Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La mairie de Paris met en place un groupe de travail pour étudier la « cohabitation » des Parisiens avec les rats

La mairie de Paris met en place un groupe de travail pour étudier la « cohabitation » des Parisiens avec les rats

par
1 951 vues

Le feuilleton de l’action de la mairie de Paris face à la multiplication des rats dans la capitale n’est pas près de se terminer. Chacun se souviendra d’ailleurs avec émotion de cette élue écologiste parisienne qui préférait appeler les rats « surmulots » pour éviter de les stigmatiser, et de la réaction de l’Académie de médecine qui s’était ensuivie pour alerter sur les conséquences sanitaires délétères s’agissant de la transmission de la leptospirose, engendrée par leur prolifération.

La semaine dernière, la majorité municipale a récidivé en annonçant la création d’un comité chargé d’étudier la « cohabitation » des rongeurs avec les Parisiens. Répondant à une question du maire du 17e arrondissement, Geoffroy Boulard, qui entendait réclamer la mise en œuvre d’un plan classique de lutte contre la présence des rats, l’adjointe à la santé d’Anne Hidalgo, Anne Souyris, n’a pas craint de déclarer que ceux-ci ne constituaient « pas un problème de santé publique ».

L’exécutif municipal, qui a décidé d’axer sa politique de prévention sur la verbalisation des habitants en cas de dépôt de déchets sauvages au sol, se refuse à utiliser des méthodes létales d’éradication de nos fameux « surmulots », ce dont s’est d’ailleurs félicitée l’association gauchiste Paris Animaux Zoopolis, d’obédience antispéciste.

Pire : la mairie finance également un projet de recherche du Muséum d’histoire naturelle, en collaboration avec l’Institut Pasteur, dont l’objectif est de « lutter contre les préjugés pour aider les Parisiens à mieux cohabiter avec les rats ».

Cette situation littéralement ubuesque risque pourtant de ravaler la Ville lumière au statut de ville poubelle, sale et peu sûre, dont les 44 millions de touristes qui la visitent chaque année pourraient bien finir par se rendre compte. Une tiers-mondisation de la capitale dont la maire de Paris est la première responsable.

 

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Almaviva 12 juin 2023 - 6:55

Seuls les gauchistes sont capables d’inventer une pareille chose ! Qu’attend l’ état pour mettre la mairie de Paris sous tutelle !

Répondre
Laurent46 12 juin 2023 - 9:53

Vous osez encore attendre quelque chose de l’Etat ? a part des taxes, contraintes et dettes bien entendu ..

Répondre
Picot 12 juin 2023 - 7:45

Les surmulots ont certainement déjà créé, bien avant, un comité pour étudier la façon de vivre avec les Parisiens. Les rats sont très intelligents.

Répondre
Bruno GERMAIN 12 juin 2023 - 3:59

Mais ils sont complètement cinglés ! le raticides ça existe.
On croit rêver, ou plutôt cauchemarder avec ces minus. Comité Théodule. Je propose à Mam. HIDALGO de louer des lits de camping aux touristes à 10 € la nuit pour qu’ils se reposent après leur déambulations. Ça comblera sont déficits abyssale, et les rats apprendront les langues étrangères.
AU FOU, AU FOU, AU FOU !

Répondre
Bruno GERMAIN 12 juin 2023 - 4:27

Dans mon message précédent, j’en tremblais tellement d’effroi que j’ai été incapable de me relire.
« ça comblera SONT DEFICITS abyssale »… écrivis-je.
Bien-sûr, je voulais écrire SON DEFICIT en plus du déficit mental de cette mairie hors du commun de bêtise !
Fuyons, fuyons …

Répondre