Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les agriculteurs allemands gagnent une bataille contre l’écologisme

Les agriculteurs allemands gagnent une bataille contre l’écologisme

par
2 301 vues

Après les Pays-Bas, c’est l’Allemagne, puissance économique et agricole européenne, qui a connu une révolte paysanne contre l’écologisme de son gouvernement. En effet, la politique écologiste du gouvernement allemand a creusé un trou dans le budget du pays, alors que ce dernier est connu pour sa rigueur budgétaire. La Cour constitutionnelle fédérale a jugé en novembre dernier que la politique de transition écologique du gouvernement était ruineuse pour le pays et violait l’amendement constitutionnel allemand exigeant un budget équilibré.

Pour tenter d’améliorer les choses, le gouvernement fédéral a décidé de s’attaquer, entre autres, aux subventions et avantages fiscaux bénéficiant à l’agriculture allemande, s’appliquant en particulier au gasoil non-routier et aux véhicules agricoles. Pour protester contre ces mesures mais aussi contre la politique écologiste générale du gouvernement, les agriculteurs ont manifesté dans tout le pays, et à Berlin avec un nombre impressionnant de tracteurs dans les rues et avenues de la capitale, et ceci avec le soutien de 69 % des allemands selon un sondage de Bild. Le gouvernement a finalement cédé.

Si la question des subventions agricoles doit être posée, en particulier parce qu’elle met en évidence un cercle vicieux qui ne libère en rien l’agriculture, c’est l’échec de la politique écologiste qui est démontré ici. Les agriculteurs ont manifesté car ils étaient en première ligne. Les agriculteurs français ont, eux aussi, manifesté en fin d’année, pour faire entendre leur mécontentement, demandant notamment une « respiration normative ».

La politique climatique, qui s’attaque en particulier à ceux dont les exploitations nourrissent le pays, est vouée à l’échec. Soit elle sera abandonnée, soit elle causera des pertes immenses dans le secteur agricole.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

Gilles Vedun 16 janvier 2024 - 9:00

Le problème ne sera pas résolu en opposant l’agriculture et l’écologisme car le premier est issu du second et intimement lié. Vous oubliez les facteurs des modèles économiques de système productif et de spécialisations qui s’envisagent désormais à l’échelle vacillante européenne incluant les pays en voie d’adhésion. C’est bien que les allemands s’en rendent compte à leurs dépends et qu’ils demandent des comptes à leurs délégués supranationaux. De plus il me semble que l’iref ferait bien de s’occuper des agriculteurs français ou de publier dans une langue étrangère à moins que leur compte soit considéré comme déjà réglé !

Bien à vous

Répondre
Nicolas Lecaussin 16 janvier 2024 - 11:16

On a écrit des dizaines d’articles sur l’agriculture française : https://fr.irefeurope.org/?s=agriculture

Répondre
Gilles Vedun 16 janvier 2024 - 2:10

Ou souvent sur l’industrie chimique notamment allemande.

Après les boues de stations d’épuration, c’est à présent les eaux grises, les ogm et les panneaux solaires qui sont prévu pour garnir les champs (alors que sur les toits on cultive la mousse) ; sans parler des pesticides, alors que le conseil d’état nous sanctionne pour la pollution des sols et des nappes phréatiques et alors qu’en 2020 on se battait pour un paquet pâtes un mois après le début de la crise covid ; que des non sens.

On cherche à mettre à l’honneur la gastronomie française à la prochain exposition universelle mais on détruit les terroirs et on pénalise les acteurs.
Alors que si la gastronomie française s’est développée c’est justement sur la base des qualités des terroirs des agriculteurs, des éleveurs et enfin des artisans.

Enfin, les agriculteurs font partie de l’écologie puisqu’ils nous nourrissent en tant que dernier maillon de la chaîne alimentaire et accumulateurs des pollutions jusqu’à la tombe. Toutes les règles actuelles sont prises dans l’intérêt des lobbies et non de la France, des français et des agriculteurs.
L’absence ou la défaillance des contrôle nous amène entre autre à ce stade de pollution et à progresser dans un cercle vicieux !

On coupe les branches sur lesquelles nous sommes assis.

Bien à vous

Répondre
gillet 16 janvier 2024 - 9:14

Mon voisin, agriculteur de père en fils, envisage de refuser les subventions habituelles afin de retrouver la liberté de travailler !

Répondre
Laurent46 16 janvier 2024 - 10:17

Au moins ils font ce qu’il faut. Les français eux font des marches blanches et si par malheur ils faisaient comme les Allemands ils auraient plusieurs bataillons de policiers à leurs trousses avec le matériel qu’il faut et ceux qui sont en tête iront en garde à vue. C’est cela la République Démocratique de France ou tout le monde se complait dans un système d’assistanat pendant que les élites mènent grande vie aux frais des crétins qui bossent pour faire tant soit peu de richesse pour ce pays. A regarder aussi les derniers sondages, bien que ce ne soit que des sondages mais force est de constater que les crétins de France sont toujours au rendez-vous et ce n’est malheureusement pas fini.

Répondre
ORILOU 16 janvier 2024 - 12:20

Après le guerre la P.A.C. a été créée pour inciter les agriculteurs Européens à privilégier la commercialisation de leurs produits sur les marchés Européens.Par exemple, dans les années 1970, une huilerie Allemande qui achetait des oléagineux (Tournesol, colza etc.) cultivés en France bénéficiait de subventions . Même chose pour l’agriculteur qui avait vendu ses produits à l’Allemagne plutôt que de l’exporter. etc. etc.
Au fil des ans, cette politique a été dévoyée et polluée par des mesures soit-disant destinées à protéger notre pays. Tout cela pour satisfaire une écologie politique et dogmatique qui se moque bien de protéger notre terre. La France n’est plus en guerre mais d’autres conflits impactent lourdement notre pays. Pendant que nos agriculteurs disparaissent, nous consommons des produits importés de pays qui ne sont pas soumis aux règle contraignantes imposées chez nous. Nous devrions nous réjouir de voir les Agriculteurs Allemands se rebeller et soutenir nos agriculteurs.

Répondre
gillet 21 janvier 2024 - 8:22

2024 sera une année de manifestations .Attal va en prendre plein le portrait,petit fusible de macron.

Répondre