Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La lutte contre le racisme ou la réécriture de l’Histoire ?

La lutte contre le racisme ou la réécriture de l’Histoire ?

par
88 vues

Il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que les politiques (démocrates) voient du racisme partout. Alors que ce n’est pas vraiment le cas comme l’a montré une étude du département de la justice que nous avons présentée récemment. En France, la députée Caroline Abadie (LaREM) a présenté mardi 9 mars le rapport final de la mission d’information sur « l’émergence et l’évolution des différentes formes de racisme ». On y trouve une cinquantaine de propositions pour lutter de façon « universaliste et déterminée » contre le racisme. Parmi ces propositions, plusieurs semblent inspirées de la « cancel culture » et du discours politiquement correct en vogue aux Etats-Unis.

On préconise de faire évoluer les programmes d’histoire du lycée, « en y ajoutant un thème qui permette de traiter de la question du racisme et de l’antisémitisme de manière diachronique. » Les parlementaires souhaitent également « renforcer le nombre des heures consacrées à l’histoire-géographie ainsi qu’à l’enseignement moral et civique dans l’enseignement primaire et secondaire » et de « promouvoir une mise à jour des manuels scolaires aux programmes adaptés aux histoires locales. » Les députés plaident aussi pour une augmentation du nombre de postes « de professeurs et de maîtres de conférences dédiés aux sujets des génocides, de l’esclavage et de la colonisation. » Après avoir réécrit l’Histoire, il ne restera qu’à déboulonner les statues.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

Teisserenc 21 mars 2021 - 10:25

La lutte contre le racisme.
Laissez les gens penser ce qu’ils veulent. Cela est bénéfique pour développer les idées.
Ne les embrigadez pas, spécialité à laisser aux démocratures, aux communistes, nazis et autres tyrannies.
L’essentiel est qu’ils ne traduisent pas en actes injurieux voire criminels leur pensée.

Répondre