Accueil » Le biocarburant subventionné fragilise les filières alimentaires

Le biocarburant subventionné fragilise les filières alimentaires

par Aymeric Belaud

Depuis quelques semaines, les prix des matières premières agricoles s’envolent, en particulier ceux des huiles végétales. L’indice des prix des denrées de base de l’organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) frôle son record historique de février 2011. Les huiles végétales sont également concernées. Le prix de l’huile de palme a progressé de 50% en un an pour atteindre 1 200 dollars la tonne. « En 30 ans, je n’ai jamais vu une hausse aussi forte et aussi durable », témoigne Antoine de Gasquet, courtier en huile végétale chez Baillon-Intercor, dans Les Echos.

Et pour cause, cette augmentation est en partie due à la demande d’huiles végétales pour la production de « biocarburants » ; « 40 % du volume global part dans le biodiesel », estime M. de Gasquet. Dans un contexte d’inflation alimentaire, cette situation est préoccupante surtout que la demande en biocarburants qui fait augmenter les prix est artificielle, car ultra-subventionnée par les différents gouvernements, notamment européens.

Encore une fois, l’Etat démontre la nocivité de ses actions dans l’économie et son impact sur la distorsion des prix du marché.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

JR 8 décembre 2021 - 5:47

Le biocarburant subventionné fragilise les filières alimentaires
Bonjour, avec pour dénominateur commun, toujours le dogme sur les énergies d’origine 100 % naturelles (fossiles). Nous ferions mieux de reprendre la recherche et l’exploitation des gisements pétroliers & gaziers dans notre sous-sol. L’écologie s’est transformée en éscrologie financière et les scientifiques sont remplacés par des religieux. Tout cela au nom de la sacro sainte chasse au Carbone, ruineuse et inutile (sauf pour les parrains de Greta). Rappelons tout de même, que si le Colza pousse c’est grâce au C02 présent à hauteur de 0,04 % dans l’atmosphère. En deçà d’un seuil de 0,03 %, les risques de grande famine sont avérées (comme historiquement). Il n’y a vraiment pas de quoi faire les malins avec seulement 0,01 point de sécurité. Merci au C02 de nourrir les cultures pour fabriquer des biocarburants. L’UE une fois de plus, nous enferre dans une spirale descendante, mais c’est l’objectif de U.V.D. Leyen et de ses complices. Merci. Bien à vous

Répondre
Serge GRASS 9 décembre 2021 - 7:17

Le biocarburant subventionné fragilise les filières alimentaires
Analyse écrite en 1993 !!!
Selon la documentation produite par SOFIPROTEOL en 1992, pour produire un litre de Diester, il faut environ 2/3 d’équivalent pétrole, ce qui conduit à faire du faux pétrole avec du vrai .
si l’on additionne les pollutions liées à la combustion du Diester à celles liées aux énergies nécessaires à sa production, le bilan est globalement très négatif.
Si l’on intègre cette activité dans la production agricole globale, les résultats deviennent franchement négatifs. Ce genre de production n’est envisageable que si la production agricole est dopée par l’utilisation massive d’intrants dévoreurs d’énergie .
En d’autres termes, il serait énergétiquement plus judicieux de diminuer les intrants et de pratiquer une agriculture plus extensive.
Abordée sous l’aspect économique, la situation est alors franchement catastrophique : Le coût de production d’un litre de Diester est évalué à environ 6 F ; pour être compétitif avec le fuel , il est nécessaire de le subventionner pour que son prix soit ramené aux environs de 1 franc! Comme deux litres d’équivalent pétrole sont nécessaires pour produire 3 l de cet équivalent fuel, il faut multiplier cette aide par trois pour connaître l’aide apportée par litre net produit : Il s’agit de faire de fausses richesses avec de vraies subventions.

Répondre
Christian 9 décembre 2021 - 8:11

Le biocarburant subventionné fragilise les filières alimentaires
L’huile de palme devrait être purement et simplement interdite dans les carburants . Elle réchauffe l’atmosphère beaucoup plus que le pétrole. Probablement d’un facteur 100 . C’est une ineptie de l’incorporer dans tous les carburants de manière obligatoire. Quand interdira t’on les importations ? Quand l’automobiliste pourra t’il choisir son carburant sans huile de palme ?

Répondre
Obeguyx 9 décembre 2021 - 11:14

Le biocarburant subventionné fragilise les filières alimentaires
Encore une foutaise de plus. Tout cela a été mis en place en faisant droit à une minorité débile et idiote. Cela me fait penser à l’imbécile suédoise qui prêche la voiture électrique à tout va, pendant que les enfants extraient le cobalt dans les mines pour satisfaire, une fois de plus, l’égo des bobos. Nous sommes dirigés par des fous et on vous annonce sur les médias que ça va continuer.

Répondre

Laissez un commentaire