car il ne trouvera aucun support dans le monde politique ni dans le monde médiatique

Répondre
maxens 11 février 2024 - 11:45

je pense même qu’il va se faire saborder, trop de passe droit et de privilège a défendre pour la fonction publique, et les syndicats

Répondre