Accueil » Le « pragmatisme » des occidentaux, le cynisme des autocrates et le courage des opposants

Le « pragmatisme » des occidentaux, le cynisme des autocrates et le courage des opposants

par Nicolas Lecaussin

Le 15 décembre dernier, le Parlement européen a décerné le prix Andreï Sakharov pour la liberté de pensée à Alexeï Navalny, l’opposant russe le plus connu, empoisonné l’année dernière par les services secrets russes et qui se trouve actuellement en prison. En son absence, le prix a été remis à sa fille Daria Navalny qui s’est exprimée à cette occasion au nom de son père. Malheureusement, son discours, bien que longuement applaudi par les membres du Parlement européen, n’a pas été suffisamment repris et commenté par les médias. Plus que des remerciements, Daria Navalny a montré comment le soi-disant « pragmatisme » des puissances occidentales ne fait que renforcer les dictatures. C’était le cas lorsque le dissident Sakharov protestait contre les leaders soviétiques, c’est aussi le cas aujourd’hui quand son père a le courage de s’opposer à Poutine.

« Je ne comprends pas pourquoi ceux qui prônent des rapports pragmatiques avec les dictateurs, ne peuvent pas ouvrir tout simplement des manuels d’histoire. Ce sera un pas très pragmatique. Ils verront alors qu’il existe une loi universelle dans la politique : dictateurs et tyrans ne peuvent être apaisés » a-t-elle dit. Poutine et Loukachenko le savent très bien. D’où leurs menaces de guerre et de chantage à la fourniture d’énergie et à l’envoi d’immigrés. En ces jours de Noël et de fêtes de fin d’année prenons un moment pour lire son discours, méditer et penser à ceux qui sont emprisonnés parce qu’ils se battent pour la liberté.

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire