Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La sécurité : principale préoccupation des Français pour les élections…régionales

La sécurité : principale préoccupation des Français pour les élections…régionales

par
58 vues

Selon le récent sondage OpinionWay réalisé pour Les Échos et Radio Classique, la sécurité est le sujet principal de préoccupation des Français. Réalisé dans le cadre des élections régionales de juin prochain, ce sondage révèle que 47 % des Français place la sécurité en tête des enjeux qui compteront, devant le développement économique et la création d’emplois (39 %).

Ce chiffre est d’autant plus important que les politiques de sécurité ne relèvent pas des compétences des régions. Parions alors que la sécurité sera un sujet majeur des élections présidentielles de 2022. Au risque d’évacuer tous les autres sujets, à commencer par celui des dépenses publiques et de la dette ? Car, si les Français se disent préoccupés par la dette à 73 % dans un autre sondage OpinionWay pour Les Échos, ils confirment aussi qu’ils sont pour l’augmentation des dépenses publiques… à condition que les plus riches les paient. Ainsi, 59 % des électeurs des Républicains approuvaient, dans ce sondage, les appels internationaux (Biden et le FMI en tête) en faveur d’une contribution des plus riches. Avec de tels militants à LR, il est peu probable qu’un candidat libéral émerge !

Vous pouvez aussi aimer

1 commenter

Laurent46 7 mai 2021 - 4:10

La sécurité : principale préoccupation des Français pour les élections…régionales
Normal la population est majoritairement devenue un amalgame d’assistés et de trouillards issu en premier lieu par la féminisation de la société qui fait des ravages jusque dans l’économie du pays. Naturellement et c’est la nature qui l’a fait ainsi les femmes ont une autre vision du danger que les hommes. Imposer cette vision comme un sujet égalitaire aura et a déjà de conséquences désastreuses dans le pays France qui souffre de ce mal depuis de longues années déjà et qui est aussi à un point de non-retour. Sauf que le bâton lui va nous revenir dans la figure sous peu. Il me semble qu’il a déjà fait demi-tour et que les effets les plus pénibles ne sauraient tarder lorsque sera présenté la facture du gaspillage financier à grande échelle de ces derniers mois.

Répondre

Laissez un commentaire